Navigation – Plan du site
16 | Djalut – Dougga - Gabriel Camps (dir.)
D89

Dougga

(antique Thugga)
G. Camps
p. 2522-2527

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Tunisie, Ville
Haut de page

Texte intégral

1Dougga est l’un des sites romains de Tunisie les plus visités et les plus célèbres. L’aspect monumental de ses ruines, en partie restaurées, la beauté du site et les nombreux témoignages, si rares ailleurs, d’une cité numide antérieure à la domination romaine expliquent l’intérêt suscité par ce site à flanc de plateau dominant un paysage superbe. Cette position facile à défendre explique le nom numide de la ville, écrit TBGG en libyque, nom dans lequel se reconnaît la racine TBG qui signifie « protéger ».

2La ville de Thugga a une longue histoire. A la fin du ive siècle av. J.-C, Eumaque, lieutenant d’Agathocle, tyran de Syracuse qui avait conduit une expédition en Afrique, s’empare de la ville de Tokaï qui pourrait bien être Thugga. De cette ville, Diodore de Sicilefi qui rapporte les faits, dit qu’elle était d’une belle grandeur. Des vestiges non négligeables témoignent, en effet, de l’existence d’un véritable centre urbain numide. Antérieurement le site avait été déjà occupé comme l’indique la nécropole de dolmens s’étendant sur le plateau juste au delà des remparts numides. A ces remparts en gros appareils, s’ajoutent les vestiges d’un temple à Baâl, les murs d’un sanctuaire dédié à Massinissa divinisé après sa mort et le superbe mausolée du iiie-iie siècle avant J.-C. qui portait deux inscriptions, l’une en punique, l’autre en libyque, rapportant le même texte, ce qui permit d’établir la valeur des lettres de l’alphabet libyque. Ce mausolée à trois étages reposant sur un piédestal de cinq gradins est orné de colonnes engagées et de reliefs d’inspiration hellénistique (quadriges, sirènes). Il fut construit par Ateban* que les auteurs considèrent aujourd’hui comme le constructeur et non le destinataire du mausolée.

Le plateau de Dougga. Photo G. Camps

Le plateau de Dougga. Photo G. Camps

3Ce monument fut peut-être un cénotaphe dédié à Massinisssa. A ces importants vestiges s’ajoutent une série exceptionnelle d’inscriptions libyques et puniques datables de la même époque ; les seules qui aient pu donner quelques indications sur l’administration d’une ville du royaume numide. Exploitant ces inscriptions bilingues et s’appuyant sur les textes puniques et sur la connaissance que l’on pouvait avoir de l’organisation municipale de Carthage, J. Février avait proposé de reconnaître les fonctions suivantes : un roi éponyme (GLD en libyque), deux « chefs de cent » (MWSN), un « chef de cinquante » (GLDMSK), un trésorier (MSSKW), un chef des prêtres (GLDGYLM). Mais plus récemment, S. Chaker, s’appuyant sur le berbère dont le libyque est une forme ancienne, proposa de reconnaître des titres et fonctions différents : le MWSN (que le punique traduit par « chef de cent ») serait un « sage », un homme d’expérience (Amussen en touareg, amusnaw en kabyle), le MSSKW ne serait pas un trésorier mais un architecte et l’énigmatique GZB, non traduit en punique, serait un inspecteur des travaux, tandis que le GLDMSK, traduit par chef de cinquante en punique, serait le chef des maçons et, au lieu d’être chef des prêtres, le GLDGYLM serait le chef d’une catégorie d’artisans inconnus. Pas plus que celles de J. Février, trop influencé par le punique, les traductions de S. Chaker, déterminées par les racines berbères, n’emportent la conviction. Quoi qu’il en soit, ces textes bilingues aussi précieux que difficiles à exploiter, n’en témoignent pas moins d’une organisation municipale de Dougga, originale et différente de celle de Carthage et des autres villes puniques.

4A l’époque numide Thugga ne semble pas posséder de sufètes, cependant une inscription latine datée de 48 après J.-C. mentionne clairement les sufètes de cette ville, comme si le modèle punique s’était imposé après la chute de Carthage. On sait par ailleurs que cette fonction fut exercée dans de nombreuses villes de la province d’Africa au ier et iie siècle de notre ère.

Mausolée d’Ateban, dit libyco-punique. Photo G. Camps

Mausolée d’Ateban, dit libyco-punique. Photo G. Camps

Rempart numide de Dougga. Photo G. Camps

Rempart numide de Dougga. Photo G. Camps

Dédicace bilingue du temple de Massinissa, datée de l’an X du règne de Micipsa. Photo du Musée du Bardo, Tunis

Dédicace bilingue du temple de Massinissa, datée de l’an X du règne de Micipsa. Photo du Musée du Bardo, Tunis

5A ce moment la ville a un statut de simple civitas dépendant de la pertica de Carthage, mais juxtaposés à l’antique cité, de nouveaux venus, italiens jouissant du droit de citoyen romain, fonctionnaires impériaux, administrateurs des domaines impériaux et simples commerçants ou vétérans constituent une entité administrative indépendante, le Pagus thuggensis. Pagus et civitas se développent harmonieusement. Dès les principat d’Auguste et de Tibère, la ville cherche à s’embellir : un forum est aménagé aux dépens de l’angle sud-est de la vieille enceinte numide, un temple de Saturne y est construit sous Tibère, il sera remplacé à la fin du deuxième siècle (194-195) par un temple beaucoup plus vaste, en dehors de la ville. La ville se romanise et les constructions somptuaires se multiplient. En 205, sous Septime Sévère, civitas et pagus s’unissent dans une nouvelle entité : le municipe gouverné par un ordo et deux duumviri, comme tous les municipes qui se veulent des images de Rome.

Plan de Dougga à l’époque romaine, d’après Cl. Poinsot

Plan de Dougga à l’époque romaine, d’après Cl. Poinsot

6La ville atteint alors son apogée, bien qu’elle reste un petit centre dont la population ne devait pas dépasser 5 000 âmes. Les temples, cependant, sont nombreux et l’épigraphie abondante permet de les identifier pour la plupart. Les familles puissantes, comme les Gabinii règnent pendant plusieurs siècles sur la cité qu’elles embellissent par des constructions fastueuses. Déjà sous les Antonins, les Gabinii avaient non seulement offert le terrain mais pris à leur charge la construction du temple de Frugifer, de la Fortune Auguste et de Liber Pater. C’est aux Maedii que Thugga doit son temple de la Fortune Auguste, de Vénus, de la Concorde et de Mercure. Les Licini firent construire en pleine ville de magnifiques thermes, distincts des grands thermes de l’Aïn Doura. Ces thermes liciniens présentent une particularité architectonique : comme dans les monuments d’Orient, les colonnes supportent de grands dais sur lesquels reposent des arcs et non des architraves. Cette disposition ne se répandit en Occident qu’à partir du ive siècle, or les thermes liciniens de Thugga sont antérieurs d’un siècle.

7Le temple de Caelestis présente encore plus d’originalité. Caelestis, qui a succédé à Tanit et à Ashtart, est la parèdre du Saturne africain et son temple construit sous Septime Sévère présente une grande cour dallée semi-circulaire, bordée elle-même par un péristyle qui porte une dédicace célébrant la munificence de Q. Gabinius Rufus Felix. Le temple périptère est construit sur un podium élevé. Des statues en argent de la déesse avaient coûté 35 000 sesterces. Le théâtre, à l’autre extrémité de la ville, est l’un des plus beaux de l’Afrique romaine, sa cavea, d’une hauteur de 15 m, pouvait recevoir 3 500 spectateurs. La ville de Thugga possédait deux arcs, l’un, au sud-est, fut élevé en l’honneur de Septime Sévère, en 205, pour célébrer l’accession de la ville au rang de municipe. Sous cet arc passe la voie qui descendait dans la plaine et rejoignait la grand axe routier de Carthage à Théveste ; le second arc, érigé sous Alexandre Sévère, est situé sur la voie qui, depuis le forum, se dirige vers l’ouest. A proximité de cet arc se situent les grandes citernes* de Thugga ; la plus importante, celle d’Ain Mizeb, voisine du temple de Minerve construit sous Antonin le Pieux, est composée de huit réservoirs allongés couverts de voûtes et placés perpendiculairement à un bassin de décantation, sa contenance est de 9 000 m3 ; la citerne de l’Aïn el Hammam, à proximité du temple de Caelestis, est constituée de réservoirs de même forme, sa contenance est inférieure d’un tiers.

Théâtre romain du Dougga. Photo G. Camps

Théâtre romain du Dougga. Photo G. Camps

8En plus des monuments municipaux, à usage collectif, les fouilles, dirigées principalement par L. Poinssot, ont mis au jour de nombreuses et belles demeures : Maison du Trifolium, maison de la Gorgone, maison des saisons qui livrèrent des mosaïques de grande valeur esthétique de même que celles trouvées sur le sol des thermes (mosaïque des Cyclopes). Des statues provenant des temples et du forum, la plus remarquable est celle d’un togatus dont la tête porte une couronne tourellée. Mérite aussi d’être signalée une belle tête de Lucius Verus.

9En 261, Thugga accède au rang envié de colonie, mais les temps de la splendeur sont passés ; à la fin du siècle commence une longue décadence que viendra interrompre la renaissance valentinienne : monuments et demeures sont alors réparés voire reconstruits. De cette époque date l’église de Victoria, seul monument chrétien de Thugga. La communauté chrétienne de Dougga ne devait pas être très nombreuse et on n’est pas sûr que l’évêque donatiste Paschasius Tuggen-sis représentait, au concile de Carthage en 411, les fidèles de cette ville car il existait en Byzacène une autre Thugga ou Tucca dite Terebenthina (qui porte aujourd’hui, elle aussi, le nom de Dougga).

10Thugga ne souffrit pas directement, semble-t-il, de la conquête vandale, les troupes de Geiseric durent emprunter une voie plus septentrionale mais la ville située à l’écart des grands axes de circulation survécut misérablement puis sa population abandonna progressivement le site. La construction, par les Byzantins, d’un fort d’intérêt médiocre à l’emplacement du forum ne modifia guère les conditions de vie urbaine devenues de plus en plus précaires. Des âges postérieurs, ne subsistent que les petits bains d’époque aghlabite aménagés dans d’antiques demeures situées à proximité du forum. On ne sait si l’enceinte de basse époque, certainement plus récente que le fort byzantin dont la construction est plus soignée, date de ce moment ou de plus tard ; détail troublant, sur une partie de son parcours cette dernière manifestation d’une vie citadine emprunte le même tracé que le rempart numide qui en avait été la première.

Haut de page

Bibliographie

Poinssot L. et Lantier R, L’église de Thugga. Revue archéologique, II, 1925, p. 228.

Poinssot L., La restauration du mausolée de Dougga, Mouseion,, 1932, p. 76-89.

Poinssot Cl., Les Ruines de Dougga, Tunis, 1958, 82 p. (Bibliographie importante).

Février J., 1965, La constitution municipale de Dougga à l’époque numide, Mélanges de Carthage offerts à Ch. Saumagne, 1964, p. 85-91.

Chaker S., A propos de la terminologie libyque des titres et fonctions, Annali Istituto univers, orient., 46, 1986, p. 541-562.

Khanoussi M., Thugga (Dougga) sous le Haut-Empire : une ville double. L’Africa romana, 10, 1992, p. 597-602.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le plateau de Dougga. Photo G. Camps
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2210/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Mausolée d’Ateban, dit libyco-punique. Photo G. Camps
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2210/img-2.png
Fichier image/png, 719k
Titre Rempart numide de Dougga. Photo G. Camps
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2210/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Dédicace bilingue du temple de Massinissa, datée de l’an X du règne de Micipsa. Photo du Musée du Bardo, Tunis
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2210/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Plan de Dougga à l’époque romaine, d’après Cl. Poinsot
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2210/img-5.png
Fichier image/png, 564k
Titre Théâtre romain du Dougga. Photo G. Camps
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2210/img-6.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Dougga », Encyclopédie berbère, 16 | Djalut – Dougga, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, p. 2522-2527

Référence électronique

G. Camps, « Dougga », in Encyclopédie berbère, 16 | Djalut – Dougga [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2210

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page