Navigation – Plan du site
18 | Escargotière – Figuig - Gabriel Camps (dir.)
E
E49

Excréments animaux

(Sahara méridional) (voir B101, Bouse, E.B. X, p. 1598-1601)
E. Bernus
p. 2710

Entrées d’index

Mots clés :

Agriculture, Sahara, Touareg
Haut de page

Texte intégral

1Les Touaregs distinguent différents types d’excréments animaux en fonction de leur consistance et de leur forme : taferkit, la bouse de vache, aghərrag (plur. irghərragen) la crotte moulée du chameau ou de la chèvre, idifi, la fiente, excrément liquide (notamment des moutons et brebis), amezzur, le crottin d’âne ou de cheval.

2Taferkit, la bouse de vache sert de combustible pour la cuisson des poteries ; amassées sur un ensemble de poteries retournées sur le sol, elles se consument en dégageant une forte chaleur.

3Ighərragen, les crottes de chameaux remplacent en zone saharienne le bois de chauffe et permettent de cuire les aliments ou de faire bouillir le thé. Elles servent de bourre pour protéger les chargements délicats : les pains de sel de Tegidda n tesemt au Niger, soigneusement emballés dans la paille, sont protégés des chocs par ces ballots disposés sur les animaux porteurs. Elles servent aussi de pions à l’un des adversaires du jeu de quadrillage (dara ou Karad) dont le damier est creusé dans le sable.

4Idifi, la fiente des moutons est parfois étalée sur les pis des brebis et des chèvres, afin d’empêcher les tétées intempestives des agneaux et des cabris : c’est une des techniques utilisées par les bergers en brousse, qui a l’avantage de ne demander aucun matériel (comme les anneaux de pis, par exemple).

5On dépose parfois les enfants fiévreux dans un récipient rempli de bouse de vache fraîche, additionnée d’eau, afin de soigner une maladie chaude par un remède frais. On peut également appliquer sur un furoncle éclaté, la bouse d’un veau, calcinée, pilée et mêlée à la crème du lait caillé.

6Les excréments animaux servent aussi à fumer les champs, action qui se nomme abargi dans l’ouest du Niger, lorsque les troupeaux nomades viennent stabuler chez les paysans sud-sahéliens, à leur demande, après les récoltes. Des contrats s’établissent entre bergers et agriculteurs et une rétribution en céréales est prévue en fonction du nombre de têtes et de la durée de la stabulation. Les jardiniers touaregs des montagnes sahariennes (Ahaggar, Aïr), fument leurs terres avec le crottin de leurs troupeaux qu’ils transportent des enclos à bétails jusqu’aux carrés dans des couffins.

7Ces quelques exemples montrent les multiples usages que font les pasteurs touaregs des excréments de leurs animaux, que l’ont peut considérer comme un des sous-produits utile de leur élevage.

Haut de page

Bibliographie

Foucauld Ch. de, Dictionnaire Touareg-Français, Imprimerie Nationale (1951-1952), 4 vol. , 2 028 p. Teferkit (I, 346) et temerit (IV, 16645), bouse de vache (X, 1598). Aerrag (IV, 1773) gros excrément (de quadrupède herbivore, d’insecte, d’oiseau). Edafi (I, 171), crottin liquide. Amezzour (III, 1278), crottin d’âne, de cheval.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E. Bernus, « Excréments animaux », Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig, Aix-en-Provence, Edisud, 1997, p. 2710

Référence électronique

E. Bernus, « Excréments animaux », in Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2011

Haut de page

Auteur

E. Bernus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page