Navigation – Plan du site
17 | Douiret – Eropaei - Gabriel Camps (dir.)
E
E25

Engobe

H. Camps-Fabrer
p. 2639-2643

Entrées d’index

Mots clés :

Artisanat, Céramique
Haut de page

Texte intégral

1L’engobe est un mélange d’oxyde de fer et d’argile fine dilué dans l’eau puis appliqué, avant cuisson, à la surface des poteries modelées, à l’aide d’un chiffon ou d’un morceau de laine, voire même d’un pinceau ; le plus souvent, il s’agit d’un mélange rouge ou blanc qui sert de fond pour la décoration. Les sources d’approvisionnement sont diverses ; le plus souvent pour obtenir un engobe rouge, les femmes ramassent l’ocre sur les bords des chemins, dans les ravinements ou les oueds. Dans les cas les plus fréquents, l’ocre se présente sous forme de petites boulettes jaune pâle. Ce sont souvent les enfants qui sont chargés de ce travail de collecte mais il arrive aussi que la potière se fournisse en ocre au souk le plus proche.

2La préparation en est simple : la potière écrase les petits morceaux d’ocre dans un peu d’eau avec les doigts. Elle ajoute ensuite de l’eau, goutte à goutte, jusqu’à l’obtention d’une crème onctueuse.
Parfois, l’ocre se présente sous forme de cailloux résistants ; la potière doit alors la frotter sur une grosse pierre plate en l’humidifiant sans interruption. On peut obtenir aussi une couleur rouge vif en exposant les petites boulettes d’ocre à la flamme dans un kanoun. Il suffit alors de les dissoudre pour obtenir une belle crème rouge orangé.
Mais il arrive aussi que le fragment d’ocre soit passé directement en le frottant à la surface de la poterie.

3La terre blanche se présente sous forme de petits blocs, lisses, durs, comme la pierre, d’une couleur blanche tirant vers la crème ou le bleuâtre. Il s’agit le plus communément de marne et les potières peuvent s’approvisionner au souk ou dans un gisement proche. La terre blanche est utilisée en barbotine épaisse, pour servir d’engobe.
Les surfaces engobées sont ensuite polies à l’aide d’un galet au moment où la poterie presque sèche peut être tenue en main sans risquer de la déformer.
L’engobe peut être utilisé sur tout ou partie des céramiques.
L’ocre est certainement la matière la plus anciennement utilisée au Maghreb dans la décoration des poteries.

4L’engobe rouge est utilisé très sporadiquement durant l’époque préhistorique au Maroc (Gar Cahal, Tarradell, 1954 ; El-Kiffen, G. Bailloud et al., 1964). A propos de cette dernière céramique très originale dans l’ensemble de la céramique impressionnée du Maghreb, certains vases décorés au peigne ont reçu une application d’engobe qui fut ensuite polie au galet, le creux laissé par les dents du peigne de potier conservant seul l’enduit.

5Dans les nécropoles mégalithiques et puniques, l’engobe total est fréquent : il est rouge à Lemta, Zemamra, orangé à Roknia, jaunâtre ou brun à Beni Messous. Mais les vases portant une bande unique de couleur rouge, étroitement en relation avec la forme du vase ou dédoublée de façon à recevoir d’autres motifs au voisinage de l’orifice, sont plus nombreux (Gastel, Tiddis).

Tasse de Guentis (Némencha), décor en rouge sur pâte sans engobe

Tasse de Guentis (Némencha), décor en rouge sur pâte sans engobe

Cruche de Tamesguida (Babor), décor en brun foncé sur engobe blanc

Cruche de Tamesguida (Babor), décor en brun foncé sur engobe blanc

Bouterille du style d’Oum el Bouaghi, décor noir sur engobe blanc

Bouterille du style d’Oum el Bouaghi, décor noir sur engobe blanc

6L’engobe rouge couvrant la totalité de la poterie est très fréquent à l’époque punique aussi bien sur la céramique faite au tour que sur la poterie modelée paléoberbère (Fayolle, 1992). A l’époque actuelle, en Grande Kabylie, se trouvent aussi des poteries peintes sur engobe total rouge.

7L’engobe blanc est très fréquent surtout sur les vases des stations protohistoriques de Tiddis et de Constantine et supporte des motifs géométriques qui se sont maintenus dans la poterie kabyle moderne et particulièrement en Petite Kabylie.
Le fond blanc est en effet celui qui se prête le mieux à l’application d’un décor peint ; ceci explique sa fréquence sur les céramiques qu’elles soient protohistoriques ou actuelles.

8Le rôle de l’engobe blanc est donc assez différent de celui de l’engobe rouge ; ce dernier constitue à lui seul un élément de décor alors que l’engobe blanc sans autre élément décoratif est extrêmement rare. (Le seul cas connu à l’époque protohistorique est celui d’un vase de Tiddis, vraisemblablement inachevé.)

9L’engobe blanc convient parfaitement aux motifs peints en rouge, brun ou noir qui sont les plus fréquents et les plus faciles à obtenir. Alors que l’engobe rouge ne supporte que des motifs noirs. Ceci explique la grande extension de l’usage de l’engobe blanc dans les poteries actuelles dans le Nord du Maroc, en Algérie centrale, en Algérie orientale, depuis la côte jusqu’à une ligne passant par les monts du Hodna, le Bou Taleb et le Nord de l’Aurès et enfin la Tunisie du Nord. L’engobage des poteries est peu pratiqué dans l’Aurès et dans le Sud-Est du Maghreb : Nefzawa, Djerid et Sud des Nemencha (Négrine) ; des vases sont décorés de motifs géométriques brun sur la surface à peine lissée et dépourvue d’engobe.

Plat d’El Awana (ex Cavallo), décor brun foncé et rouge sur engobe blanc

Plat d’El Awana (ex Cavallo), décor brun foncé et rouge sur engobe blanc

Vase à provisions des Ouadhias (Grande Kabylie) à décor polychrome : engobe blanc, engobe rouge, motifs cernés de noir

Vase à provisions des Ouadhias (Grande Kabylie) à décor polychrome : engobe blanc, engobe rouge, motifs cernés de noir

Cruche à motifs rouges dans des réserves d’engobe blanc

Cruche à motifs rouges dans des réserves d’engobe blanc

10Les poteries à fond bichrome rouge et blanc de Grande Kabylie et des Mogod paraissent constituer des cas particuliers.

11Certaines poteries kabyles ont un fond rouge en partie recouvert de champs peints en blanc. Ces poteries avec réserves blanches semblent avoir subi la contagion des vases à engobe blanc qui triomphent dans les régions voisines, à l’est et à l’ouest.

Haut de page

Bibliographie

Balfet H., Les poteries modelées d’Algérie dans les collections du Musée du Bardo. CRAPE, Département d’Ethnographie, Alger, Imprimerie officielle, 1957.

Camps G,Aux origines de la Berbérie, Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris, AMG, 1961.

Camps-Fabrer H., Matière et art mobiler dans la Préhistoire nord-africaine et saharienne, Mém. V du CRAPE, Paris, AMG, 1966.

Fayolle V., La poterie modelée du Maghreb oriental de ses origines au xxe siècle, Paris, CNRS, 1992.

Genepp Van A., « Études d’ethnographie algérienne, III, Les poteries kabyles », Revue d’Ethnographie et de Sociologie, 1911, II, p. 287-331.

Gennep Van A., « Recherches sur les poteries peintes d’Afrique du Nord », Harvard, African Studies II, 1918, Cambridge, p. 235-297.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tasse de Guentis (Némencha), décor en rouge sur pâte sans engobe
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2153/img-1.png
Fichier image/png, 188k
Titre Cruche de Tamesguida (Babor), décor en brun foncé sur engobe blanc
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2153/img-2.png
Fichier image/png, 672k
Titre Bouterille du style d’Oum el Bouaghi, décor noir sur engobe blanc
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2153/img-3.png
Fichier image/png, 641k
Titre Plat d’El Awana (ex Cavallo), décor brun foncé et rouge sur engobe blanc
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2153/img-4.png
Fichier image/png, 593k
Titre Vase à provisions des Ouadhias (Grande Kabylie) à décor polychrome : engobe blanc, engobe rouge, motifs cernés de noir
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2153/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Cruche à motifs rouges dans des réserves d’engobe blanc
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2153/img-6.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Camps-Fabrer, « Engobe », Encyclopédie berbère, 17 | Douiret – Eropaei, Aix-en-Provence, Edisud, 1996, p. 2639-2643

Référence électronique

H. Camps-Fabrer, « Engobe », in Encyclopédie berbère, 17 | Douiret – Eropaei [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2153

Haut de page

Auteur

H. Camps-Fabrer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page