Navigation – Plan du site
15 | Daphnitae – Djado - Gabriel Camps (dir.)
D19

Darğînî (al-)

O. Ould Braham
p. 2231-2233

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Abû ’l‘Abbâs Amad b. Sa‘îd b. Sulaymân b. ‘Alî b. Yalaf al-Darǧînî d’une famille pieuse ibâite-berbère originaire du Ǧabal Nafûsa (Tripolitaine) ; dans ses ancêtres on compte plus d’un šay ou ‘azzâbî fort vénéré. Son père, Sa‘îd b. Sulaymân quitta Karûma et s’établit très jeune à Darǧîn, dans le Bilâd al-Ǧarîd (Djerid) où il suivit les leçons du šay Maymûn b. Amad al-Mazâtî ; c’est à cette localité qu’il doit sa nisba. Traditionniste éminent et poète à ses heures, il communiqua à son fils un certain nombre de traditions que celui-ci consigna dans ses abaqât.

2Abû ’l‘Abbâs Amad b.Sa’îd al-Dargînî naquit probablement à Darǧîn al-suflâ mais la date de sa naissance ainsi que celle de sa mort nous échappent complètement. Par contre, on sait qu’il a vécu au viie siècle de l’hégire et la date de son décès se situe dans la seconde moitié de ce siècle.

3Vers 616 H./1219-20 il se rendit à Warǧlân (Ouargla) où il passa deux années à étudier auprès des šay-s de cette ville, après quoi il retourna dans le Bilâd al-Ǧarid. Nous le retrouvons en 633 H./l235-36 dans le Tuzar où il continuait ses travaux. A un âge avancé, il s’installe à Ǧarba (Djerba) jouissant d’une grande notoriété auprès des ‘azzâba de cette île, particulièrement apprécié pour sa grande et fine connaissance de la langue arabe, de la littérature, de l’histoire et de la jurisprudence.

4Poète très considéré, à l’instar de son père et de son grand-père, il fut l’auteur d’un diwân et de lettres en vers, ouvrages probablement perdus. Il fut aussi juriste et a traité de questions sur les partages de successions, travaux utilisés par Abû âhir Isma‘îl Ğaâli dans son Kitâb fi’l-isâb wa Qism al-Farâ’i. Abû al-‘Abbas Sa‘îd est surtout connu comme un éminent historien et biographe dont l’œuvre s’intitule Kitâb abaqât al-Mašâyi, ouvrage composé de deux tomes, rédigé aux alentours de 670 H./l 273. La première partie traite de la genèse et de l’histoire de la doctrine ibâdite, de la pénétration de celle-ci au Maghreb et de la dynastie des Rostémides ; son contenu ne diffère pas du premier volume de l’ouvrage d’Abû Zakariyyâ’Yayâ b. Abî Bakr al-Warǧlânî. Quant à la seconde partie, la plus intéressante, elle contient un grand nombre de biographies très détaillées de docteurs et personnages ibâdites illustres. L’originalité de cette œuvre est aussi dans le mode de classement des biographies : un personnage donné est rangé dans une abâqa (ou classe) qui lui est propre et chaque classe de savants correspond à une période de 50 ans, ou génération humaine (ǧîl).

5Avant Dargînî, c’est Abû ‘Ammâr ‘Abd al-Kâfî al-Warǧlânî, savant ibâite du vie/xiie siècle qui a établi une nomenclature chronologique de say-s ibâites. C’est cette liste qui a servi de base à Darǧînî qui, pour chaque nom, a rédigé un article biographique. Sur la genèse de cet ouvrage, A. de C. Motylinski (1885, p. 39) cite ce passage du Ğawâhir al-Munaqât d’Abu al-Qâsim al-Barrâdi : « Al-âǧǧ ‘Aysâ b.Zakariyyâ’venait d’arriver d’Oman (...). Ses frères d’Orient lui avaient demandé de leur envoyer un ouvrage contenant les biographies des premiers frères et retraçant les vertus des ancêtres de l’Occident. Al-Hâǧǧ ‘Aysâ consulta les savants ‘azzâba qui se trouvaient alors à Djerba et leur exposa la demande faite. On songea au livre d’Abû Zakariyya’, mais on reconnut qu’il n’était pas assez complet (...). On songea donc à composer un ouvrage rappelant l’histoire des Rostémides et les vertus des anciens docteurs et l’on reconnut que personne n’était plus propre qu’Abû TAbbâs à remplir dignement cette tâche. »

6Hormis les quatre premières classes qui contiennent dans l’œuvre de Darǧînî des biographies de docteurs ibâdites moyen-orientaux (où l’auteur a puisé aux sources très anciennes), les huit abâqat suivantes ne prennent en compte que les personnages ibâites du Maghreb. Parmi les sources maghrébines dont le nombre est important, utilisées dans la composition de la seconde partie, on peut citer les œuvres historiques et biographiques d’Abû Zakariyyâ’Yayâ b.Abî Bakr al-Warǧlânî et d’Abû l’Rabî‘ Sulaymân b.’Abd al-Salâm al-Wisyânî. L’auteur des abaqât tout au long de son texte nous transmet plusieurs documents, antérieurs à son époque, qui offrent un grand intérêt historique, tels que la liste chronologique des say-s ibâites d’Abû ‘Ammar ‘Abd al-Kâfï al-Wârǧlâni (publiée en français par Lewicki, 1936 : Appendice II, pp. 170-172), le règlement de la constitution de la alqa d’Abû ‘Abd Allah Muammad b. Bakr al-Nafûsî, la uba du chef ibâite oriental Abû amza al-Šârî à Médine, la risâla-crédo d’Abû ufyân Mabûb b.Raîl et enfin la Qasîda sur la mort d’Abû Sulaymân Ayyûb b.Isma‘îl.

7Curieux destin que celui du Kitâb abaqât al-masâyi ! Pendant longtemps, il n’y a pas eu de publication de cette œuvre malgré son importance indéniable. Signalée pour la première fois par Emile Masqueray, lors de sa mission du Mzab (1878), elle a été partiellement étudiée par Motylinski (1885, p. 40-43) qui en a donné la table des matières concernant le premier volume. Ce n’est que vers les années 20 de ce siècle que l’arabisant polonais Z. Smogorzewski, après son immense collecte de manuscrits ibâdites, a travaillé à une édition critique du K. abaqât (M. Mercier, p. 22) mais celle-ci n’a jamais vu le jour. Seule compensation : son élève et disciple, T. Lewicki (1936) a étudié cette œuvre d’une manière complète. Il faut attendre l’année 1974 pour que celle-ci soit imprimée, à partir d’une copie manuscrite du Mzab, sous le titre : Kitâb abaqât al-mašâyi bi l’Maġrib (Alger-Constantine, 546 p.) sous la responsabilité scientifique d’Ibrahim allây.

Haut de page

Bibliographie

Fekhar B., Les communautés ibâdites d’Afrique du Nord depuis les Fatimides, thèse de doctorat ès lettres (dir. Cl. Cahen), Paris, Sorbonne, 1971.

Le Tourneau R., La « Chronique » d’Abû Zakariyyâ’al-Wargalâmi, Rev. afric. t. CIV, 1960, p. 99-176 et t. CV, 1961, pp. 117-176.

Lewicki T., « Notice sur la chronique ibâdite d’Ad-Darǧînî », Rocznik Orientalistyczny, t. XI, 1936, pp. 146-172, Lwow.

Ibid. « Les historiens, biographes et traditionnistes ibâdites-wahbites de l’Afrique du Nord du viiie au xvie siècle », Folia Orientalia, t. III, 1961, pp. 1-134, Krakow.

Masqueray E., Chroniques d’Abou Zakaria, Alger, 1878.

Mercier M., Le Waaf ibadhite et ses applications au Mzab, Alger, 1927.

Motylinski A. de C, « Bibliographie du Mzab. Les livres de la secte abadhite », Bulletin de correspondance africaine, t. III, 1885, pp. 15-72, Alger.

Ould-Braham O., « Emile Masqueray au Mzab. A la recherche de livres ibâites », Études et Documents Berbères, 9, 1992, pp. 5-35, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

O. Ould Braham, « Darğînî (al-) », Encyclopédie berbère, 15 | Daphnitae – Djado, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, p. 2231-2233

Référence électronique

O. Ould Braham, « Darğînî (al-) », in Encyclopédie berbère, 15 | Daphnitae – Djado [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2221

Haut de page

Auteur

O. Ould Braham

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page