Navigation – Plan du site
18 | Escargotière – Figuig - Gabriel Camps (dir.)
F
F05

Faraxen

(voir Bavares, Fraxinenses, Quinquegentanei)
G. Camps
p. 2728

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Biographie
Haut de page

Texte intégral

1Chef maure qui entra en rébellion contre Rome au milieu du iiie siècle, dans la région d’Auzia, en Maurétanie Césarienne et dans les confins de la Numidie. Deux textes épigraphiques importants (CIL, VIII, 2 615 de Lambese et CIL, VIII, 9047 d’Auzia) mentionnent, le premier, le famosossimus dux qui commandait les Gentiles Fraxinenses qui avaient dévasté la Numidie, sans doute en même temps que les Quinquegentanei eux aussi qualifiés de Gentiles ; le second texte cite le rebelle Faraxen qui fut capturé et exécuté par Q. Gargialus Martialis, chevalier romain, decurion des colonies d’Auzia et de Rusguniae, patron de la province de Maurétanie Césarienne, commandant d’une cohorte de Singulares et d’une vexillatio de cavaliers Maures. Ce personnage important fut tué lors d’une embuscade tendue par les Bavares en 260 ou peu auparavant puisque son éloge date du 26 mars 260, mais il n’est pas sûr que les faits rapportés soient parfaitement contemporains de l’inscription.

2Depuis la démonstration de M. Christol, il est admis que les deux inscriptions, celle de Lambèse émanant de l’état-major du Légat de Numidie, C. Macrinius Decianus et celle d’Auzia qui est une dédicace municipale, font mémoire des mêmes événements qui dateraient des années 253-256. La plupart des auteurs estiment que le famosossimus dux des Fraxinenses n’est autre que le Faraxen mis à mort par Q. Gargilius Martialis. En faveur de cette hypothèse, les arguments ne manquent pas : citons en premier lieu la parenté, pour ne pas dire l’identité, des noms Faraxen/Fraxinenses. Dans la dédicace très officielle de Lambèse, on remarquera le flou dans lequel se trouvent confondues les personnalités des rebelles, aucun nom n’est donné : les Bavares ont pénétré en Numidie sous la conduite de quatre rois dont on tait les noms, de même que celui du dux des Fraxinenses (et sans doute des Quinquegentanei, unis dans une coalition éphémère avec les Fraxinenses). On peut aussi penser que le nom de Faraxen était assez connu (famosissimus) pour que la citation de ses contribules, les Fraxinenses, suffise à le désigner.

3Une question secondaire subsiste quant à l’origine du nom : Faraxen tire-t-il son nom (qui serait un surnom) de l’ethnique F(a)raxinenses ou bien Fraxinenses serait le nom donné aux partisans (satellites) de Faraxen qui le suivaient dans sa rébellion ? Nous penchons en faveur de la première hypothèse en raison de la qualification identique de Gentiles donnée aussi bien aux Fraxinenses qu’aux Quinquegentanei dont l’organisation tribale ne fait aucun doute et révèle même une segmentarité quinaire qui s’est maintenue dans plusieurs confédérations ou super-tribus berbères (voir Arta (Ayt), E.B., VII, p. 1026-1 032)

Haut de page

Bibliographie

d’Escurac-Doizy H., “M. Cornelius Octavianus et les révoltes indigènes du troisième siècle d’après une inscription de Caesarea”, Libyca, Archéol. Epigr., 1.1,1953, p. 181-187

Camps G., “Les Bavares, peuples de Maurétanie Césarienne”, Rev. afric, t. XCIX, 1955, p. 243-288

Desanges J., Catalogue des Tribus africaines de l’Antiquité classique, à l’ouest du Nil, Université de Dakar, 1962

Rachet M., Rome et les Berbères, Coll. Latomus, Bruxelles, 1970

Christol M., “La prosopographie de la province de Numidie de 253 à 260 et la chronologie des révoltes africaines sous le règne de Valérien et de Gallien”, Antiq. afric, t. 10, 1976, p. 69-77

Benabou M., La résistance africaine à la romanisation, Paris, Maspero, 1976

Kotula T., “Faraxen, famosissimus dux Maurorum”, Africa romana, IV, 1986, p. 229-234.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Faraxen », Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig, Aix-en-Provence, Edisud, 1997, p. 2728

Référence électronique

G. Camps, « Faraxen », in Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2018

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page