Navigation – Plan du site
18 | Escargotière – Figuig - Gabriel Camps (dir.)
E
E45

Etoile

C. El Briga
p. 2702-2703

Entrées d’index

Mots clés :

Astronomie, Mythologie
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’ensemble du domaine berbère, l’étoile est désignée par le même mot : itri dans le Nord et jusqu’au Mzab, atri chez les Touaregs. Itri ou atri s’applique à tout astre ou corps céleste autre que la Terre, le Soleil et la Lune. L’observation des étoiles et des constellations facilitée par la pureté du ciel saharien et nord-africain, a suscité un vocabulaire assez riche et précis. C’est ainsi que les Berbères distinguent les étoiles fixes des « étoiles qui marchent » (Itri i gguran, à Ouargla) qui sont les planètes (atri wan amazankaz en tamahaq). Parmi celles-ci, Vénus est qualifiée de grande étoile (tatrit en tamahaq). Des étoiles fixes, la plus célèbre est itri n naqtub (Ouargla), l’étoile des pôles, ou étoile polaire.

2Les comètes sont aussi considérées comme des étoiles, elles s’en distinguent cependant par leur queue (atri wan amellaou en tamahaq) mais afin d’éviter le sens indécent que suscite cette expression, les Touaregs préfèrent dire atri wan tâsbat ou atri wan teserrit : « l’étoile, celle de la ligne ».

3En pays touareg, les constellations reçoivent des noms particuliers mais sont désignées par un nom collectif : itran (les étoiles). Leur « coucher » ou leur « lever » rythment une partie de l’année. Quand certaines d’entre elles, les Pléiades, cessent de paraître dans le ciel, c’est « la nuit de sortie des étoiles » (Ihedân n egmod n etran) qui marque le commencement de l’été. Leur réapparition appelée simplement Ihedân n etran (nuit des étoiles) signale la fin de l’été. La multiplication des étoiles filantes en certain moment de l’année a suscité de nombreux contes dans tout le Maghreb et Sahara.

Étoiles-pendeloques de bijoux kabyles.

Étoiles-pendeloques de bijoux kabyles.

Dessin Y. Assié

4L’étoile a donné naissance à plusieurs motifs décoratifs dont les deux plus évolués sont le pentacle ou étoile à cinq branches et le sceau de Salomon ou étoile à six branches constitué du croisement de deux triangles équilatéraux. L’astre qui figure souvent à l’intérieur d’un croissant, sur les stèles puniques ou de tradition punique, est généralement discoïde, mais il s’agit bien d’une étoile, parfois munie de rayons, parfois remplacée par une rosette. Croissants* et étoiles associés ornent souvent les drapeaux des pays musulmans.

5Dans la bijouterie kabyle, certaines pendeloques sont dérivées du motif stellaire ; elles portent le nom d’étoile « itri »et possèdent quatre, cinq ou six branches émaillées alors que le centre est occupé par un cabochon de corail.

Haut de page

Bibliographie

Foucauld Ch. de,Dictionnaire touareg-français, Paris, 1941, t. IV, p. 1 912.

Alojaly Gh.,Lexique touareg-français, Copenhague, 1980.

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, 1982.

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, 1984.

Delheure J., Dictionnaire ouargli-français, 1987.

Camps-Fabrer H.,Les bijoux de grande Kabylie, Paris, 1970.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Étoiles-pendeloques de bijoux kabyles.
Crédits Dessin Y. Assié
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2006/img-1.png
Fichier image/png, 250k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. El Briga, « Etoile », Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig, Aix-en-Provence, Edisud, 1997, p. 2702-2703

Référence électronique

C. El Briga, « Etoile », in Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2006

Haut de page

Auteur

C. El Briga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page