Navigation – Plan du site
15 | Daphnitae – Djado - Gabriel Camps (dir.)
D51

Dimmidi

(Demmed – Castellum)
Y. Le Bohec
p. 2345-2349

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Situation et site

1L’antique castellum Dimmidi, que l’on identifie par commodité avec Messad – mais c’est un abus -, se trouvait sur le territoire des Ouled Naïl. Les monts qui ont emprunté leur nom à cette tribu font partie de l’Atlas Saharien, et dominent le large bassin de piémont de l’oued Djedi. C’est dans une vallée proche qu’a été installé ce fortin. En réalité, il faut distinguer trois sites différents : deux villages encore actuellement habités correspondent à deux oasis, Messad en amont et, en aval, Demmed qui a conservé dans son nom la racine antique, cependant que les traces de l’occupation militaire romaine sont localisées sur une butte de grès jaune, le Ksar el-Baroud ou « Château du Salpêtre ». Cette région vivait surtout du commerce. Certes, dans ce « Sahara relativement arrosé », des cultures étaient possibles ; mais le sol n’était guère utilisé que pour fournir des pâturages d’hiver pour les semi-nomades. En revanche, les vallées de l’oued Djedi et de l’oued Messad, ainsi que des pistes toutes proches, l’axe de Laghouat au Hodna et une autre route menant à Djelfa, favorisaient les activités mercantiles.

Le peuplement civil

2Les populations qui y vivaient appartenaient au peuple des Gétules, une population blanche (il y avait des noirs dans les oasis, mais on n’admet plus, de nos jours, qu’une séparation nette entre blancs et noirs ait été marquée par le cours de l’oued Djedi, malgré son nom antique : le Nigris ; sur ce fleuve, voir Pline, H.N., 33, dans l’édit. de J. Desanges, avec le commentaire aux pp. 346-349). Si on connaît mieux la période romaine, la présence indigène n’en est pas moins clairement attestée. D’abord, le toponyme lui-même appartient à la langue berbère de l’Antiquité, et s’apparente, par sa finale en -di, à des noms comme Thamugadi, Lambiridi, etc. L’archéologie a livré également des témoins de cette présence, et la fait remonter à une haute époque sans qu’il soit possible de préciser davantage. On a ainsi retrouvé de nombreux silex, mais on ignore jusqu’à quand l’industrie lithique a duré dans cette région. D’autre part, on a repéré des puits dans le fort romain, qui ont fait penser à un double culte, des eaux et des hauts lieux, ce qui a été également jugé berbère parce que ce n’était pas romain (Picard, p. 32 sv.).

Castellum Dimmidi, plan général, d’après Ch. Picard

Castellum Dimmidi, plan général, d’après Ch. Picard

L’établissement militaire

3Sur l’histoire du castellum Dimmidi à l’époque romaine, nous possédons beaucoup d’informations grâce à l’abondance des documents que les fouilles de G.-Ch. Picard ont dégagés, et qu’il a publiés dans une monographie exemplaire. L’état-major de l’armée romaine d’Afrique avait choisi ce site, bien qu’il se soit trouvé à 350 km à vol d’oiseau du quartier général, Lambèse, parce qu’il permettait de surveiller à la fois les monts aujourd’hui appelés des Ouled Naïl et la vallée de l’oued Djedi. Le camp a été fondé en 198 (Picard, n° 12-14 : dédicace des principia ; voir aussi n° 15 et 16) ; les premières constructions ont été l’œuvre de légionnaires de la IIIe Auguste, aidés par des frères d’armes de la IIIe Gallica, venus de Syrie ; la surveillance des travaux était assurée par des cavaliers de la Ière Aile de Pannoniens. Cette implantation se place dans une contexte bien connu, la réorganisation de la frontière militaire, dite « limes », et un vaste mouvement d’expansion, de constructions, tout au sud de la zone économiquement prospère (Le Bohec, Troisième Légion Auguste, pp. 391-394).

4Le site a été occupé de 198 à 225 par des hommes de la IIIe Légion Auguste (Picard, n° 5, 6, 17). Ils ont été renforcés par des soldats du numerus des Palmyréniens et par des cavaliers de l’aile Flavienne entre 226 et 235 (Picard, n° 1,2, 9, 22). De 235 à 238, les légionnaires paraissent avoir eu seuls, à nouveau, la responsabilité de la défense du camp (Picard, n° 3 et 4).

Fresques de la chapelle palmyrénienne de Castellum Dimmidi (restauration par L. Gaillard)

Fresques de la chapelle palmyrénienne de Castellum Dimmidi (restauration par L. Gaillard)

L’histoire militaire du castellum Dimmidi

5Le castellum, bien dégagé et publié par G.-Ch. Picard, présente un aspect « classique » par certains côtés (Picard, p. 66 sv.) : on y trouve tous les éléments qui font un camp romain ; par d’autres côtés, il n’est pas sans originalité. Ainsi, l’enceinte n’est pas « en carte à jouer », ne dessine pas un rectangle, comme on pourrait s’y attendre : de forme irrégulière, elle suit les impératifs de la topographie. Elle est constituée par un mur d’environ deux mètres d’épaisseur, formé par un blocage, principalement de terre, qu’enserrent deux parements de mœllons. Ce camp recouvre une superficie d’un demi hectare, ce qui permet de penser à un effectif maximum de 300 hommes. Le rempart n’est percé que d’une seule porte, ce qui n’est pas banal, mais une porte à couloir flanquée de deux tours externes, ce qui est plus normal (Th. Bechert, Bonner Jahrb., 171, 1971, p. 261). Dans la partie centrale, les principia, on trouve une chapelle des enseignes, comme de coutume, mais elle a pris la forme d’un véritable petit temple sur podium. Les casernements dessinent des carrés et non des rectangles. Les Palmyréniens y ont ajouté une chapelle pour un ou plusieurs de leurs dieux. La présence de thermes est probable.

6Autre élément bien étudié, la vie religieuse (Picard, p. 125 sv.). Ce sont tout d’abord les influences indigènes qui y sont perceptibles. On a ainsi retrouvé un autel creux contenant des cendres. G-Ch. Picard l’a rapproché d’un monument analogue, connu à Dougga, et sur lequel avait été gravée une inscription à un Mercure, sans doute africain. Il a également attribué à Caelestis une stèle anépigraphe portant un croissant. Ensuite, comme il est normal dans un milieu militaire, on constate que les cultes officiels sont bien représentés. Outre la chapelle des principia qui vient d’être mentionnée, il faut prendre en compte une série d’inscriptions qui apprennent que les militaires honoraient Jupiter (Picard, n° 3-4), en particulier le Jupiter appelé conseruator (Picard, n° 5) « De même, on a trouvé sur ce site des dédicaces à’arae Cerei ou cerei (Picard, n° 1-3) ; ce culte a intrigué et a donné naissance à des interprétations multiples : culte du cierge (allumé sur l’autel lors des fêtes de Flore) ou culte du dieu Cereus. Il est, ici, dans un cas, associé à Jupiter (Picard, n° 3).

7Un autre texte a été gravé « en l’honneur de la divine famille » à Apollon, Esculape et Hygie, qui tenaient lieu, à l’époque, de service de santé (Picard, n° 7). On voit enfin que la présence des soldats en général, et des Palmyréniens en particulier, a amené des cultes orientaux. Une stèle-temple est ainsi attribuée au Jupiter de Dolichè. Malagbel est mentionné par l’épigraphie (Picard, n° 8, 9) ; et on a fait une découverte extraordinaire : une chapelle palmyrénienne comportait des peintures murales.

L’autel creux de Castellum Dimmidi, (dessin Y. Assié)

L’autel creux de Castellum Dimmidi, (dessin Y. Assié)

Destinée ultérieure

8En 238, les légionnaires balancèrent un temps entre leur sympathie pour les Gordiens et leur fidélité à Maximin le Thrace. Par malheur pour eux, c’est ce dernier sentiment qui finit par l’emporter, sans aucun doute sous l’influence de leur légat, Capélien. La légion fut dissoute, et le poste évacué. Il n’a jamais été réoccupé. Mais on a relevé les traces d’un habitat post-romain. Il était sans doute difficile à identifier, mais il a existé : des murs, avec des directions originales, reposent sur ceux de l’époque romaine ; des caves et des silos, de même, ne respectent pas les directions antérieures. On a également identifié de nombreuses meules à grain en grès, qui se présentent sous la forme de cylindres plats d’un diamètre de 70 centimètres. La quantité de ces objets laisse penser que la présence humaine sur ce site a été durable et importante ; on arrive aux mêmes conclusions avec la présence des très nombreux ossements d’animaux qui y ont été observés (Picard, p. 33 sv.).

Haut de page

Bibliographie

Picard G-Ch., Castellum Dimmidi, Alger-Paris, s.d. (1947), 229 p., XIX pl. (publication fondamentale).

Pflaum H.-G., Journal des Savants, 1949, pp. 55-62 = L’Afrique romaine, Paris, 1978, pp. 1-8 (très utile compte-rendu).

Thouvenot R., Hesperis, 36, 1949, pp. 249-251 (autre très utile compte-rendu).

Le Bohec Y., La Troisième Légion Auguste, Paris, 1989, p. 435 (résumé du livre de G.-Ch. Picard cité), et passim (pour l’épigraphie), Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique proconsulaire et Numidie, Paris-Marseille, 1989, pp. 28, 36 et 123.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Castellum Dimmidi, plan général, d’après Ch. Picard
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2261/img-1.png
Fichier image/png, 260k
Titre Fresques de la chapelle palmyrénienne de Castellum Dimmidi (restauration par L. Gaillard)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2261/img-2.png
Fichier image/png, 286k
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2261/img-3.png
Fichier image/png, 171k
Titre L’autel creux de Castellum Dimmidi, (dessin Y. Assié)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2261/img-4.png
Fichier image/png, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Y. Le Bohec, « Dimmidi », Encyclopédie berbère, 15 | Daphnitae – Djado, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, p. 2345-2349

Référence électronique

Y. Le Bohec, « Dimmidi », in Encyclopédie berbère, 15 | Daphnitae – Djado [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2261

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page