Navigation – Plan du site
18 | Escargotière – Figuig - Gabriel Camps (dir.)
E
E50

Expressivité

S. Chaker
p. 2711-2713

Entrées d’index

Mots clés :

Linguistique
Haut de page

Texte intégral

1L’expressivité est fortement inscrite dans la phonétique et le lexique de la langue berbère.

2Au plan phonétique, on sait (Cf. *emphase) que la pharyngalisation des consonnes pouvait avoir une fonction secondaire d’expressivité en connotant la péjoration, la grossièreté ou l’obscénité.

3Au plan morpho-lexical, l’expressivité, dans ces diverses manifestations (hypocoristiques, diminutifs, péjoratifs, augmentatifs...) est véhiculée par une gamme très diverse de phénomènes d’allongement phonétique et d’affixation.

L’allongement

4On sait que l’allongement d’une consonne radicale a servi depuis une date très ancienne (probablement « chamito-sémitique ») à marquer la répétition (pluralité) ou la durée d’un procès verbal. C’est sans doute ainsi que l’on peut expliquer la formation de l’aoriste intensif du verbe berbère, très souvent marqué par l’allongement d’une consonne radicale : krez « labourer » > kerrez « labourer habituellement... ». Au départ phénomène sans doute purement expressif – l’allongement évoquant tout naturellement la pluralité ou la durée -, cette procédure s’est grammaticalisée en se généralisant jusqu’à constituer l’une des formes obligatoires fondamentales des oppositions aspectuelles du verbe berbère (Chaker, 1995/b).

5L’allongement vocalique est lui aussi très généralement employé, notamment pour les formes adverbiales et verbales, pour marquer la durée, l’extension, la stabilité ou l’ampleur : zik « autrefois » > zi׃k « il y a très longtemps », aas « beaucoup » > aa׃s« une très grande quantité »... C’est sans doute la grammaticalisation de cet allongement vocalique expressif qui est à l’origine de la formation du prétérit intensif (ou « accompli résultatif ») du touareg (Cf. * durée, EB XVII, et Chaker 1995/b) : yemmut (prétérit) = « il est a/est décédé » / yemmu׃t (prétérit intensif) = « il est bel et bien mort, il est/était mort ».

Le redoublement

6La répétition d’une consonne radicale, le plus souvent médiane, mais parfois aussi finale, d’une base lexicale, avec insertion d’une voyelle de séparation est une procédure employée pour connoter l’intensité, l’ampleur ou l’excès du procès. Les formes lexicales de ce type sont très fréquentes dans les parlers berbères nord, notamment en kabyle :
brury « être en boulettes » < bry « moudre/ê. moulu grossièrement »
ftutes « être complètement réduit en miettes » < ftes « émietter »
kmumes « être complètement emballé, nouée, froissé » < kmes « mettre dans un nouet, envelopper... »

7Le redoublement peut être complet, c’est-à-dire affecter toute la séquence lexicale et marquer alors l’imperfection, la segmentation du procès ; ce cas se rencontre essentiellement en touareg :
ebdeg « être mouillé » > bedegdedeg « humecter, mouiller de-ci de-là ».
eφtes « couper, trancher » > γetesγetes « taillader, couper en petits morceaux »

L’affixation

8Une racine lexicale peut être augmentée d’une infinité de phonèmes, à l’initiale (préfixes), à la finale (suffixes), parfois même à l’intérieur (infixes). Ces affixes sont le plus souvent des phonèmes provenant des zones postérieures de l’appareil phonatoire (vélaires, uvulaires, pharyngales et laryngales : [x, γ, q, , ε]), des chuitantes ([š, ž]), des labiales [b, f, m] ou des liquides [l, r]. Les connotations véhiculées par ces innombrables affixes sont difficiles à cerner dans leur détail et à systématiser mais la plupart sont des :
- péjoratifs :
ffe« mâcher » > (s)luffe« mâcher en faisant du bruit » (préfixe l-)
ẓẓel « s’étendre/étendre » > buẓẓel « s’avachir/ê. avachi, s’étaler de façon négligée » (préfixe b-)
-augmentatifs/accentuatifs :
ššeg « glisser » > luššeg « tomber en glissant, s’étaler par terre » (préfixe lu-) berkukes « couscous à gros grains, plombs » > kukes/seksu... « couscous » (préfixe ber-)
-diminutif :
tamda « mare » > tamdušt « petite mare, trou d’eau » (suffixe -uš, -š)
-hypocoristiques :
qqim « s’asseoir » > qummeš s’accroupir pour faire ses besoins » (suffixe -s)...

9La plupart des formes ainsi obtenues ressortissent nettement au vocabulaire expressif, souvent féminin, ou d’intimité. On trouvera, pour le kabyle, un relevé assez détaillé de ces formations dans Chaker, 1980.

10Toutes ces procédures d’expressivité lexicales ont manifestement joué un rôle important dans la formation du lexique berbère ; on peut même considérer que la très grande majorité des bases lexicales comportant plus de trois consonnes sont en fait des dérivés expressifs, même lorsque leur décomposition s’avère délicate ; on pense notamment à des lexème pan-berbères comme adergγal/derγel « aveugle/être aveugle », que l’on peut suspecter d’être formés à partir d’une base γl/aqel-qqel « voir, regarder »... C’est cette importance statistique et morphogénétique de l’expressivité dans le lexique qui justifie que l’on parle en berbère d’une « dérivation expressive » à côté de la « dérivation grammaticale » (ou d’orienta-tioin ; Cf. D. Cohen, 1968), mieux connue et plus étudiée (Cf. *dérivation, EB XV).

Haut de page

Bibliographie

Basset A., La langue berbère, Oxford/Londres, 1952 (1969).

Chaker S., Le système dérivationnel verbal berbère (dialecte kabyle), Paris, EPHE/Université René Descartes (thèse pour le doctorat de 3e cycle), 2 vol. , 1973.

Chaker S., « Dérivés de manière en berbère (kabyle) », GLECS, XVII, 1980 (1972-1973).

Chaker S., Textes en linguistique berbère (introduction au domaine berbère), Paris, CNRS, 1984, (chap. 10).

Chaker S., « Aspect (verbal) », Encyclopédie berbère VII, Aix-en-Provence, Edisud, 1989.

Chaker S., Linguistique berbère. Études de syntaxe et de diachronie, Louvain/Paris, Peeters, 1995/a.

Chaker S., « Quelques faits de grammaticalisation dans le système verbal berbère », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris (sous presse, 1995/b).

Cohen D., « Les langues chamito-sémitiques », Le Langage (sous la dir. de A. Martinet), NRF-Gallimard, (Encyclopédie de la Pléiade), Paris, 1968, p. 1 288-1 330.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français (4 vol)., Paris, Imprimerie Nationale, 1952.

Galand L., « Introduction grammaticale », à : Petites Sœurs de Jésus : Contes touaregs de l’Aïr, Paris, SELAF, 1974, p. 13-14.

Galand-Pernet P., « A propos des noms berbères en us-/us », GLECS, 18-23, 1983, p. 643-659.

Galand-Pernet P., « Š en berbère, phonème, morphème », Proceedings of the 4 th International Hamito-Semitic Congress (Hamburg, 1983), 1987, La Haye, John Benjamin’s, p. 381-394.

Leguil A., « La phonologie au secours de la grammaire en touareg », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 77 (1), 1982, p. 341-363.

Prasse K.-G., Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), Copenhague, Akademisk Forlag, 1972-74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Expressivité », Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig, Aix-en-Provence, Edisud, 1997, p. 2711-2713

Référence électronique

S. Chaker, « Expressivité », in Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2012

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page