Navigation – Plan du site
19 | Filage – Gastel - Gabriel Camps (dir.)
G
G07

Gamphasantes

J. Desanges
p. 2961-2962

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Tous les manuscrits d’Hérodotes (IV, 174) signalent des Garamantes au sud des Nasamons*, qui ont évincé les Psylles*. C’est la seule tribu que l’historien situe dans la zone intermédiaire de l’Afrique, dite « des bêtes sauvages » (cf. II, 32) : « Ils fuient tous les hommes et leur compagnie ; ils ne possèdent aucune arme et ne savent pas se défendre. »

2Ces caractères ne conviennent pas au puissant peuple des Garamantes*, que, par ailleurs (IV, 183), Hérodote mentionne sur l’un des tertres de la zone désertique. L’ethnonyme de IV, 174, est donc corrompu.

3Grâce à Méla (I, 47 ; cf. I, 23) et à Pline l’Ancien (V, 45), nous savons que les indigènes dépourvus d’armes et fuyant tout contact humain s’appelaient en réalité Gamphasantes, un nom que l’on est tenté de mettre en rapport avec les termes Phazania (Plin., V, 35 ; Ptol., Apotel, II, 3, 71 ; Géogr., IV, 7, 10, Müller p. 785) et Phazanii (Plin., ibid.), qui désignent la région et la population situées entre Cidamis (Ghadamès) et les Matmata. Les Gamphasantes étaient peut-être plus proches des Garamantes que des Nasamons, et plus occidentaux qu’il n’apparaît dans Hérodote. Au demeurant, il s’agissait sans soute d’une tribu errante et dispersée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Gamphasantes », Encyclopédie berbère, 19 | Filage – Gastel, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 2961-2962

Référence électronique

J. Desanges, « Gamphasantes », in Encyclopédie berbère, 19 | Filage – Gastel [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1987

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page