Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C56

Chiniava

J. Peyras
p. 1925-1926

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’inscription C.25450, datable de la fin du iie siècle ou du début du iiie [Peyras et Maurin, 1974] a permis de situer au cœur du Tell nord-est, sur le Henchir Guennba (At. Arch. Tun., f. Mateur, 225), l’oppidum ciuium Romanorum de Pline l’Ancien (Hist. Nat, V, 29), et d’éliminer les leçons Chimauense et Ciniauense de certains manuscrits [Desanges, 1980]. Le suffixe -ensis rend probable le substantif Chiniaua.

2La confrontation du texte plinien et de l’épigraphe a suscité d’ardentes controverses qui portent sur le sens de l’expression oppidum ciuium Romanorum, sur la date de cette entité et de la liste du Naturaliste, sur la composition de l’ordo Chini[a]uensium peregrinorum, qui honorait, sous Commode ou sous Septime Sévère, son patron le Carthaginois Marcus Iulius Probatus Sabinianus. Les spécialistes sont encore divisés [Peyras, 1991]. Sommairement, nous remarquerons que ces oppida sont des groupements privés (conuentus ciuium Romanorum) pour L. Teutsch [1962] et B.D. Shaw [1981], des municipia ciuium Romanorum pour F. Vittinghof [1952] et J. Desanges [1972, 1980], un corps public (pagus, conventus,...) pour Ch. Saumagne [1965] et J. Gascou [1972]. Sans nous prononcer sur la signification de la locution, nous observerons qu’on ne saurait opposer à J. Desanges le mot peregrinorum pour refuser sa démonstration. Les peregrini ne sont pas ici les étrangers à la citoyenneté romaine, mais des incolae, c’est-à-dire des étrangers résidents, attachés administrativement à la cité [Desanges, 1980].

3Un fragment épigraphique, gravé sous Constantin le Grand ou son fils Constantin II sur un morceau d’architrave, est le dernier document que nous puissions verser au dossier de cette cité. Elle occupait entre Biha Bilta* et Vreu, 800 m d’ouest en est, 250 m du nord au sud, près d’un ruisseau, la chaaba Melk el Ouidane, qui débouche d’une cluse à 305 m d’altitude.

4On distingue d’est en ouest :
- des haouanet et des fosses funéraires creusées dans le revers de la falaise.
- des sources qui alimentaient, à l’ouest, des thermes, près desquels gît un fragment de l’inscription C.25450.
- un grand édifice soigneusement construit en pierres de grand et moyen appareil. L’un des murs comprend 16 assises et a 4 m de haut. Devant l’édifice s’ouvre une esplanade jonchée de colonnes. Cet ensemble correspond probablement au capitole et au forum.
- des aménagements hydrauliques qui ont permis, à l’Est, d’établir un barrage, un canal, deux bassins de réception, et une tour, appelée « terga » ( = le canal, en berbère) [Peyras, 1991].

5Une dizaine de fermes et deux voies romaines, un tertre, un tumulus, ont été notés dans les environs de Chiniaua.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Peyras, « Chiniava », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 1925-1926

Référence électronique

J. Peyras, « Chiniava », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2241

Haut de page

Auteur

J. Peyras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page