Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C57

Chleuh

(linguistique/littérature)
S. Chaker
p. 1926-1933

Entrées d’index

Mots clés :

Linguistique, Littérature
Haut de page

Texte intégral

1Le dialecte berbère chleuh (tašelhit, tašelhiyt en berbère) est, de loin, le plus important du Maroc par sa population et même de tout l’ensemble berbère. Il s’étend sur la plus grand partie du système atlasique : Haut-Atlas (en partie), Anti-Atlas et Sous (Cf carte). Couvrant une aire géographique importante, au relief varié, le chleuh connaît évidemment de sensibles variations linguistiques selon les parlers ; pourtant ce dialecte présente une indiscutable unité par contraste avec les autres dialectes du Maroc. On examinera ci-dessous ses principales caractéristiques :

Phonologie

2Le chleuh est un dialecte qui appartient, globalement, au type « occlusif » : sauf phénomène micro-local, les consonnes berbères /b, d, d, t, g, k/restent occlusives, contrairement à ce qui se passe dans les autres aires dialectales berbères marocaines, Rif et Moyen Atlas, où la spirantisation des occlusives est un phénomène très largement attesté, sinon généralisé.

3De ce fait, mis à part les phonèmes d’emprunt à l’arabe (pharyngales et quelques emphatiques), le système consonantique du chleuh apparaît comme un bon représentant du système phonologique minimum (et primitif) du berbère.

4On note dans ce dialecte une très forte tendance à la labio-vélarisation des consonnes palato-vélaires (/k°, g°, kk°, gg°.../) ; certains parlers du Haut-Atlas tendent à généraliser ce trait à toutes les occurrences palato-vélaires et même aux labiales [b°, f°].

5Le vocalisme est, lui aussi, extrêmement simple puisqu’il se réduit au triangle vocalique élémentaire /a, i, u/. La voyelle neutre, non phonologique (schwa) y est particulièrement labile et ténue ; elle semble même absente dans la plupart des réalisations, ce qui amène de nombreux auteurs à ne pas la noter ; on peut certainement admettre que la majorité des consonnes du chleuh peuvent assumer la fonction de centre de syllabe : cela paraît évident pour toutes les consonnes vocaliques classiques (liquides et nasales) ainsi que pour toutes les continues ; cela est très vraisemblable pour la plupart des autres consonnes, même sourdes et occlusives.

Grammaire – Syntaxe

6Dans la syntaxe de base, la caractéristique la plus marquante est indiscutablement la généralisation de la phrase nominale à copule verbale g « faire/être » (g + Nominal à l’état libre). Ce type de syntagme prédicatif, bien attesté dans tout le Maroc, est connu à l’état de traces en kabyle et touareg ; en tachelhit, il est d’un emploi très généralisé et semble avoir remplacé de manière systématique les séquences à auxiliaires de prédication d (d + nominal) bien connues dans tout le reste du berbère nord mais qui ne sont plus attestées qu’à l’état de résiduel en chleuh, notamment en contexte négatif. On y relève ainsi : iga aderγal = « il est aveugle/mal voyant » mais au négatif ur igi aderγal coexiste avec la phrase purement nominale ur d aderγal.

7Parmi les traits morphologiques caractéristiques, on relèvera également le maintien de l’accord de nombre du participe verbal que la plupart des autres dialectes berbères nord tendent à traiter comme forme invariable : iddan (sing), ddanin (plur.), participe du verbe ddu « aller ». En revanche, le chleuh, comme l’ensemble du Maroc, à complètement abandonné l’ancienne conjugaison par suffixes des verbes d’état qui, ici, se combine avec le jeux « standard » des indices de personnes.

8Mais c’est sans doute au niveau du système verbal que la tachelhit présente les spécificités les plus marquantes ; on peut même le considérer comme l’un des systèmes les plus évolués de l’ensemble berbère. Evolution au niveau des signifiants,
- avec la constitution d’une nouvelle forme par association obligatoire de la particule ar à l’Aoriste intensif (ar iteddu, « il va »)
- avec une forte tendance (notamment dans le Sous) à perdre le thème de prétérit négatif (« thème en /i/ »), et surtout,
- avec la dissociation et la démultiplication des formes issues du complexe ad + Aoriste : rad (issu de ira ad) à valeur temporelle (futur) s’oppose désormais à ad (à valeur modale) et des formes de futur immédiat se sont constituées dans de nombreuses régions à partir de complexe ddu (« aller ») + ad + Aoriste) (> ddad + aoriste).

9Et bien sûr, corrélativement, au niveau des signifiés et du fonctionnement global du système, avec la « naissance » du temps (Leguil, Cf Bibl.), induite par la distinction entre le modal (ad) et le temporel (rad/ddad), et par de la généralisation de la valeur de concomitance (donc de présent) du complexe ar + aoriste intensif. Le système verbal chleuh est ainsi celui qui, le plus nettement, a introduit la temporalité dans un système primitivement aspectuel (Cf « Aspect » EB).

Lexique

10Le lexique chleuh, bien que présentant une forte influence de l’arabe comme tout le berbère nord est néanmoins l’un des moins contaminés : le taux d’emprunts à l’arabe, établi à partir d’une liste diagnostic, est l’ordre de 25 %, bien inférieur à celui des dialectes méditerranéens (kabyle : 38 %) (Chaker 1984).

11Le chleuh (du moins un certain nombre de ses parlers) est également l’un des rares dialectes à avoir conservé l’ancienne numération berbère, bien que dans les zones de contacts intenses (notamment urbaines), la numération arabe ait tendance à se répandre.

Études linguistiques et développements récents

12Le chleuh a été l’un des dialectes les plus étudiés par la tradition berbérisante occidentale ; à la fin des années 1920, on disposait déjà de travaux descriptifs et de corpus importants (Stumme, Destaing, Laoust, Justinard). Il a connu un très vif regain d’intérêt depuis une vingtaine d’années du fait de la formation rapide d’une nouvelle génération de berbérisants marocains, qui sont, dans une large proportion, originaires du domaine chleuh. Ces travaux récents, totalement intégrés dans les grands courants de la linguistique actuelle (l’influence du générativisme notamment y est très forte) se sont d’abord intéressés à la morpho-syntaxe, puis plus récemment au lexique et à la phonologie.

13Ce développement vigoureux de la recherche sur la langue et la littérature chleuh est, dans une certaine mesure, relayé par le dynamisme de la société civile chleuh, notamment soussie : la plupart des publications berbères, scientifiques ou culturelles, parues au Maroc depuis 20 ans sont l’œuvre de Chleuhs ; de même, les associations culturelles les plus actives et les plus efficaces sont pour l’instant presque toutes chleuh. Le dynamisme et l’efficacité de l’Association de l’Université d’été d’Agadir, qui a déjà organisé quatre rencontres importantes depuis 1980, mérite tout particulièrement d’être signalé.

Littérature

14Comme toutes les grandes régions berbérophones, le domaine chleuh connaît une très riche production littéraire orale : poésie et chants, contes, proverbes... dont de nombreux corpus sont disponibles. Le vecteur traditionnel des formes « nobles » étaient des chanteurs-poètes itinérants (ṛṛays/ṛṛways), maintenant largement relayés par les supports modernes : disque d’abord, puis radio et cassette.

15Une des particularités marquantes de cette région berbère est certainement l’existence d’une tradition littéraire écrite en caractères arabes assez dense, vieille de plusieurs siècles. Les pièces sont essentiellement d’inspiration religieuse : textes doctrinaux ou poésie d’édification (hagiographique ou autre). Ces manuscrits, dont les plus célèbres sont ceux d’Awzal (vers 1700), circulent dans le milieu des clercs chleuh ; ils semblent n’être que le résidu des pratiques plus larges de l’époque médiévale (notamment almohade) puisqu’Ibn Tumert est censé, aux dires des historiens arabes, avoir traduit le Coran en berbère. On notera d’ailleurs que les œuvres littéraires contemporaines écrite par des Chleuhs sont toutes notées au moyen de l’alphabet arabe (Moustaoui, Idbelkacem, Assafi, Cf bibl.).

Haut de page

Bibliographie

Depuis 1980

Pour les périodes antérieures, on se reportera aux trois sources bibliographiques classiques en berbérologie :

Applegate J.R., « The Berber Languages », Current Trends in Linguistics, vol. 6, 1970 : bibliographie annexe.

Basset A., La Langue berbère, Londres/Oxford, 1952/1969 : bibliographie sélective annexe.

Galand L. Chronique des études : langue et littérature berbères, Annuaire de l’Afrique du Nord, IV, 1965, à XVIII, 1979. Les chroniques 1965-1977 ont fait l’objet d’une réédition sous la forme d’un ouvrage unique : Langue et littérature berbères. Vingt cinq ans d’études, Paris, CNRS, 1979.

L’essentiel des références de cette période sera à rechercher sous les noms de :

Pour la langue : Aspinion, A. Basset, R. Basset, Biarnay, Cid-Kaoui, Colin, Destaing, Galand, Justinard, Laoust, Marcy, Stumme.

Pour la littérature (études et textes) : H. Basset, R. Basset, Destaing, Galand-Pernet, Johnstone, Jordan, Justinard, Luciani, Newmann, Roux, Stricker, Stumme.

I. Langue – linguistique

Actes de la Première Rencontre de l’Université d’Eté d’Agadir : « La culture populaire. L’unité dans la diversité », Agadir : Ass. Univ. Eté, 1982, p. 337 p.

Akka M., Contact inter-dialectes, variations intra-dialecte. Perméabilité au berbère du parler d’une population arabophone du Haouz de Marrakech : les Nouasser de Chichaoua, Th. Doct. Linguistique, Univ. Paris V, 1991, 357 p.

Akouaou A., L’expression de la qualité en berbère : le verbe (parler de base la Taselhit de Tiznit), Th. 3e Cycle Linguistique Univ. Paris V, 1976, 451 p.

Akouaou A., « Les études berbères au Maroc. Essai de bilan », Tafsut : études et débats, 1, 1983, p. 151-169.

Amahan A., « La maison d’Abadou (un village du Haut-Atlas occidental) dans le temps et l’espace », Bulletin d’archéologie marocaine, 12, 1979-1980, p. 307-320.

Amahan A., Abadou de Ghoujdama. Haut-Atlas marocain : étude sociolinguistique, Paris : Geuthner, 1983, p. 248 p.

Bary L., Etude syntaxique d’un parler de la langue tamazight : le parler d’Inezgane (Souss, Uaroc). Approche fonctionnelle, Mémoire DES Linguistique Faculté des Lettres de Rabat, 1983.

Bary L., « La prédication en berbère », Langues et littératures, 3, 1983-1984, p. 105-113.

Boukous A., « Le langage enfantin, approche sociolinguistique », Langues et littératures, 1, 1981, p. 7-38.

Boukous A., « Les contraintes de structure segmentale en berbère (dialecte tachelhit) », Langues et littératures, 2, 1982, p. 9-27.

Boukous A., « Divergences et convergences phonologiques le cas du parler berbère d’Agadir », Sociolinguistique du Maghreb, Paris : Univ. R. Descartes, 1983, p. 27-47.

Boukous A.J, « L’assibilation dans le dialecte Tachelhit », Recherches linguistiques et sémiotiques. Actes du Colloque de Rabat (7-9 mai 1981), Rabat : Faculté des Lettres, 1984, p. 408-392.

Boukous A., « Graphie, prosodie et interprétation », Tafsut : études et débats, 2, 1985, p. 69-79.

Boukous A., « Variation phonique et compétence globale : le cas du parler amazigh d’Agadir », Langues et littératures, 4, 1985, p. 69-96.

Boukous A., Phonotactique et domaines prosodiques en berbère (parler tachelhit-d’Agadir, Maroc), Th. Etat Linguistique Univ. Paris VIII, 1987, 700 p.

Boukous A., « Syllabe et syllabation en berbère », Awal : cahiers d’études berbères, 3, 1987, p. 67-82.

Boukous A., « Syllabe et syllabation en berbère », Le Maroc et la Hollande. Etudes sur l’histoire, la migration, la linguistique et la sémiologie de la culture, Rabat : Publications de la Faculté des Lettres, 1988, p. 257-270.

Boukous A., « L’emprunt linguistique en berbère. Dépendance et créativité », Études et documents berbères, 6, 1989, p. 5-18.

Boukous A., « Approches de la syllabe en tamazight », Langue et société au Maghreb. Bilan et Perspectives, Rabat : Publications de la Faculté des Lettres, 1989, p. 25-39.

Boukous A., « Pharyngalisation et domaines prosodiques », Études et documents berbères, 7, 1990, p. 68-91.

Boukous A., « Resyllabation et domaines prosodiques en berbère », La Linguistique au Maghreb – Maghreb Linguistics, Rabat : Okad, 1990, p. 282-297.

Boukous A., « Vocalité, sonorité et syllabicité », Awal : cahiers d’études berbères, 6, 1990, p. 203-218.

Chafik M., Lexique arabo-berbère, (en arabe), Rabat : Académie Royale du Maroc, 1990, 734 p.

Chaker S., Textes en linguistique berbère (Introduction au domaine berbère), Paris, CNRS, 1984.

Chantar F., « Langage des femmes dans le sud marocain », Contrastes. [Actes du Colloque « La différence sexuelle dans le langage », Univ. Paris 111, 1988]., 1989, p. 91-101.

Dell F./Elmedlaoui M., « Syllabic consonants and syllabication in Imdlawn Tashlhiyt Berber », Journal of african languages and linguistics, 7, 1984, p. 105-130.

Dell F./Elmedlaoui M., « Syllabic consonants in Berber : some new evidence », Journal of african languages and linguistics, 10, 1988, p. 1-17.

Dell F./Elmedlaoui M., « Clitic ordering, morphology and phonology in the verbal complex of Imdlawn Tashlhiyt berber », Langues orientales anciennes, philologie et linguistique, 2, 1989, p. 165-194.

Dell F./Elmedlaoui M., « Clitic ordering, morphology and phonology in the verbal complex of Imdlawn Tashlhiyt Berber. » Part II, Langues orientales anciennes, philologie et linguistique, 3, 1991, p. 77-104.

El Aouani Y., Interférences linguistiques entre l’arabe et un parler berbère (Tachelhit de la région d’Agadir), Th. 3e cycle Sociolinguistique Univ. Paris VII, 1983.

Elmedlaoui M., Le parler berbère chleuh d’Imdlawm : segments et syllabation, Th. 3e cycle Linguistique Univ. Paris VIII, 1985, 249 p.

Elmedlaoui M., « De la gemination », Langues orientales anciennes : philologie et linguistique, 1, 1988, p. 117-156.

Elmoujahid E., Esquisse phonologique d’un idiolecte de la langue tamazight (berbère). Parler de base tachelhiyt de Ben Sergaw (région d’Agadir-Maroc), DEA Linguistique Univ. Paris V, 1979, 488 p.

Elmoujahid E., La classe du nom dans un parler de la langue tamazight, le tachelhiyt d’lgherm (Souss-Maroc), Th. 3e Cycle Linguistique Univ. Paris V, 1981, 488 p.

Elmoujahid E., « Un aspect morphologique du nom en Tamazight : l’état d’annexion », Langues et littératures, 2, 1982, p. 47-62.

Elmoujahid E., « La topicalisation en tamazight, dialecte tachelhiyt », La Linguistique au Maghreb – Maghreb Linguistics, Rabat : Okad, 1990, p. 298-312.

Elmountassir A., Lexique du verbe en tachelhit : parler d’Inezgane (Maroc), Th. 3e cycle Linguistique Univ. Paris V, 1989.

Ennaji M., A contrastive analysis of the complex sentence in English, Moroccan, Arabic and Berber, PhD, Linguistics Univ. of Essex (U.K.), 1982, 367 p.

Ennaji M., Sadiqi F., « The syntax of cleft sentences in Berber », Studies in language, 10 (1), 1986, p. 53-77.

Galand L., « L’opposition défini-indéfini en toponymie : exemples berbères », Mélanges d’onomastique linguistique et philologie offerts à Monsieur Raymond Sindou (Professeur honoraire de l’Université de Clermont-Ferrand) par ses collègues, ses amis et ses élèves, 1986, p. 21-24.

Galand L., « Les emplois de l’aoriste sans particule en berbère », Proceedings 4th international Hamito-Semitic Congress.(Hamburg, 20-22 sept. 1983), Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publ. Co., 1987, p. 361-379.

Galand L., « Le berbère », Les langues dans le monde ancien et moderne ; 3e partie : Les langues chamitosémitiques, Paris : Éditions du CNRS, 1988, p. 207-242/303-306.

Galand-Pernet P., « Remarques sur le vocabulaire berbère de l’orientation », Comptes rendus du groupe linguistique d’études chamitosémitiques, 29-30, 1984-1986, p. 39-62.

Hebaz B., L’aspect en berbère Tachelhiyt (Maroc). Parler de base Imini (Marrakech-Ouarzazate), Th. 3e Cycle Linguistique Univ. Paris V, 1979, 2 vol, 850 p.

Iazzi E., Morphologie du verbe en tamazight (Parler des Aït Attab, Haut-Atlas central). Approche prosodique, Mémoire de DES Linguistique Univ. de Rabat, 1991, 224 p.

Jebbour A., Processus de formation du pluriel nominal en Tamazight (Tachelhit de Tiznit). Approche non-concatenative, Mém. DES Linguistique Univ. Mohammed V Rabat, 1988,229 p.

Lamzoudi M., Initiation au dialecte berbère chleuh, Casablanca : Amrec-Orient Edit., 1988, 108 p.

Lasri A., Aspects de la phonologie non-linéaire du parler berbère chleuh de Tdli, Th. Doctorat nouveau régime Phonologie Univ. Paris III, 1991, 427 p.

Leguil A., « Le schéma d’incidence en berbère », Bulletin des études africaines de l’Inalco, 1(1), 1981, p. 35-41.

Leguil A., « La phonologie au secours de la grammaire en touareg », Bulletin de la société de linguistique de Paris, 11 (1), 1982, p. 341-363.

Leguil A., « La naissance des temps en chleuh », Bulletin des études africaines de l’Inalco, 3, 1982, p. 57-84.

Leguil A., « L’injonctif-concessif en berbère », Bulletin des études africaines de l’Inalco, 3 (5), 1983, p. 127-138.

Leguil A., « Opposition et alternance des inaccomplis dans l’Adghagh des Ifoghas », Comptes rendus du groupe linguistique d’études chamitosémitiques, 24-28 (1), 1979-1984, p. 147-196.

Leguil A., « Les complétives non primaires en berbère », Bulletin des études africaines de l’Inalco, 4 (7), 1984, p. 69-92.

Leguil A., « Modes, temps et aspects verbaux, notamment en berbère », Cahiers balkaniques de l’Inalco, 1 (1), 1984, pp. 185-197.

Leguil A., « La focalisation en touareg de l’Adhagh », Bulletin des études africaines de l’Inalco, 4 (8), 1984, p. 73-87.

Leguil A., Structures predicatives en berbère ; 1 : Linguistique générale et berbère ; 2 : Grammaire, syntaxe, énonciatique ; 3 : Bilan et perspectives, Th. d’État Univ. Paris III, 1987, 1190 p.

Leguil A., Structures predicatives en berbère. Bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan, 1992, 176 p.

Manzano F. (dir), Langage, espace et société, Ouagadougou : Université, 1983, 357 p.

Sadiqi F., A syntactic analysis of the complexe sentence in Berber, PhD Linguistics Univ. of Essex (U.K.), 1982, 406 p.

Sadiqi F., Studies in Berber syntax. The complex sentence, Wurzburg : Konigshausern Neumann, 1986, 350 p.

Sadiqi F., « Raising in Berber », Studies in african linguistics, 17 (3), 1986, p. 219-248.

Sadiqi F., « On the notion of COMP in Berber », La Linguistique au Maghreb – Maghreb Linguistics, Rabat : Okad, 1990, p. 329-343.

Schmitt-Brandt R., « Berberische Adstrateinflüsse in maghrebinischen Arabisch. [Influences de l’adstrat berbère en arabe maghrébin] », Folia linguistica, 13, 1979, 3-4, p. 229-235.

Schmitt-Brandt R., « Recherches linguistiques au Maroc », Rapport sur la recherche africaniste allemande. Langue et culture, Bonn : Deutsche Forschungsgemeinschaft, 1982, p. 87-90.

Schmitt-Brandt R., « Comparaison des structures du berbère et de l’arabe marocain », Recherches linguistiques et sémiotiques. (Aaes du Colloque de Rabat, 7-9 mai 1981), Rabat : Fac. des Lettres, 1984, p. 452-447.

Serra L., « Vocabulaire maritime berbère », Encyclopédie berbère, édition provisoire, cahier 40, 1987, 4 p.

Wagner D., Spratt J., Ezzaki A., « Does learning to read in second language always put the children at a disadvantage ? Some counterevidence from Morocco », Applied psycholinguistics, 10 (1), 1989, p. 31-48.

Wahbi Ch., Étude du verbe et de ses modalités dans le dialecte tachelhit : parler de Tiznit, Maroc, 3e cycle Linguistique Univ. Paris V, 1986, 311 p.

Youssi A., « Lexical processes in the berber of the media in Morocco », La Linguistique au Maghreb – Maghreb Linguistics, Rabat : Okad, 1990, p. 264-281.

II. Littérature et textes

Actes de la Première Rencontre de l’Université d’Eté d’Agadir : « La culture populaire. L’unité dans la diversité », Agadir : Ass. Univ. Eté, 1982, p. 337 p.

Akhiat B., Tabratt. Recueil de poésies berbères, Rabat : AMREC, 1989, 82 p.

Al-Safi M.A., Ussan semmidnin [Les jours froids], Casablanca : Al-Andalus, 1983, p. 164.

Amahan A. « Sur une notation du berbère en caractères arabes dans un fragment manuscrit inédit de 1832 », Comptes rendus du groupe linguistique d’études chamitosémitiques, 24-28, 1979-1984, p. 51-60.

Amarir O., Les poèmes berbères attribués a Sidi ammu Taleb, Th. 3e cycle Littérature Univ. Rabat, 1985.

Arnaud J., « Culture et tradition populaires dans l’œuvre de Mohammed Khair-Eddine », Itinéraires. Littératures et contacts de cultures, 1, 1982, p. 97-106.

Benouchen B., Bouberak L., La tendance humaniste dans la littérature berbère contemporaine (en arabe), Rabat : Imprimerie al-ma’arif aljadida, 1988, 94 p.

Bentolila F. (dir), Devinettes berbères, 2, Paris : CILF, 1986.

Bounfour A., L’Amarg, poésie berbère des Igliwa. Linguistique et métrique : étude, sur la poésie berbère. Th. État Linguistique Univ. Paris III, 1984, 2 vol, 214 p. + 251 p.

Bounfour A., « Le rythme métrique dans la poésie berbère du Sous », The Maghreb review, 9 (3-4), 1984, p. 77-81.

Bounfour A., « Transformations et enjeux de la poésie berbère », Annuaire de l’Afrique du Nord : 23, Paris : Editions du CNRS, 1984, p. 181-188.

Bounfour A., « Le sacre de l’illettré », Peuples méditerranéens, 33, 1985, p. 95-102.

Bounfour A., « La parole coupée. Remarque sur l’éthique du conte », Awal : cahiers d’études berbères, 2, 1986, p. 98-110.

Bounfour A., « Oralité et écriture : un rapport complexe », Revue de l’Occident musulman et de la méditerranée, 44 (2), 1987, p. 79-91.

Bouzid A., Ahwach : danse et chant de groupe du Sous : traditions et coutumes, Rabat, 1984, 179 p. multigr.

Brown K., Lakhsassi A., « Every man’s disaster ; the earthquake of Agadir ; a berber (tashelhit) poem », The Maghreb review, 5 (5-6), 1980, p. 125-133.

Brown K., Lakhsassi A., « La destruction est comme un oued. Le tremblement de terre d’Agadir. Un poème en Tachelhit ». Littérature orale arabo-berbère, 18, 1987, p. 43-63.

Galand L., « Le vol de bétail dans le monde berbère et dans le monde méditerranéen », Gli interscambi culturali e socio-economici fra l’Africa settentrionak et l’Europa mediterranea, vol. 1. (Atti del Congresso Intemazionale di Amalfi, 5-8 dicembre 1983), Naples : Istituto Universitario Orientale, 1986, p. 369-378.

Galand-Pernet P., « Le manuscrit berbère Jean Fines : un awzal chleuh du 12e/18e siècle », Comptes rendus du groupe linguistique d’études chamitosémitiques, 24-28 (1), 1979-1984, p. 43-49.

Galand-Pernet P., « Le thème de l’errance dans les littératures berbères », Itinéraires. Littératures et contacts de cultures, (4-5), 1984, p. 269-310.

Galand-Pernet P., « Les prologues “agrestes” des poèmes berbères : un phénomène méditerranéen. Gli interscambi culturali e socio-economici fra l’Africa settentrionale et l’Europa mediterranea, vol. 1. Actes du Congrès international d’Amalfi, 5-8 décembre 1983), Naples : Istituto Universitario Orientale, 1986, p. 355-367.

Galand-Pernet P., « Littérature orale et représentation du texte : les poèmes berbères traditionnels », Le texte et ses représentations. Etudes de Littératures anciennes : 3, Paris : Presses de l’École Normale Supérieure, 1987, p. 107-118.

Galand-Pernet P., « Le poème oral et ses marges : prologues berbères », Lalies, 6, 1988, p. 149-166.

Galand-Pernet P., « Die traditionnelle arabischen Berberschriften in Marokko. [Les manuscrits traditionnels arabo-berbères au Maroc] », Sahara Studien, Hallein : GISAF, 1988, p. 65-80.

Idbelkacem H., Taslit unar. [La fiancée de la pluie : L’arc-en-ciel], Rabat : Imprimerie Al-Maarif al-Jadida, 1986, 71 p.

Idbelkacem H., Imarayn, Rabat : Imprimerie al-ma’arif aljadida, 1988, 84 p.

Jouad H., Lortat-Jacob B., « Les modèles métriques dans la poésie de tradition orale et leur traitement en musique », Revue de musicologie, 68 (1-2), 1982, p. 147-197.

Jouad H., Les éléments de la versification en berbère marocain tamazight et tachlhit, Th. 3e cycle Linguistique Univ. Paris III/ EPHE 4e section, 1984, 141 p.

Jouad H., « Mètres et rythmes de la poésie orale en berbère marocain ; la composante rythmique » ; Cahiers de poétique comparée, 12, 1986, p. 103-107.

Jouad H., « Les tribulations d’un lettré en pays chleuh », Etudes et documents berbères, 2, 1987, p. 27-41.

Jouad H., « La matrice rythmique, fondement caché du vers », Études et documents berbères, 3, 1987, p. 47.

Jouad H., « Formules rythmiques spontanées en poésie orale », Communication et langages, 78, 1988, p. 5-13.

Jouad H., « Le langage Lm’ena : l’esthétique de l’implicite (première partie) », Etudes et documents berbères, 6, 1989, p. 158-168.

Jouad H., « La métrique matricielle : nombre, perception et sens », Bulletin de la société de linguistique de Paris, 85 (1), 1990, p. 267-310.

Lakhsassi A., « Présence de la poésie berbère », Regards sur la culture marocaine, 1, Casablanca : Kalima, 1988, p. 57-61.

Lakhsassi A., « Injustice et résistance dans la poésie berbère-taelhit », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 51 (1),1989, p. 111-120.

Lefebure CL, « Ousman : la chanson berbère reverdie », Annuaire de l’Afrique du Nord : 23, Paris : Éditions du CNRS, 1984, p. 189-208.

Leguil A., Contes berbères du Grand Atlas, Paris : Edicef, 1985, 164 p.

Leguil A., Contes berbères de l’Atlas de Marrakech, Paris : L’Harmattan, 1988, 276 p.

Mazabraud A., Parole et pensée chez les Berbères du Maroc. La vie rurale aux sources du mythe. Etude sur les contes berbères du Maroc, Th. Doct. nouveau régime Études Africaines LNALCO, 1990, 490 p.

Moustaoui M., Tifawin (I, II, III), Casablanca : Imprimerie Taysiyr, 1986/1989 (3 fasc).

Moustaoui M., Asays, Rabat : Imprimerie al-ma’arif aljadida, 1988, 139 p.

Pellat Ch., « Quatre récits berbères », Études et documents berbères, 3, 1987, p. 3-19.

Roux A., Bounfour A., Poésie populaire berbère (Maroc du Sud-ouest/Igedmiwen), Paris : Editions du CNRS, 1990, 231 p.

Rovsing Olsen M., Chants de mariage de l’Atlas marocain, Th. 3e cycle Ethnomusicologie Univ. Paris X, 1984, 398 p.

Schuyler P.D., « The “Rwais”and the “Zawia” : Professional musicians and the rural religious elite in Southwestern Morocco », ASIAN MUSIC, 17 (1), 1985, p. 114-131.

Topper U., Märchen der Berber. [Conte des Berbères], Koln : Eugen Diederichs Verlag, 1986, 263 p.

Zendouz M., « Contes des Ida ou Tanan (Haut Adas Occidental, Maroc) », Études et documents berbères, 2, 1987, p. 42-62.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Chleuh  », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 1926-1933

Référence électronique

S. Chaker, « Chleuh  », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2270

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page