Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C60

Chrétiens

(Kabyles)
K. Direche-Slimani
p. 1940-1942

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Colonisation et évangélisation, conflictuelles mais indissociables, ont contribué à mettre en place, dans le dernier quart du xixe siècle, une communauté de chrétiens indigènes en Kabylie. L’existence de Kabyles chrétiens a longtemps été un fait très mal perçu sinon occulté dans un contexte passionné et houleux de libération nationale et d’indépendance. Ce groupe d’hommes et de femmes certes limité, quantitativement (environ un millier dans les années quarante) est resté jusqu’à ces dernières années, un groupe invisible sans identité « innommable », perçu comme un avatar honteux d’une colonisation haïe.

2La Kabylie fut la première région à laquelle s’intéressa Mgr Lavigerie, dès sa nomination en 1867, à l’Archevêché d’Alger. Cette région déjà balisée par des missionnaires jésuites dans les années 1850, retint toute l’attention et l’intérêt du chef de la congrégation des Missionnaires d’Afrique.

3Nous ne reviendrons pas sur toute l’imagerie coloniale qui alimenta abondamment le mythe Kabyle dès la deuxième moitié du xixe siècle. Elle accentuait particulièrement l’origine germanique ou celte des Kabyles (cela dépendait des auteurs), un certain nombre de traits communs aux Européens qui aurait rendu très réussie leur assimilation. Toute une littérature s’est largement penchée sur le sujet et Lavigerie ne s’en démarqua pas. Sa vision de l’Histoire religieuse de l’Afrique du Nord, selon laquelle tous les berbères auraient embrassé la religion chrétienne à l’époque romaine est à l’origine de la tiédeur qu’il attribua à la pratique de l’Islam kabyle et qui laissait supposer tout un fond de traditions et de pratiques chrétiennes qui ne demandaient qu’à resurgir.

4Longtemps la Kabylie a porté les espoirs les plus excessifs de Lavigerie, car il s’agissait de montrer à la France que les Kabyles, ces « anciens chrétiens » montraient les dispositions les plus favorables à un retour du christianisme. La Kabylie a donc été considérée comme la région prototypique de la réussite de l’apostolat catholique. Les conversations ont commencé une dizaine d’années après la fondation du premier poste missionnaire à Taguemount Azzouz en 1873. D’après les archives des Pères Blancs, on a pu comptabiliser dès 1882, 67 baptêmes. La majeure partie des conversions s’est faite entre 1903 et 1920. A partir de cette date, il y a une stabilité des familles chrétiennes et très peu de conversions nouvelles.

Cinq villages importants abritaient des petits noyaux de chrétiens Kabyles

Cinq villages importants abritaient des petits noyaux de chrétiens Kabyles

5Cette communauté kabyle chrétienne est marquée très tôt par un processus migratoire. Dès les années 1920, des familles émigrent, dans un premier temps, à Alger et dans sa région et en Tunisie, puis dans un second temps (années 1950-1960) vers la France.

6Il semblerait, dès les premières conversions, que l’émigration ait été inéluctable.

7Instruits, diplômés, encadrés par les missionnaires, les Kabyles chrétiens ont très tôt formé une élite sociale et professionnelle. Une ascension sociale spectaculaire dans un cadre aussi pauvre et rural que celui de la société kabyle, mais également une déconnexion tout aussi rapide dans le milieu d’origine. La conversion a été probablement le facteur déterminant à leur émergence dans la société kabyle (car la réussite a été déterminée par un cadre scolaire missionnaire performant) mais également facteur d’exil et de déracinement. Jean Amrouche, le Kabyle chrétien le plus connu sans doute, a été le chantre de l’exil douloureux et du malaise identitaire ressentis surtout par les deux premières générations.

Carte des évêchés représentés au Concile de 411 à Carthage (d'après S. Lancel)

Carte des évêchés représentés au Concile de 411 à Carthage (d'après S. Lancel)

8La communauté kabyle chrétienne, dispersée aujourd’hui en France est certes, un épiphénomène de la colonisation. Longtemps sans Histoire, elle cherche depuis quelques années à reconstruire son identité (par le biais d’associations, de publications...) en tentant de concilier leur foi et leur attachement à une certaine kabylité.

Haut de page

Bibliographie

Aït Mansour Amrouche F., Histoire de ma vie, Paris, Maspéro, 1968.

Amrouche J., Note pour une esquisse de l’État d’Ame du colonisé. Microfiche, Archives d’Outre-Mer.

Ibazizen A., Le pont de Bereq’ Mouch, La Table ronde, Paris, 1979.

Ibazizen A., Le testament du Berbère, Albatros, Paris, 1984.

Direche-Slimani K., Une action missionnaire en Algérie (Kabylie-Sahara) et en Tunisie pendant la période coloniale (1873-1950). Un exemple : La société des missionnaires d’Afrique. Mémoire de D.E.A., Aix-en-Provence, 1987.

Heremans R., L’éducation dans les missions des Pères Blancs en Afrique Centrale (1879-1914) : objectifs et réalisations. Louvain-La-Neuve, Université Catholique de Louvain, Nawelaerts, 1983.

Lavigerie Ch. Mgr, Missionnaires d’Afrique, recueil de textes et de discours. Ed. SOS, Paris, 1980.

Renault F., Le Cardinal Lavigerie (1825-1892), L’Église, l’Afrique et la France. Fayard, Paris, 1992.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cinq villages importants abritaient des petits noyaux de chrétiens Kabyles
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2275/img-1.png
Fichier image/png, 89k
Titre Carte des évêchés représentés au Concile de 411 à Carthage (d'après S. Lancel)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2275/img-2.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

K. Direche-Slimani, « Chrétiens  », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 1940-1942

Référence électronique

K. Direche-Slimani, « Chrétiens  », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2275

Haut de page

Auteur

K. Direche-Slimani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page