Navigation – Plan du site
18 | Escargotière – Figuig - Gabriel Camps (dir.)
E
E48

Euphorbes

P. Quezel et M. Gast
p. 2707-2710

Entrées d’index

Mots clés :

Botanique, Maroc, Touareg
Haut de page

Texte intégral

Euphorbes (P. Quezel)

1Les Euphorbes qui s’inscrivent dans le genre Euphorbia L. (famille des Euphorbiacées), sont des végétaux de forme et de taille très variable, caractérisés par une inflorescence très particulière (cyathium), et par la présence de latex. En Afrique du nord et au Sahara, elles sont représentées par plus de 50 espèces dont la détermination précise est souvent délicate.

2Morphologiquement, elles comprennent des espèces ligneuses buissonnantes, des espèces cactoïdes, des vivaces et des annuelles. Elles sont présentes dans pratiquement tous les milieux écologiques. Nous nous limitons ici à en évoquer quelques unes particulièrement évidentes dans le paysage.

3Les euphorbes arbustives sont représentées dans le Tell par Euphorbia dendroides présente sur les falaises calcaires maritimes à l’est de Ténès, E. squamigera des matorrals oranais et E. bivonae plus largement répandue ; dans le Sous, E. obtusifolia subsp. regis Jubae voire E. balsamifera plus au sud, ne s’éloignent guère du littoral.

Euphorbes du Sud-ouest marocain.

Euphorbes du Sud-ouest marocain.

En haut Euphorbia resinifera (photo E. Laoust) ; en bas Euphorbia obtusifolia subsp. regis Jubae (photo G. Camps).

4Les euphorbes cactoïdes caractérisent essentiellement le Maroc sud-occidental où elles se localisent dans la zone de l’arganier ; E. echinus, E. officinarum (incl. E. beaumierana) ou du gommier du Maroc (E. resinifera). Sur les sables maritimes, une espèce vivace, E. paralias, colonise les dunes alors que les annuelles E. peplis en particulier sont présentes près des rivages.

5Parmi les espèces vivaces, E. amydaloides est sylvatique, alors que dans les matorrals E. characias est fréquente. Les milieux humides hébergent de nombreuses espèces, souvent très localisées, citons : E. pilosa, E. biumbellata, E. Nereidum (au Maroc). Dans les pelouses rocailleuses E. nicaeensis est abondante, ainsi que sur les montagnes : E. atlantica en Algérie, E. Briquetti et E. clementei aux Beni Snassène, E. megalatlantica, E. rimarum, E. mazicum sur les Atlas marocains.

6Les espèces annuelles sont souvent liées aux cultures, aux décombres et aux activités humaines : E. helioscopia, E. serrate, E. peplus, etc.

7Au Sahara, les euphorbes sont plus rares ; toutefois dans les dunes E. guyoniana joue un rôle appréciable, alors que les rocailles hébergent ça et là E. cornuta, E. calyptrata et E. Dracuncoloides. Les annuelles sont représentées surtout par E. granulata et E. chamaesyce liées aux dépressions sableuses après les pluies.

Usage de l’euphorbe (M. Gast)

8Nous devons à J. Desanges un excellent commentaire des nombreuses citations de Pline l’Ancien sur l’euphorbe (V, 16 ; XXV, 77-79 et 143 ; XXVI, 54 et 118). Ce serait le roi Juba* lui-même qui aurait découvert l’euphorbe « dans le mont Atlas, à l’endroit même où s’arrête la nature » (XXVII, 12), donc chez les Autololes*. Le roi érudit aurait donné à la plante le nom de son médecin personnel, Euphorbios, qui était le frère du médecin d’Auguste, Antonius Musa (XXV, 77). Juba aurait consacré un traité entier à l’euphorbe dans lequel il précisait ses qualités pharmaceutiques. Il mettait en garde l’utilisateur contre les contrefaçons des Gétules qui mêlaient du lait au suc de la plante pour en augmenter le volume (XXV, 79).

9La résine de l’euphorbe qui est un suc blanc était sensée posséder de nombreuses qualités. Citons en particulier les frictions sur les globes oculaires (XXV, 143) pour améliorer la vision. Ce même suc, délayé dans de l’eau avec une petite quantité de sel ou de moult, acquérait une valeur laxative. Il était aussi efficace contre les morsures de serpent, mais pour cela il fallait l’introduire dans l’organisme par une incision faite au sommet de la tête.

10La pharmacopée traditionnelle marocaine se souvient, encore à notre époque, de certaines de ces recettes. L. Trabut signalait, en 1935, la confection du révulsif qui faisait l’objet d’exportation.

11Au Sahara, les cendres de Chrozophora Brocchiana (Vis.) – afaraku, afaragegu, en tamahaq -, sont utilisées pour panser les plaies des chameaux. Selon Voinot, les Sahariens pilent les feuilles vertes d’Euphorbia granulata Forsk, var.genuina Maire, pour en faire des emplâtres sur des piqûres de scorpion ou les morsures de vipère. Cette même variété est broutée par les gazelles, les chèvres et les moutons.

Haut de page

Bibliographie

Desanges J., Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre V, 1-46, Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 142.

Maire Dr R., Mission du Hoggar II Études sur la flore et la végétation du Sahara central, Alger, La Typo-Litho, 1933, p. 145-148.

Ozenda P., Flore du Sahara septentrional et central, Paris, CNRS, 1958, p. 329-336.

Quezel P. et Santa S., Nouvelle Flore de l’Algérie, Paris, CNRS, 1963, t. 2, p. 596-605.

Trabut Dr L., Flore de l’Afrique du Nord. Répertoire des plantes indigènes spontanées, cultivées et utilisées dans le Nord de l’Afrique, Collection du Centenaire de l’Algérie, 1830-1930, Alger, La Typo-Litho et J. Carbonel, 1935, p. 106-109.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Euphorbes du Sud-ouest marocain.
Légende En haut Euphorbia resinifera (photo E. Laoust) ; en bas Euphorbia obtusifolia subsp. regis Jubae (photo G. Camps).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2010/img-1.png
Fichier image/png, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Quezel et M. Gast, « Euphorbes », Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig, Aix-en-Provence, Edisud, 1997, p. 2707-2710

Référence électronique

P. Quezel et M. Gast, « Euphorbes », in Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2010

Haut de page

Auteurs

P. Quezel

Articles du même auteur

M. Gast

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page