Navigation – Plan du site
15 | Daphnitae – Djado - Gabriel Camps (dir.)
D29

Delou

Delu, (seau à puiser l'eau : puisette ; nom arabe du signe du Verseau)
M. Gast
p. 2261-2264

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce mot d’origine arabe désigne un petit seau en peau (qui peut être aussi en bois, en cuivre, en fer), pour puiser l’eau au Sahara et en pays berbère. Mais il désigne parfois aussi la grande poche de cuir, munie d’une manche à sa partie inférieure, tirée par un animal sur une structure de bois au-dessus d’un puits.

2Par extension, l’appareil de traction tout entier est quelquefois aussi appelé delu, en certaines régions.

3Ce terme s’est assimilé à plusieurs parlers berbères :
• En tamazight du Maroc central, eddlu définit « un seau en cuir ou en caoutchouc pour puiser l’eau dans le puits » (M. Taïfi, 1991, p. 64).
• En ouargli ; ddelu plur. ddelwan, fém. tadlawt fém. plur. tidlawin (petit seau en cuir, gourde), a les mêmes emplois (voir J. Delheure, 1927, p. 52).
• En mozabite ; eddlu plur. eddelwân a le même sens (voir J. Delheure, 1984, p. 29).
• En Kabyle le mot delu semble absent au profit du mot eṣṣḍel (seau, récipient en métal) qui vient de la racine arabe sl désignent un seau en fer, en cuivre, un bac à eau.
• En tamâhaq le petit seau en peau pour puiser l’eau se nomme aǧa (voir Foucauld, Dict. touareg-français I, 383). Diffère du grand seau en cuir rigide ahaǧa, faisant office de panier pour la récolte des grains, des fruits, le transport des menus objets ou qui sert de récipient pour tanner les peaux.

Description et usage du delu

4L’instrument nommé delu ou aǧa en tamâhaq est une poche de cuir (sans poil) tanné pour recevoir de l’eau en restant toujours souple. On utilise parfois de vieilles outres à eau pour fabriquer le delu. Cette poche est suspendue par un ensemble de 15 à 20 petites lanières tressées (telut) de 5 à 10 cm de long, à un cercle de fibres de bois (talakat) de 20 à 30 cm de diamètre, lui-même enrobé de peau. Au-dessus de ce cercle, trois attaches de corde, assurent une prise équilibrant le poids du seau rempli d’eau (qui peut contenir de 3 à 6 litres d’eau en moyenne). La corde de traction s’attache au sommet de cette suspension ; elle varie de longueur en fonction de la profondeur de l’eau à puiser.

Delou, poche de cuir, à Djanet (Photo G. Camps)

Delou, poche de cuir, à Djanet (Photo G. Camps)

5Cet instrument léger de faible capacité, est essentiellement réservé aux usages domestiques pour alimenter les besoins en eau des hommes et pour abreuver les animaux. Il est jeté au fonds des puits et tiré à bras, mais parfois aussi actionné à l’aide d’une poulie de bois (roue ou rouleau) montée au-dessus du puits sur un bâti en bois, en pierres ou en moellons de boue séchée.

6Dès qu’il s’agit de tirer de plus grandes quantités d’eau pour arroser les jardins, dans des régions où les galeries drainantes ne peuvent être conçues, l’on utilise une poche de cuir à plus grande capacité appelée aussi delu, munie d’une manche de cuir tronconique à sa partie inférieure et qui sert de clapet d’ouverture après la remontée de la poche. Pour assurer le bon fonctionnement de la remontée des 40 à 50 litres d’eau de ce delu surdimensionné, les Sahariens ont imaginé différents échafaudages en bois ou en pierres maçonnées qui permettent une traction animale (âne, bœuf, dromadaire). On facilite quelquefois la traction par le creusement en pente d’un chemin de halage de la longueur de la corde (suivant la profondeur du puits). Ce mode de traction au-dessus d’un puits porte des noms qui varient selon la région et le dialecte local : Sànya dans l’oued Souf et au Fezzan, tirest au Mzab, delu en Tunisie, tanut en pays touareg. Le Fezzan offrait, semble-t-il, une grande variété de structures (à échelle, à chèvre, à échafaudage) avec un ou plusieurs delu dont le père Jean Lethielleux a fait une minutieuse description dans son livre Le Fezzan, ses jardins, ses palmiers (1948, pp. 81-105). Les Touaregs appellent elkem la manche tronconique cousue à la partie inférieure de la grande poche (voir Foucauld, Dict. I, 1044 et 1284). Le principe de fonctionnement du delu sur une poulie en est le suivant : la traction verticale à bras de l’homme est remplacée par une traction animale horizontale qui favorise une exhaure beaucoup plus conséquente à chaque opération, grâce à l’usage d’une poulie en bois montée sur une solide structure de bois ou de pierre.

Tamout, puits à traction animale, à Idelès (Photo M. Gast)

Tamout, puits à traction animale, à Idelès (Photo M. Gast)

7• La grande poche accrochée à une grosse corde est descendue rapidement au fond du puits pour être remplie ; le conducteur s’assure de sa charge par une légère traction de la corde principale que va tirer l’animal ; mais il a en main une autre corde plus fine qui vient s’ajuster à la bouche de la manche tronconique. En maintenant cette deuxième corde tendue et qui roule elle aussi sur une autre poulie au-dessous de la première (c’est en général un rouleau de bois), le conducteur relève la manche vers le haut de telle sorte qu’elle ferme l’évacuation basse de la poche. L’animal tire alors la masse du delu chargé, jusqu’au bout de sa course sous la poulie.
• A ce moment, le conducteur relâche la petite corde tout en maintenant la traction de l’animal pour opérer la vidange de l’eau par la manche au-dessus d’un petit bassin contigu au puits (cette eau stockée est ensuite canalisée vers le jardin).
• La charge étant vidée, les deux cordes se relâchent ; l’animal et son conducteur reviennent vers le puits et l’opération recommence.

8Le débit dépend de la profondeur du puits, de la force de l’animal et de la capacité du delu. Capot-Rey remarque qu’au Mzab un puits simple peut débiter ainsi 60 à 100 1/minute. Le puits à balancier a été à peu près partout (sauf au Gourara) remplacé au début du xxe siècle, par ce système à traction animale dès lors que les galeries drainantes ne pouvaient être mises en œuvre.

« On a voulu voir dans le puits à poulie et à delou un trait de civilisation qui aurait été propagé par les Ibadites. Il est bien vrai qu’on le retrouve à Djerba et au Tafilalet, autres foyers de l’hérésie ; mais il existe aussi dans le Sahel tunisien, en Basse Mauritanie, au Soudan, en pays touareg, et, en dehors du Sahara, sur la côte de l’Arabie qui borde la Mer Rouge et jusqu’aux Indes ; il ne semble donc pas lié à une aire géographique précise ou à un groupe ethnique bien défini » (Capot-Rey 1953, p. 322). X. de Planhol et P. Rognon notent par ailleurs dans leur ouvrage Les zones tropicales arides et subtropicales (1970) : « le système à poulie (bakra en Egypte, tcherd en Irak) semble être une invention relativement tardive, peut-être en Egypte ou plutôt en Mésopotamie, si le mot égyptien vient bien de l’acadien... » (p. 113).

9Aujourd’hui, le puisage à bras à l’aide du delu subsiste encore dans toute la zone sahélienne dans les puits non pourvus de motopompes, que ce soit pour l’alimentation humaine ou l’abreuvage des animaux. Le système à poulie a été très souvent remplacé par des moto-pompes, mais il demeure présent dans de nombreux jardins où les agriculteurs, trop isolés ou trop pauvres, maintiennent quelques arpents de terre pour s’assurer d’une subsistance en céréales, légumes et fourrages verts pour leurs chèvres et moutons. Il faut cependant, dans ce cas, disposer d’un bœuf, d’un dromadaire ou d’un âne.

10Le delu et sa corde demeurent dans la vie saharienne des objets de première nécessité presque symboliques avec l’outre à eau ; car à quoi bon arriver à un puits sans avoir le moyen d’en tirer de l’eau.

ağa-n-âman (le seau d’eau)

11« Son sourd et prolongé se produisant dans les parties supérieures de l’air et ressemblant au son que produit un seau d’eau versé de haut dans un bassin. L’aǧa-n-âman s’entend quelquefois de jour, plus souvent de nuit ; il est rare ; on ne l’entend pas tous les ans, et tout au plus l’entend-on deux ou trois fois en une année ; c’est toujours un son unique et prolongé qui semble descendre vers la terre. Les Kel-Ahaggar ignorent son origine ; ils le regardent comme présage de pluie dans l’année » (Foucauld, Dict. touareg-français I, 383).

Haut de page

Bibliographie

Capot-Rey R., Le Sahara français, PUF, Paris, 1953, 564 p.

Collections ethnographiques, publiées sous la direction de L. Balout, photographies de Marcel Bovis, légendes de Marceau Gast, Arts et Métiers Graphiques, Paris 1959 (Voir légende XIX, seau à puiser).

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, SELAF, Paris, 1984, 322 p. Idem, Dictionnaire ouargli-français, SELAF, Paris, 1987, 496 p.

Foucauld P. de, Dictionnaire touareg-français, 4 vol. , Imprimerie Nationale, Paris, 1951-1952, 2 028 p.

Lethielleux J., Le Fezzan, ses jardins, ses palmiers, Notes d’ethnographie et d’histoire, Publications de l’Institut des Belles Lettres Arabes (IBLA) 12, Tunis, 1948, 253 p.

Mounier Lt G., « Le travail des peaux chez les Touareg du Hoggar », Travaux de l’Institut de Recherches Sahariennes, t. I, 1942, pp. 33-169.

Nicolaisen J., Ecology and culture of the pastoral tuareg, The National Muséum of Copenhagen, 1963, 548 p.

Nicolas F., Tamesna, Les Ioullemmeden de l’Est ou Touareg « Kel Dinnik », Imprimerie Nationale, Paris, 1950, 280 p.

Planhol X. et Rognon P., Les zones tropicales arides et subtropicales, A. Colin, Paris, 1970, 487 p.

Taifi M., Dictionnaire tamazight-français (parlers du Maroc central), L’Harmattan-Awal, Paris, 1991, 880 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Delou, poche de cuir, à Djanet (Photo G. Camps)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2232/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Tamout, puits à traction animale, à Idelès (Photo M. Gast)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2232/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Gast, « Delou », Encyclopédie berbère, 15 | Daphnitae – Djado, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, p. 2261-2264

Référence électronique

M. Gast, « Delou », in Encyclopédie berbère, 15 | Daphnitae – Djado [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2232

Haut de page

Auteur

M. Gast

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page