Navigation – Plan du site
18 | Escargotière – Figuig - Gabriel Camps (dir.)
F
F07

Farwa

(Tripolitaine)
L. Serra
p. 2730-2731

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Farwa ou Ra’s al-Makhbaz est une petite presqu’île de Tripolitaine, formée par une langue de terre longue d’environ douze kilomètres qui, s’avançant dans la mer et parallèlement à la côte du sud-est au nord-ouest, crée une lagune peu profonde, mais fort poissonneuse.

2Farwa, qui se trouve à 147 kilomètres à l’ouest de Tripoli et très proche de la frontière tunisienne, connut, peut-être, quelques formes d’installation humaine dans des époques lointaines. Les restes d’une ancienne citerne romaine sont encore visibles. Le lieu est cité par al-Idrisi dans sa Description de l’Afrique Septentrionale et de l’Espagne et aussi par at-Tidjani dans la Rihla. Cet auteur nous apprend que Farwa était connue autrefois sous le nom de Qasr Sālih et qu’il y avait, à l’époque de son passage, une petite sebkha dont le sel était fort abondant et vendu aux chrétiens qui le portaient dans leurs pays. Les chrétiens mentionnés par at-Tidjani étaient certainement les Vénitiens qui du xive au xixe siècle eurent souvent la concession exclusive des salines de Farwa.

3Depuis un demi siècle environ la presqu’île est habitée d’une manière continue par une cinquantaine de familles berbères originaires de Zouāra et par quelques familles arabes provenant de Zalten, petit village situé à vingt kilomètres au sud-est de Ra’s al-Makhbaz. Ces familles, sauf quelques d’exceptions, habitent dans des huttes très humbles dites en berbère agrur, pl. igrar, construites en bois et feuillage de palmier et en jonc. La population de Farwa qui est presque entièrement berbère, est constituée de pêcheurs. Ceux-ci, avec leurs familles, ont su s’accommoder du milieu, malgré sa pauvreté et les sacrifices qu’il demande et mènent une vie typiquement maritime, dont la pêche, l’entretien des barques, la réparation des filets et des outils constituent les activités prééminentes. A cela s’ajoute la culture de quelques légumes, pratiquée dans de petits jardins (tabhirt, pl. tibhirin) creusés dans les dunes, pour mieux les défendre du vent, près des habitations. Les légumes varient un peu l’alimentation des habitants du lieu lesquels se nourrissent surtout de poisson (tegna) frais ou desséchés et de mollusques (abbuc, pl. ibbucen). On ne cultive pas les céréales (imendi). Les palmiers (ta la, pl. ta liwin) plus ou moins abondants offrent des dattes (a iu, pl. i iwen) de bonne qualité, mais insuffisantes pour satisfaire l’alimentation de la population. La matière première pour la construction des habitations et le bois de chauffage est assurée aussi par le palmier.

4Les Berbères de Farwa ont gardé les mœurs et les habitudes de leur pays d’origine et avec lui ils entretiennent des relations continues. Zouāra représente, en effet, pour les gens de Farwa le marché le plus important soit pour l’achat des différents articles dont ils ont besoin, soit pour la vente du produit de la pêche. A Zouāra, les Berbères de Farwa vont aussi ensevelir leurs morts (seuls les enfants sont enterrés sur place), célébrer les fêtes les plus importantes de l’année, participer aux joyeuses cérémonies de famille d’origine berbère : Ulad Elsa, Tlalla, Zafafra. Aussi la religion et la langue sont les mêmes à Farwa et à Zouāra. Les pêcheurs berbères de Ra’s al-Makhbaz sont en effet Ibādites et parlent le dialecte berbère de Zouāra. Ils connaissent aussi l’arabe, mais ne l’emploient que rarement et seulement pour les rapports externes. L’emploi presqu’exclusif de leur dialecte a, de plus, contraint le peu d’Arabes résidant sur la presqu’île à apprendre la langue berbère : phénomène d’assimilation linguistique de grand intérêt et inverse de celui qui s’opère généralement aux dépens du berbère.

Haut de page

Bibliographie

Edrisi, Description de l’Afrique et de l’Espagne, trad. par R. Dozy et M.-J. de Goeje, Leyde, 1866, p. 153.

Et-Tidjani, Voyage du Scheikh et-Tidjani dans la régence de Tunis pendant les années 706, 707 et 708 de l’hégire (1306-1309), trad. par M.-A. Rousseau, J. Asiatique, Ve sér., t. I, 1853, p. 120.

Nallino C.-A., Raccolta di scritti editi et inediti, vol. III, Roma 1941, p. 395.

Paradisi U., “I pescatori berberi di Farwa (Tripolitania) ” ; “l’Universo”, Rivista bimestrale dell’Istit. Geografico-Militare, mars-avril 1962.

Serra L., L’ittionimia e la terminologia marinaresca del dialetto berbero di Zuara (Tripolitania), Studi magrebini III, Istituto Univ. Orientale, Napoli 1970, p. 24, n° 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

L. Serra, « Farwa », Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig, Aix-en-Provence, Edisud, 1997, p. 2730-2731

Référence électronique

L. Serra, « Farwa », in Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2020

Haut de page

Auteur

L. Serra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page