Navigation – Plan du site
18 | Escargotière – Figuig - Gabriel Camps (dir.)
E
E42

Eseber

(natte-paravent, chez les Touaregs)
P. Pandolfi
p. 2698-2701

Texte intégral

1L’éseber (pl. isebrân) est une natte-paravent constituée de tiges de panic (Panicum turgidum Forsk.) reliées entre elles par de fines lanières de cuir. Ces nattes-paravent, d’une hauteur comprise entre 80 et 100 cm, mesurent de 5 à 10 mètres de long.

2A l’intérieur des tentes, déroulées le long des piquets, sous le vélum, elles protègent les occupants du vent, du sable et des regards indiscrets. Durant la journée, les isebrân servent aussi à enclore devant la tente un espace où l’on peut se réunir autour d’un feu. Le soir venu, ces mêmes nattes sont repliées partiellement de manière à édifier à l’entrée de la tente une protection efficace.

3Dans sa partie supérieure, l’éseber est richement décoré. Cinq rangées horizontales de motifs géométriques – obtenus par des croisements des fines lanières de cuir autour des tiges de panic – se superposent les unes aux autres. Chacune de ces rangées décoratives porte un nom. On peut ainsi distinguer de haut en bas : adebăl, abemuh, ihalalaγen, tiγatimin, atakartakar. De plus, tous les 20-30 cm, de la quatrième rangée décorative (tiγatimîn), la seule dont les motifs varient le long de la bande, partent des groupes de lanières de cuir (généralement teintées en rouge et vert) qui tombent jusqu’au bas de l’éseber. Cette dernière décoration se nomme ibelekleken. La partie médiane de l’éseber, dénommée témellé, ne comporte point de décors particuliers. Par contre, dans la partie inférieure de l’éseber, on retrouve deux lignes horizontales de décors : atakartakar et tezγa n aykar.

4Enfin, on notera que les extrémités latérales de l’éseber sont renforcées : plusieurs tiges de panic sont réunies ensemble et entourées de cuir. Sur ces deux bordures extérieures (tinsé n éseber) sont fixées deux « oreilles de cuir » (tamezzuk) qui permettent d’accrocher une corde afin de tendre la natte et de l’attacher aux piquets de la tente.

Les différents types de décor d’un éseber

Les différents types de décor d’un éseber

Partie supérieure de l’éseber.

Partie supérieure de l’éseber.

Photo P. Pandolfi

Partie inférieure de l’éseber.

Partie inférieure de l’éseber.

Photo P. Pandolfi

Confection d’un éseber.

Confection d’un éseber.

Photo P. Pandolfi

5La confection des isebrân est une tâche spécifiquement féminine. Dans l’Ahaggar, les femmes Isaqqamâren et Aguh-n-tahlé sont des spécialistes réputées alors que d’autres, les femmes Dag-γâli notamment, ne savent pas fabriquer ce type de natte. C’est un travail de longue haleine qui demande une grande habileté et beaucoup de patience. Il faut tout d’abord cueillir les tiges de panic (afezu) sans les briser, sélectionner celles qui seront le mieux adaptées au travail puis les faire sécher. Par la suite, la confection proprement dite commence. Les tiges de panic sont disposées à plat sur le sol. Pour obtenir une hauteur régulière, on enfile des tiges de panic les unes dans les autres. Ces tiges seront ensuite reliées les unes aux autres par de fines lanières de cuir qui tous les 2 cm – quand l’éseber est de bonne facture – parcourent toute la longueur de la natte. Enfin, ce sera la confection des bandes de décors – dans la partie supérieure – et des bordures extérieures. Ce travail laborieux explique le prix relativement élevé des isebrân. A l’heure actuelle, une natte-paravent de bonne facture vaut de 3 000 à 4 000 DA dans l’Ahaggar.

6Pourtant, bien que les Kel-Ahaggar continuant à vivre sous la tente soient de moins en moins nombreux, les isebrân sont toujours très recherchés. Ils continuent à être utilisés à l’intérieur des huttes (ikebran) mais aussi des maisons. Dans ce dernier cas, ils perdent tout rôle utilitaire et c’est l’aspect purement décoratif qui est alors mis en valeur. Mais l’éseber est aussi un des derniers symboles de la vie nomade qui subsistent pour ceux qui – pour diverses raisons – ont du abandonner ce mode d’existence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les différents types de décor d’un éseber
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2002/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Partie supérieure de l’éseber.
Crédits Photo P. Pandolfi
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2002/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Partie inférieure de l’éseber.
Crédits Photo P. Pandolfi
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2002/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Confection d’un éseber.
Crédits Photo P. Pandolfi
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2002/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Pandolfi, « Eseber », Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig, Aix-en-Provence, Edisud, 1997, p. 2698-2701

Référence électronique

P. Pandolfi, « Eseber », in Encyclopédie berbère, 18 | Escargotière – Figuig [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2002

Haut de page

Auteur

P. Pandolfi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page