Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C69

Cinyps

(Kinups)
P. Trousset
p. 1961-1962

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Hérodote mentionne « au delà de la (Grande) Syrte » – c’est-à-dire à l’ouest de celle-ci – un fleuve Cinyps qui naissait à 200 stades de la mer en un lieu appelé « la colline des Grâces », que couvraient « des bois épais » (IV, 175). D’après ce que nous savons par d’autres auteurs (cf. Gsell, 1916, p. 89-91), il débouchait dans la mer à peu de distance à l’est de Neapolis (Lepcis Magna). On s’accorde pour l’identifier avec l’Oued Caam qui prend sa source dans le plateau de Tarhuna et rejoint la mer entre Homs et Zliten. Cette rivière coulait à travers le pays des Maces*, peuple gétule de la Syrte que Silius Italicus qualifie de Cinyphii* (Pun., II, 60 ; III, 275). Elle traversait des champs des plus fertiles : fluvius per uberrima arva decidens (Méla, I, 37) ; le blé y rendait même jusqu’à 300 pour 1 selon Hérodote qui compare ce pays à celui de Babylone (IV, 198) ; la part étant faite à l’hyperbole, une telle richesse agricole peut s’expliquer par des précipitations locales supérieures à la moyenne en Tripolitaine mais aussi par une mise en valeur précoce de la vallée grâce à l’irrigation. Les techniques de contrôle des eaux et de retenue des sols dont les vallées de Tripolitaine – et celle de l’oued Caam en particulier – fourniront à l’époque romaine des exemples de grande ampleur (Vita-Finzi 1978, p. 41-42), avaient sans doute déjà été mises en œuvre dès les temps puniques par les populations libyennes de la vallée du Cinyps placée sous l’influence directe des cités du littoral.

2C’est sur ces rives, près de l’embouchure du fleuve Cinyps qu’aurait eu lieu, selon une tradition transmise par Hérodote (V, 42), la tentative d’établissement de Dorieus fils d’un roi de Lacédémone, à la fin du vie siècle av. J.-C. Il en fut chassé quelques années plus tard par les Maces et par les Carthaginois. Cette colonie (Kinups) est encore signalée par le Pseudo-Scylax, « à 80 stades de Néapolis en direction de la Syrte », comme « une ville déserte » (Desanges 1978, p. 408). Les Maces de la Syrte ayant servi dans les armées d’Hannibal comme nous le savons par Silius Italicus, les premiers Gétules de Tripolitaine à être connus à Rome furent peut-être donc ceux du Cinyps (Desanges, p. 126).

3Divers auteurs ont mentionné un fleuve Cinyps dans des contrées beaucoup plus méridionales, chez les Garamantes (Ptol. IV, 6, 12). Gsell admettait l’existence de deux fleuves distincts sous le même nom, mais une certaine confusion régnait dans l’esprit des auteurs anciens au sujet des cours d’eau de l’Afrique intérieure (Desanges 1980, p. 257-259).

Haut de page

Bibliographie

Camps G., Massinissa ou les débuts de l’Histoire, Archéol. Epigr. Libyca, VIII, 1960, p. 210.

Desanges J., Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique, Rome, École franc., 1978, pp. 126, 406.

Desanges J., Traduction et commentaire de Pline l’Ancien, H.N., V, 1-46, Paris, Belles Lettres, 1980, p. 257-259.

Goodchild R.G., « Roman sites on the Tarhuna Plateau of Tripolitania », Libyan Studies, Londres (P. Elek), 1976, p. 74-75.

Gsell S., Textes relatifs à l’Histoire de l’Afrique du Nord, I, Hérodote, Paris, 1916, p. 78, 89-91, 116-117.

Vita-Finzi cl., Archaeological Sites in their Setting, Londres (Thames and Hudson), 1978, p. 41-42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Trousset, « Cinyps », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 1961-1962

Référence électronique

P. Trousset, « Cinyps », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2297

Haut de page

Auteur

P. Trousset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page