Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C55

Chinalaph

Ph. Leveau
p. 1925

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, Antiquité
Haut de page

Texte intégral

1Ptolémée mentionne le Chinalaph (χιvαλαφ) dont l’embouchure se situait entre Caesarea (Cherchel) et Gunugu (Sidi Brahim, à l’ouest de Gouraya) (Ptolémée, IV, 2, 2 et 5). Müller (éd. de Ptolémée, p. 596) proposait d’y voir l’Oued Messelmoun (St. Gsell, Atlas Archéologique de l’Algérie, Paris 1911, f. 4, 9) et suggérait de corriger Chinalaph en Chinalath pour l’accorder avec la terminaison d’autres hydronymes mentionnés par Ptolémée. Cette identification semble la plus vraisemblable, bien qu’elle ne soit pas communément admise. Elle a été en effet rejetée par Kiepert (carte de la Mauretania, C.I.L. VIII) et E. Cat (Essai sur la Province romaine de Maurétanie Césarienne, Paris 1891, p. 19) qui identifient Chinalaph et Chélif. Cat se fonde sur deux arguments. Le premier est une ressemblance entre Chélif et Chinalaph. Le second est un argument géographique : Ptolémée aurait ignoré le coude vers l’ouest fait par le Chélif au sud de Cherchel. Cette argumentation est discutable : Ptolémée dit seulement qu’un fleuve côtier dont l’embouchure est située entre Gunugu et Caesarea s’appelait le Chinalaph. D’autre part Ptolémée indique le nom antique du Chélif : c’est le Chulimath (χυλιµαζ) (Ptolémée, IV, 2, 2). La position de St. Gsell a été hésitante. Ainsi, parlant de l’embouchure du Chélif (Atlas archéologique de l’Algérie, f. 11, 3), il écrit que Ptolémée semble l’appeler Chulimath et, tout en rappelant la théorie de Cat, rapproche ce toponyme de Sour Kelmitou à 7 km de l’embouchure. Mais sur ses cartes, il identifie Chélif et Chinalaph, non sans tempérer cette affirmation d’un point d’interrogation qui a été oublié par la suite. Récemment J. Desanges a défendu l’identification du Chélif avec le Chulimath (Deux Études de toponymie de l’Afrique romaine, Mélanges Saumagne, Tunis 1968, p. 107).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ph. Leveau, « Chinalaph », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 1925

Référence électronique

Ph. Leveau, « Chinalaph », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2238

Haut de page

Auteur

Ph. Leveau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page