Navigation – Plan du site
18 | Escargotière – Figuig - Gabriel Camps (dir.)
E
E47

Euphémisme

S. Chaker
p. 2706-2707

Entrées d’index

Mots clés :

Linguistique
Haut de page

Texte intégral

« On appelle euphémisme toute manière atténuée ou adoucie d’exprimer certains faits ou certaines idées dont la crudité peut blesser » (Dubois : 200) ; « Expression atténuée [...] d’une notion dont l’expression directe aurait quelque chose de déplaisant... » (Marouzeau : 90).

1L’euphémisme est particulièrement bien représenté en berbère au niveau lexical. Société traditionnelle où le contrôle de l’individu et de ses pulsions par le groupe est particulièrement fort, l’euphémisme lexical est omniprésent en berbère ; il abouti même parfois au véritable tabou linguistique. En situation publique ou formelle, en présence de femmes, de personnes plus âgées, d’aînés, la nomination d’un certain nombre de réalités est soumises à des contraintes très strictes. Tout ce qui relève (ou simplement peut évoquer) la sexualité et la reproduction, les fonctions corporelles, la mort, le sort (mauvais), certains animaux (de mauvaise augure)... s’il ne peut être évité, doit être dénommé de manière indirecte.

2Si ce phénomène n’a pas fait l’objet de recherches systématiques récentes, une étude ancienne d’Edmond Destaing, ainsi que de nombreuses notations éparses des berbérisants, linguistes ou ethnologues, établissent clairement l’importance de l’euphémisme lexical, non seulement dans l’usage concret de la langue, mais surtout dans le renouvellement du lexique. C’est notamment par ce biais que l’on peut expliquer le remplacement partiel ou total, de certaines notions élémentaires, soit par des emprunts à l’arabe, soit par des dénominations secondaires. Ainsi, dans divers parlers berbères, un grand nombre d’animaux sont désormais régulièrement désignés par un surnom : bu-tagant « celui de la forêt » pour ilef « sanglier » (chleuh) ; le nom ancien de la femme, tamṭṭut, est très souvent remplacé par l’euphémisme tamγart « vieille », au point que cette désignation est devenue la forme normale en chleuh où tamṭṭut a totalement disparu ! Il en va de même pour les formes de pluriel de ce mot (« femmes ») qui, quasiment partout en berbère, relève de l’euphémisme (Cf. Chaker 1995, chap. 17) ; arew « enfanter, mettre au monde, accoucher » sera très souvent remplacé par des locutions du type rnu γur- » s’ajouter chez- », d’où :yerna γyr-s weqšiš = un garçon s’est ajouté chez elle = « elle a eu un garçon » ou, pour la notion précise d’« accoucher », l’emprunt arabe rbu, dont le sens premier est : « prendre sur ces genoux » ; zzayla ou amerkub (« bête de somme », « monture » en arabe) pour dénommer plus élégamment le pauvre aγyul (« âne ») ; aman n tasa, « eaux du foie/ventre » pour l’« urine », au lieu du trop prosaïque ibedan/ibeššan ; tidmarin « poitrines » pour iffan, « les seins »... les exemples peuvent être multipliés à l’infini. C’est par ce processus d’évitement linguistique que l’on peut expliquer le remplacement de lexèmes berbères par des formes arabes pour des notions aussi fondamentales que « la mort », « le couteau »...

Haut de page

Bibliographie

Chaker S.,Linguistique berbère. Etudes de syntaxe et de diachronie, Louvain/Paris, Peeters, 1995.

DestaingE., « Interdictions de vocabulaire en berbère », Mélanges René Basset II, Paris, 1925.

Dubois J.,et al., Dictionnaire de linguitsique, Paris, Larousse, 1973.

Marouseau J.,Lexique de la terminologie linguistique, Paris, Paul Geuthner, 1951.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Euphémisme », Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig, Aix-en-Provence, Edisud, 1997, p. 2706-2707

Référence électronique

S. Chaker, « Euphémisme », in Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2009

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page