Navigation – Plan du site
8 | Aurès – Azrou - Gabriel Camps (dir.)
A342

Azeggaγ

(pl. izeggaγen, fém. sing. tazeggaq, fém. plu. tizeggeγin)
M. Gast et S. Chaker
p. 1209

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

Populations (M. Gast)

1Homme appartenant à la population sédentaire et de couleur foncé appelé par les Arabes « ḥarṭāni » (P. Ch. de Foucauld, Dictionnaire Touareg-Français, Paris, Imprimerie Nationale, 1952, t. II, p. 631).

2Azeggaγ vient de la racine ihuwaγ qui signifie être rouge. Les Kel-Ahaggar classaient les Noirs selon la couleur de leur peau en rouge (ihuwaγ) en vert foncé (ikwal) et en noir (użżaf).

3Les Izeggāγen ou « Harratines » forment une population nombreuse dans tout le Sahara algérien, marocain et libyen (cf. Harratines*). Lorsqu’un esclave était autrefois affranchi, il passait dans la classe des Harratines. Mais cela ne signifie point que les Izeggāγen soient tous des esclaves affranchis. Leur existence semble attestée déjà au Néolithique (voir Aethiopes*, E.B. II, p. 168-181).

4Berbérophones, les Izeggāγen sont très vite devenus bilingues, puis uniquement arabophones dans les zones où l’arabe a prévalu.

5Traditionnellement les Izeggāγen étaient des cultivateurs assujettis par contrat au cinquième ou khamessa, par les propriétaires des terres, nomades ou sédentaires. Ils exerçaient aussi les métiers de cordonnier, boucher, tailleur. Depuis la mise en valeur du sous-sol saharien, ils forment la plus grosse partie de la main d’œuvre des chantiers de construction, d’exploitation pétrolière et minière et aussi du personnel technique et des cadres moyens.

Azeggaγ (étymologie) (S. Chaker)

6Ce terme touareg à une structure typique d’adjectif et correspond très exactement au berbère nord azegg°aγ « rouge ». En touareg, il s’agit en fait non pas d’un adjectif qualificatif cette classe syntaxique n’existe pas dans ce dialecte mais d’un « adjectif verbal » selon la terminologie de K.G. Prasse (1974, p. 97-109), c’est-à-dire d’un substantif qualifiant (cf. « Adjectif », EB, II), sur le modèle de :
amellal = « (animal) blanc » –> « antilope addax ».

7On note donc avec intérêt que les Touaregs ont désigné les cultivateurs sahariens par un vocable dont la signification étymologique devait être « (homme à peau) rouge », ce qui pourrait être une confirmation de ce que le peuplement sédentaire primitif du Sahara n’était pas composé de négroïdes ramenés d’Afrique occidentale, mais d’autochtones, à couleur de peau intermédiaire (azeggaγ = « brun », « basané »).

8Cette valeur et son ancienneté sont du reste confirmées par les données canariennes qui, pour une fois, sont tout à fait claires : azuquahe (notation espagnole) signifiait en guanche « moreno » (Wölfel, 1955, p. 54 ; Gaspar et Anton, 1987, p. 63).

9La forme touarègue (Ahaggar) azeggaγ est en réalité assez problématique au plan linguistique car on attendrait dans ce parler : * aheggaγ, puisque le /z/berbère nord y est régulièrement traité en /h/ (cf. Ahaggar (linguistique), EB, III et VIII).

10Bien que l’on ne puisse exclure un traitement spécifique dont le conditionnement phonétique ou sociolinguistique serait à établir , cette anomalie s’explique peut-être par un emprunt à un autre parler berbère saharien (Ghadames, Touat-Gourara...), où /z/ est maintenu. Le terme aurait pénétré en tamâhaq à date relativement récente après que la mutation /z/ > /h/ se soit opérée , avec le développement des populations d’agriculteurs en Ahaggar.

Haut de page

Bibliographie

Camps G., « Recherches sur les origines des cultivateurs noirs du Sahara », Rev. de l’Occ. musulman et de la Méd., n° 7, 1er trim. 1970, p. 35-45.

, « Harratin-Ethiopiens. Réflexions sur les origines des négroïdes sahariens », Biologie des populations sahariennes. Coll. d’Alger, sept. 1969 (1972), p. 11-17.

Chaker S., « Adjectif », Encyclopédie Berbère, II, 1985.

Chamla M.-Cl., « Les populations anciennes du Sahara et des régions limitrophes », Mém. du C.R.A.P.E, IX, Paris, A.M.G., 1968.

Foucauld Père de, Dictionnaire Touareg-Français, Paris, Impr. Nat., 1952, t. II.

Gaspar A.T. et Anton R.G., Las culturas aborigenas canarias, 1987.

Le Tourneau R., « Les populations sahariennes », Ann. de la Fac. des Lettres et Se. Hum. d’Aix-en-Provence, t. LXII, 1965, p. 9-25.

Lhote H., « Problèmes sahariens », B. d’Archéol. maroc, t. VII, 1967, p. 57-89.

Marçais Ph., « Note sur le mot hartani », B. liaison sahar., n° 4, avril 1951, p. 11-15.

Prasse K.G., Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), IV-V « Nom », Copenhague, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Gast et S. Chaker, « Azeggaγ », Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou, Aix-en-Provence, Edisud, 1990, p. 1209

Référence électronique

M. Gast et S. Chaker, « Azeggaγ », in Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou [En ligne], mis en ligne le 20 avril 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/204

Haut de page

Auteurs

M. Gast

Articles du même auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page