Navigation – Plan du site
16 | Djalut – Dougga - Gabriel Camps (dir.)
D76

Djidiouïa

E.B.
p. 2468-2469

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Affluent de la rive gauche du Chélif qui a donné son nom à un ancien village de colonisation (ex Saint-Aimé). Au-dessus du barrage établi à huit kilomètres en amont du village et du pont de chemin de fer, une falaise de grès tendre est creusée de plusieurs grottes artificielles appelées localement Ghar Slaten (Grotte des sultans). Ces chambres sont de plan rectangulaire et largement ouvertes à l’extérieur, ce qui les distingue des haouanet* (hypogées) de Tunisie et d’Algérie orientale qui ont toujours des baies étroites. Certaines possèdent une fosse creusée dans le sol. Le plan de l’une d’elles donné par Pallary est un trapèze dont les côtés mesurent respectivement, 1,65 m, 3,50 m, 2,60 m et 2,90 m (entrée) ; toutes ces dimensions sont supérieures à celles habituellement mesurées dans les haouanet de la Berbérie orientale. Cependant, quoi qu’en dise P. Pallary, il s’agit de sépultures et non d’habitations.

2On sait peu de chose du mobilier découvert « dans le sol superficiel » par Mille, ingénieur des Ponts et Chaussées à Mostaganem vers 1875. Le Dr Bleicher, qui signale ses trouvailles, ne mentionne que des débris de poteries, des lances en fer et une hachette taillée dans une grande huître fossile. Ce dernier « instrument » est à classer parmi les pseudo-industries en coquille d’ostrea signalées parfois en Algérie et dont les plus connues sont celles de la grotte du Boulevard Bru à Alger qui avaient fait l’objet d’une communication de G.B.M. Flamand.

3D’autres grottes artificielles ont été signalées, dans la même région sur les bords de l’oued Riou, autre affluent de la rive gauche du Chélif. La description succincte donnée par D. Estaunié mentionne la présence de fosses et de niches ; ce qui invite à les considérer, elles aussi, comme des grottes funéraires.

4Le groupe de haouanet de la Djidiouïa-Oued Riou mériterait une étude plus approfondie. Son principal intérêt repose sur sa localisation dans une région totalement dépourvue de ce type de sépulture paléoberbère. En allant vers l’ouest ce n’est qu’à Taza (Maroc) qu’on retrouve de telles grottes artificielles. Le groupe de Djidiouïa-Oued Riou est le seul jalon intermédiaire entre les haouanet de Numidie (dont les derniers éléments vers l’ouest sont ceux de Tipasa) et les haouanet du Maroc (Taza, Sidi el Ouadoud, pays Haha).

Haut de page

Bibliographie

Bleicher Dr, in Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’Homme, 1976, p. 47.

Flamand G.B.M., « Sur l’utilisation comme instruments néolithiques de coquilles fossiles à taille intentionnelle (Littoral nord-africain) », XIXe Congr. de l’A.F.A.S., Ajaccio, 1901, t. 2, p. 729-734.

Pallary P., « Sur quelques grottes artificielles de l’ouest de l’Algérie attribuables aux Guanches », XXVIe congr. de l’A.F.A.S., Saint-Etienne, 1897, p. 320-322

Pallary P., Instructions pour les recherches préhistoriques dans le Nord-Ouest de l’Afrique, Alger, Jourdan, 1909, p. 74-75.

Estaunié D., « Découvertes de stations préhistoriques à Ammi Moussa (Oran, Algérie) », Bull, de la Soc. préhist. franc., t. IX, 1912, p. 383-385.

Balout L., « Deux pseudo-industries préhistoriques d’Algérie », XVe Congr. préhist. de France, Poitiers-Angoulême, 1956, p. 207-210.

Cadenat P., « Atlas préhistorique, Feuille n° 22 P, Ammi Moussa » Libyca, t. VI-VII, 1958-1959, p. 9-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E.B., « Djidiouïa », Encyclopédie berbère, 16 | Djalut – Dougga, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, p. 2468-2469

Référence électronique

E.B., « Djidiouïa », in Encyclopédie berbère, 16 | Djalut – Dougga [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2192

Haut de page

Auteur

E.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page