Navigation – Plan du site
8 | Aurès – Azrou - Gabriel Camps (dir.)
A344

Azem

(Slimane)
D. Abrous
p. 1218-1219

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, Biographie
Haut de page

Note de l’auteur

* La dernière chanson citée (γef teqbaylit yuli was) ne figure pas dans cet ouvrage car elle lui est postérieure.

Texte intégral

1Poète et chanteur kabyle né le 19 septembre 1918 à Ag°ni Ggeγan et mort à Moissac (Tarn et Garonne) le 28 janvier 1983.

2Slimane Azem arrive en France dès 1937 et entame une immersion précoce dans les tourments de l’exil. Sa première chanson : a Mu a Muconsacrée à l’émigration paraît dès le début des années 1940, elle servira de prélude à un répertoire riche et varié qui s’étend sur près d’un demi-siècle.

3Du point de vue de son contenu, ce répertoire présente des ressemblances frappantes avec celui de Si Mohand, grand poète kabyle du xixesiècle. Dans un contexte socio-historique différent, Slimane Azem a, en effet, représenté pour le xxesiècle ce que Si Mohand fut pour le siècle dernier : le témoin privilégié d’un monde qui vole en éclats, d’une société dont les assises ont été ébranlées en profondeur et dont les valeurs vacillent même si quelquefois elles se raidissent face à celles, implacables, du système capitaliste.

4Le répertoire de Slimane Azem est donc à l’image de la société qu’il traduit traversé en profondeur par ces bouleversements ; sa thématique est, à cet égard, tout à fait significative. Sur les soixante-dix chansons recensées en 1979 (cf. Slimane Azem : Izlan édité par Numidie Music) et qui composent ce répertoire, plus de la moitié sont consacrées à ce renversement de valeurs avec des titres très évocateurs :
- Ilah γaleb, Kulci yeqleb (p. 30) : ô Dieu, tout est inversé
- zzman tura yexxerwe(p. 38) : les temps sont, à présent, troublés
- terwi tebberwi (p. 122) : tout est sens dessus-dessous.

5Dans ces chansons du chaos, zik (autrefois) est fondamentalement opposé à tura (aujourd’hui). Dans cet ouragan qui déferle, rien n’échappe au tourbillon : c’est le règne du « ventre » (aεbbup.104) c’est-à-dire des intérêts bassement matériels, de l’argent (idrimen p.28), de l’égoïsme, etc. au détriment de l’honneur (nnif), de la solidarité agnatique (tagmat). Cet éclatement charrie tout son cortège de maux, de misères dont : la paupérisation, l’alcool (a afi a seṭṭar p.25, berka yi tissit n ccab p.78), etc. face à l’alcool, Slimane Azem oscille toujours, au même titre que Si Mohand, entre la transgression et le repentir.

6Enfin devant la force de l’avalanche cèdent aussi les rapports entre les sexes, rempart ultime de l’édifice social, et Slimane Azem de décrire, tantôt avec humour, tantôt avec une ironie caustique, ces hommes sur lesquels les femmes arrivent à avoir de l’ascendant (lalla mergaza d win terna tmeṭṭut p.42 : dame omelette qui est dominé(e) par sa femme).

7Car ce sont bien les valeurs de la société traditionnelle que Slimane Azem défend, au besoin en évoquant Dieu à grand renfort ; la dimension religieuse sans être dominante est incontestablement présente dans son répertoire.

8Cependant, cette description d’un monde quasi apocalyptique bien que récurrente n’a pas l’exclusivité dans l’œuvre de Slimane Azem ; il était et il reste pour toute une génération de Kabyles par dessus tout le poète de l’exil : son évocation de la Kabylie, toute empreinte de pudeur, rappelle la douleur d’une plaie demeurée à vif, en témoignent des chansons comme :
- d’aγrib d abeṛṛani : exilé et étranger (p. 40)
- ay afrux ifilelles : ô hirondelle, oiseau messager (p. 74)
- a tamurt-iw aεzizen : ô mon pays bien-aimé (p. 126).

9Propulsé dans le tourbillon du monde moderne, Slimane Azem ne s’est pas contenté de se réfugier dans le giron incertain des valeurs traditionnelles, son regard s’est ouvert grand sur le monde et nous lui devons de véritables poèmes de.... politique internationale dans lesquels le ton volontiers satirique n’altère en rien l’acuité du regard : amek ara nili susa, Comment pourrions-nous nous trouver bien, (p. 64). Par ailleurs terwi tebberwi : tout est sans dessus dessous (p. 122) est dans la même veine. Il faut préciser que Slimane Azem, puisant dans le vieux patrimoine berbère, a « fait parler » les animaux, arme subtile mais à peine voilée d’une critique politique acerbe :
- baba γayu : le perroquet
- tlata yeq̊jan : les trois chiens (p. 148).

10En cela il marque une fidélité indéfectible au caractère traditionnellement contestataire de la poésie kabyle, l’une de ses dernières chansons salue avec éclat et avec un titre très évocateur : (γef teqbaylit yuli was* : sur le Kabyle (ou la Kabylité) se lève le jour), l’émergence de la revendication culturelle berbère lors du printemps 1980.

11Enfin dans ce répertoire vaste, riche et plein de nuances, se remarque une absence quasi totale de la poésie lyrique, lorsque cet aspect est effleuré, il ne l’est que par touches extrêmement discrètes ; il est certain que ce silence résulte d’un choix, peut-être est-ce le tribut que le poète a consenti à payer afin de briser le tabou lié à la chanson, car on rapporte que Slimane Azem avait le souci d’interpeller les siens au moyen de chansons qui pouvaient être écoutées « en famille », c’est-à-dire en tous points conformes aux règles de la bienséance.

Haut de page

Bibliographie

Azem S., Izlan (textes berbères et français), Numidie Music, Paris, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

D. Abrous, « Azem », Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou, Aix-en-Provence, Edisud, 1990, p. 1218-1219

Référence électronique

D. Abrous, « Azem », in Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou [En ligne], mis en ligne le 20 avril 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/213

Haut de page

Auteur

D. Abrous

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page