Navigation – Plan du site
15 | Daphnitae – Djado - Gabriel Camps (dir.)
D18

Darbouka

(Derbouka/Darabouqqah)
C. El Briga
p. 2230-2231

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Instrument de musique à percussion manuelle fait d’un cylindre de terre cuite de forme évasée mais sans fond. Une membrane est collée et maintenue par des lacets de cuir sur l’orifice le plus large. Au Maghreb et au Sahara cette membrane est faite d’une peau de chèvre, en Égypte on emploie une peau de poisson.

2Les darboukas ont des dimensions variables. Les plus communes sont tenus, par les musiciens debout, sous l’aisselle. « Le jeu se fait des deux mains alternant, la main droite frappant à plat, soit au milieu soit sur le bord de la membrane, la main gauche uniquement sur le bord. Il est surprenant de constater que, dans la couleur sonore, grande est la différence entre ces deux façons de battre. Cette différence, outre les diverses possibilités de résonance, ainsi que la répétition logique des coups à plat entre main droite et main gauche, ouvre un très large champ à des motifs rythmiques variés, même lorsque le mètre des différents battements demeure constant » (L. Barbès, 1960-1961).

3Au Maroc, en pays chleuh, on appelle arija de petites darboukas.

Darbouka (Dessin de V. Lelièvre)

Darbouka (Dessin de V. Lelièvre)

4Des darboukas plus grosses sont portées en bandoulière par devant. C’est le cas au Touat où les membres de la confrérie de Moulay Taïeb jouent de cette akellal, tandis que les femmes portent sur l’épaule une petite darbouka qu’elles appellent abeka. Mais on peut aussi jouer de la darbouka assis, l’instrument reposant sur une cuisse.

5La darbouka est partout très appréciée, au Maghreb comme au Machrek. Cet instrument intervient dans les orchestres citadins aussi bien que dans les fêtes populaires et dans les formations rustiques. L’origine du nom demeure inconnue, comme celle de l’instrument qui doit être aussi ancienne que la poterie.

Haut de page

Bibliographie

Bartok B. et Barbes L., « Musique populaire à Biskra », Annales de l’Institut d’Etudes orientales Ager, t. 18-19, 1960-1961, p. 301-336.

Farmer G.M., « Darabukka », Encyclop. de l’Islam, 2e édition, p. 139.

Hickmann H, « La daraboukkah ». Bull, de l’Institut d’Egypte, t. XXXIII, 1953, p. 229-245.

Lelièvre V., Danse du Maghreb, d’une rive à l’autre, Paris, Karthala, 1987,

Marcais W., « Darbukka », Encyclop. de l’Islam, 1re édition, p. 946.

Revault J., « Notes sur les instruments traditionnels de musique populaire dans le sud tunisien », VIe congr. intem. des sciences anthrop. Paris, t. II, 1960.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Darbouka (Dessin de V. Lelièvre)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2219/img-1.png
Fichier image/png, 339k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. El Briga, « Darbouka », Encyclopédie berbère, 15 | Daphnitae – Djado, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, p. 2230-2231

Référence électronique

C. El Briga, « Darbouka », in Encyclopédie berbère, 15 | Daphnitae – Djado [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2219

Haut de page

Auteur

C. El Briga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page