Navigation – Plan du site
19 | Filage – Gastel - Gabriel Camps (dir.)
F
F49

Fronton

(M. Cornelius Fronto)
J.-L. Charlet
p. 2935-2938

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Biographie
Haut de page

Texte intégral

L’homme

1Fronton est né en Numidie, à Cirta (Constantine), au début du iie siècle après Jésus-Christ. Il commença ses études en Afrique (à Carthage ?), puis les compléta à Rome avec Athénodote et Dionysius. A la fin du règne d’Hadrien, il était considéré comme le plus grand orateur et avocat de son temps, ce qui lui valut une brillante carrière (questeur en Sicile. Puis édile et préteur à Rome) et surtout d’être choisi par Antonin le Pieux comme précepteur des futurs empereurs Marc-Aurèle et Lucius Vérus (139). En remerciement, il reçut un consulat suffect en 143. Des raisons de santé l’amenèrent à renoncer au poste de gouverneur de la province d’Asie qu’on lui offrait. Il mourut après 175.

2Dans l’Antiquité, Fronton fut célébré comme un nouveau Cicéron. De fait, il devait sa célébrité à ses talents oratoires, et c’est essentiellement la rhétorique qu’il enseigna à ses élèves impériaux. Mais, de ses discours, il ne reste que quelques citations et un fragment. Nous possédons en revanche une bonne partie de sa correspondance (les deux tiers ?) grâce à un palimpseste du ve siècle, conservé jadis à Bobbio, puis divisé en deux parties respectivement conservées à la Vaticane et à l’Ambrosienne de Milan, où A. Mai le découvrit au début du xixe siècle. La publication de cette correspondance ne semble pas due à Fronton lui-même.

L’œuvre

3Influencé par la Seconde Sophistique (Dion Chrysostome, Favorinus d’Arles, puis Aelius Aristide), Fronton représente, avec Aulu-Gelle, le maniérisme précieux et archaïsant qui prévaut au milieu du IIe siècle. Il s’attache beaucoup plus volontiers aux mots qu’aux choses. Sa seule préoccupation est la rhétorique et, dans son souci d’enrichir le vocabulaire, il mêle archaïsmes, néologismes et hellénismes. Certaines de ses lettres prennent l’allure de véritables traités et concernent des sujets parfois politiques ou militaires, mais le plus souvent rhétoriques. On citera par exemple l’éloge sophistique de la fumée et de la poussière, ou encore celui de la négligence.

4Sa correspondance conservée correspond aux années 139-167 et s’adresse essentiellement aux empereurs ou futurs empereurs et fait connaître la cour impériale et la jeunesse de Marc-Aurèle : neuf livres sont adressés à Marc-Aurèle, pour qui il éprouvait une réelle affection payée de retour (cinq livres à Marc-Aurèle César, quatre livres à Marc-Aurèle empereur) ; deux livres à Lucius Vérus (empereur) et un à Antonin le Pieux : le ton y est plus officiel et plus éloquent. Mais nous avons aussi deux livres ad amicos où l’on voit que l’illustre orateur n’avait point oublié ses origines africaines.

L’africain

5A Rome, en effet, Fronton était resté fidèle à son pays natal, et il resta jusqu’à sa mort un africain de cœur. Il accueillait chaleureusement les Africains de passage à Rome (Ad amicos 1,3) et éprouvait une grande tendresse pour ses amis ou élèves africains : Celsinus le Numide, le grammairien Porphyrion, Postumius, originaire d’une cité voisine de Cirta... Il aimait à rappeler ses origines africaines : « je suis un libyen », écrivait-il en grec à Faustine (epist. graec. 1). Et il disait « ma patrie » quand il parlait de la Numidie. Il avait été élu patron de Cirta et de la ville voisine de Calama ; on le voit défendre les intérêts de ses compatriotes et leur donner des conseils (Ad amicos 2,10-11, aux triumvirs et décurions de Cirta). Nous avons conservé un fragment de la célèbre Action de grâces qu’il prononça devant le Sénat pour les Carthaginois (éd. Van den Hout 1988, p. 256-258). Globalement, il tenta de concilier des valeurs en apparence antagonistes (l’éducation romaine et les traditions africaines) par une nouvelle définition de la romanité conçue comme l’apanage non plus de la seule ville de Rome, mais de l’Occident tout entier, dont l’Afrique fait partie.

6Son œuvre eut un grand retentissement en Afrique. Minucius Félix fait écho aux accusations qu’il avait portées contre les Chrétiens (Octauius 9,6-7 et 31,1-2) et le style de Fronton ouvre la voie à Apulée et à Tertullien.

Haut de page

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

Éditions, critique textuelle et index

Fronto, ed. by Haines C.R., London, Loeb (2 t.), 1919-1920.

M. Cornelii Frontonis Epistulue, ed. Van den Hout M.P.J., Leiden, Brill, 1954.

Frontone, opere, a cura di Portalupi F, Torino, 1974.

M. Cornelii Frontonis Epistulae, ed. Van den Hout M.P.J., Leipzig, Teubner, 1988 (compte-rendu détaillé par Soverini P., “Note frontoniane”, Eikasmos 3,1992, pp. 285-294 ; et Timpanaro S., “Il nuovo Frontone di Van den Hout”, RFIC 117,1989, pp. 365-382).

Frontón, Epistolario, intr., trad. y notas de Palacios Martίn Angela, Madrid, Gredos, 1992.

Van den Hout M., “Textkritisches und sprachliches zu Fronto”, Mnemosyne 12 1944, pp. 223-238.

Van den Hout M., “On the Text and Language of Fronto, II”, Mnemosyne 4a ser. 1,1948, pp. 59-72.

Pescani P., Coniecturae atque animadversiones criticae in Frontonis opera, Quad. della RCCM 2, Roma, 1961.

Timparanos S., “Spigolature frontoniane”, Studi Barigazzi II ( = Sileno 11), 1985, pp. 237-243.

Pennacini A., Lessico del De orationibus e del De eloquentia di M. C. Frontone, Hildesheim, Olms, 1976.

Index verborum..., bearb. von R. Fontanella, M. Olivetti & M. Ramella Votto, Hildesheim & New York, Olms, 1981.

Études générales

Monceaux P., Les Africains. Étude sur la littérature latine d’Afrique. Les païens, Paris 1894 (chap. III Fronton de Cirta, pp. 211-241).

Marache R., La critique littéraire de langue latine et le développement du goût archaïsant au IIe siècle de notre ère, Rennes, Plihon, 1952.

Soverini P., Tra retorica e politica. Studi su Plinio il Giovane, Frontone e la Historia Augusta, Bologna 1988.

Vie et œuvres

Brock M.-D., Studies in Fronto and his Age, Cambridge, 1911.

Haines C.-R., “On the Chronology of the Fronto Correspondence”, CQ 1914, pp. 112-120.

Leroy M., “La conception de l’histoire chez Fronton”, MB 1928, 241-252.

Hanslik R., “Die Anordnung der Briefsammlung Frontos”, CV 1, 1935, pp. 41-47.

Frassinetti, “L’orazione di Frontone contro i cristiani”, GIF 2, 1949, pp. 238-254.

Heurgon J., “Fronton de Cirta”, RSAC 70,1957-59 [1960], pp. 139-153.

Portalupi F, Marco Cornelio Frontone, Pubbl. della Fac. di Magistero di Torino, 1961.

Pflaum H.-G., “Les correspondants de l’orateur M. Cornelius Fronto de Cirta”, Hommages à J. Bayet, Latomus 70, Bruxelles 1964, pp. 544-560.

Cova P-V, I Principia historiae e le idee storiografiche di Frontone, Napoli, 1970.

Cova P.-V, “Problematica frontoniana”, BStudLat I, 1971, pp. 460-482.

Birley A.-R., “A Nickname for Commodus and the Date of Fronto’s Death”, Chiron 2,1972, pp. 463-473.

Ramirez de Veyer A., “Fronton y la segunda sofistica”, Habis 4,1973, pp. 115-126. Portalupi F., Nota Frontoniana, Torino, 1974.

Champin E., “The Chronology of Fronto”, JRS 64,1974, pp. 136-159.

Cristofori M.-C, “L’oratio di Frontone contro i cristiani e la persecuzione di Marco Aurelio”, RSCI 32,1978, pp. 1 30- 1 39.

Astarita M.-L., “Questioni di cronologia frontoniana”, Koinonia 2,1978, pp. 7-42.

Whitehorne J.-E.-G, “Ad amicos I 5 and 6 and the Date of Fronto’s Death”, Studies in Latin Literature and Roman History T, Latomus 164,1979, pp. 475-482.

Astarit M.-L., “Roma e l’Oriente. La Ciceroniana De imperio Cn. Pompei nella lettura di Frontone”, RomBarb 5,1980, pp. 5-35.

Champlion E., Fronto and Antonine Rom, Cambridge, Mass. Harvard Univ. Press, 1980.

Selvatigo G.-P, “Lo scambio epistolare tra Frontone e M. Aurelio. Esercitazioni retoriche e cultura letteraria”, MAT 5,1981, pp. 25-301.

Leone M., “Frontone come fonte storica”, AAPal 5a ser. II, 1981-2, pp. 379-391.

Méthy N., “Fronton et Apulée : romains ou africains ?”, RCCM 25,1983, pp. 37-47.

Pennacini A., “Eloquenza del l’imperatore e prosa dei dotti nella domina di Frontone”, Retorica e classi sociali (Atti del convegno di Bressanone 1981), Padova 1983, pp. 31-38.

Della Corte F, “Un precettore di Marco Aurelio, Frontone”, C& S 95,1985, pp. 68-74.

Desanges J.,“La Cirta de Salluste et celle de Fronton”, L’Africa romana 4 (convegno di Sassari 1986), Sassari 1987, pp. 133-135.

Dimitra Tsitsikli M., “The Educational Ideal of Fronto”, Troisième congrès grec d’études latines (1987), Thessalonique 1989, pp. 229-242 [en grec, résumé en anglais].

Baldwin B., “Fronto and the Christians”, ICS 15, 1990, pp. 177-181.

Grimal P., “Ce que Marc-Aurèle doit à Fronton”, REL 68,1990, pp. 151- 159.

Portalupi F., “La presenza di Orazio nell’epistolario frontoniano”, CCC 12,1991, pp. 97-108.

Grimal P., “La philosophie de M. Cornelius Fronto”, Au miroir de la culture antique, Mélanges R. Marache, Presses de l’Université de Rennes, 1992, pp. 251-257.

Bammel C. P. H., ”Die erste lateinische Rede gegen di Christen”, ZKG 104 (3), 1993, pp. 295-311.

Langue et style

Schuster M., “Zum archaistischen Element im Stile Frontos”, WS 1931, p. 153-157.

Schmitt A., Das Bild als Stilmittel Frontos, Diss. München 1933.

Marache R., Mots nouveaux et mots archaïques chez Fronton et Aulu-Gelle, Paris, PUF, 1957.

Maselli G, “Considerazioni sulla lingua di Frontone”, Annali del corso di lingue e lett. stran. Univ. di Bari 10, 1968, pp. 35-54 ; NS I-II, 1970-1971, p. 205-265.

Cawley E.-M., The Literary Theory and Style of Marcus Cornelius Fronto, Diss. Tufts Univ. Medford, 1971.

Portalupi F., Frontone, Gellio, Apuleio. Ricerca stilistica I, Torino, 1974.

Sanchez Salor E., “La retorica de Frontón y los poctae novelli”, Actas del V Congresso español de estudios clásicos (1976), Madrid, 1978, p. 411-416.

Bejarano, “Vulgarismos en la lengua de Frontón”, Mélanges Díaz y Díaz, Madrid 1983, p. 41-47.

Palacios Martin A., “Anotaciones sobre el léxico de M. Cornelio Fronton”, Anuario de estudios filológicos 8, 1985, p. 217-245.

Portalupi F., “Umgangsprache e Kunstsprache in Frontone”, CCC 10, 1989, p. 147- 167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J.-L. Charlet, « Fronton », Encyclopédie berbère, 19 | Filage – Gastel, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 2935-2938

Référence électronique

J.-L. Charlet, « Fronton », in Encyclopédie berbère, 19 | Filage – Gastel [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1971

Haut de page

Auteur

J.-L. Charlet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page