Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C65

Cincaris

J. Peyras
p. 1957-1958

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Ville
Haut de page

Texte intégral

1Le concile de 411 révélait l’opposition entre la catholique Restitutus, episcopus plebis Cincaritanae (Gesta, I, 133) et le donatiste Campanus, episc. Cincaritanus (I, 188) [Lancel, 1972]. L’inscription C. 14769, malgré l’emploi abrégé de l’ethnique ou du substantif (universi curiales тип. Cin.) a permis de connaître le site de la ville, dont les ruines couvrent le Henchir Sinngaris, près de la Majerda (At. arch. Тип., Tébourba, 126-127). Nous en déduisons que le nom antique était certainement Cincaris.

2La localité était un municipe dans la première moitié du iiie siècle (C. 14769). Des prêtres ont dédié une épigraphe à Mercure Sobrius pour le salut de Septime Sévère, de Caracalla et de Julia Domna, lors de la restauration du temple du dieu (ILAf, 484). Le capitole, situé, semble-t-il à l’endroit où a été bâtie la ferme du henchir, fut restauré sous Constantin Le Grand alors que ses fils étaient Césars. La cité possédait un curateur au ive siècle.

3De nombreuses constructions ont été relevées sur le coteau couvert d’oliviers et dans ses environs, sur sept hectares [Peyras, 1968] : thermes, citernes monumentales, aqueduc, théâtre [Babelon, 1892], amphithéâtre ( ?), sarcophage de marbre, orné de bacchoi vendangeurs, mosaïques de la chasse [Quoniam, 1951 ; Picard, 1952]. On signalera surtout un temple dédié aux divinités astrales ou septizonium, si lié à la culture africaine, le seul qui subsiste encore au monde [Picard, 1952, Duval, 1993], et, pour les vestiges chrétiens, un martyrium tétraconque, une nécropole [Duval, 1976] et une église double [Duval, 1993].

4La richesse monumentale de la cité repose sur un terroir particulièrement fertile, situé entre le Bagrada et l’Ansarine, fortement mis en valeur à l’époque romaine, comme l’indiquent les vestiges in situ et les beaux monuments architecturaux et épigraphiques assemblés dans les fermes de la première moitié du xxe siècle (AA T. 51-54, 113-125, 287-291).

Haut de page

Bibliographie

Babelon E., Cagnat R., Reinach S., Atlas archéologique de la Tunisie, Paris, 1882-1913, f. XIX, Tébourba, 122 (il s’agit en fait, non du henchir Toungar, mais du henchir Sinngaris, n° 126-127).

Inscriptions : CIL. VIII, 4845, 14769, 25826a, ILAf.484, ILT.1166.

Charles-Picard G. et Cintas J., « Le septizonium de Cincari et le problème des septizonia » in Monuments Piot, 1952, LU, 2, p. 77-93.

Cintas J., Duval N. et Golvin J.-C, « A propos des thermes de Cincari et de leur transformation en église », à paraître dans Mefra, 1993.

Duval N., Cintas J., (avec la collaboration de J.-C. Golvin et H. Broise), « le martyrium de Cincari et les martyria triconques et tétraconques en Afrique (Étude d’architecture chrétienne nord-africaine III) », Mefra, 88, 1976/2, p. 853-927.

Lancel S., Actes de la conférence de Carthage en 411, Paris, 1972, t. II, p. 767, 841.

Peyras J., La région de Tébourba à l’époque romaine, Tunis, 1968, p. 250-267.

Quoniam P., « Une mosaïque à scène de chasse récemment découverte à Henchir Toungar (Tunisie) », Karthago, II, 1951.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Peyras, « Cincaris », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 1957-1958

Référence électronique

J. Peyras, « Cincaris », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2283

Haut de page

Auteur

J. Peyras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page