Navigation – Plan du site
8 | Aurès – Azrou - Gabriel Camps (dir.)
A338

Aẓalay

A. Chatelard
p. 1205-1206

Entrées d’index

Mots clés :

Ethnologie
Haut de page

Texte intégral

1Ce mot est le nom verbal de aẓliqui, en tamāhaq, signifie : mettre à part, séparer. Ce mot a aussi un sens très particulier quand il s’agit des époux :

2Ali, ayant pour sujet un mari et pour régime direct sa femme, signifie : « séparer (de sa famille) [son épouse] (en l’emmenant chez soi) ». Dans l’Ahaggar le mariage se fait dans la famille de l’épouse : après le mariage, l’épouse reste dans sa famille un temps plus ou moins long, au moins quelques mois, parfois deux ou trois ans (quelquefois six ou même sept ans, plusieurs enfants peuvent naître pendant ce temps) ; lorsque, cette période de séjour auprès des siens écoulée, l’épouse est séparée d’eux par son mari et emmenée par lui dans sa tente, on exprime cet acte du mari par le verbe ali » (Foucauld, 1951, t. IV, p. 1 962). Souvent c’est la forme factitive qui est utilisée : ali.

3L’aalay n’est pas seulement un acte, c’est une fête qui peut avoir autant d’importance que le mariage. Les rites de l’aẓalay ont une double signification. Ils manifestent d’abord la séparation ou enlèvement, et ensuite l’introduction dans un nouveau campement.

4C’est la tente (ehan) qui est le centre d’intérêt. Elle a été dressée dans le campement avec tous ses ornements, piquets, vélum (éhakit) et nattes verticales (isebrân). Les sacs, les ustensiles et tous les objets qui composent le « trousseau » de l’épouse y sont exposés (ielay ou ileyen).

5L’époux et les accompagnateurs arrivent dans l’après-midi. Les ilugān (carrousel de chameaux) autour du tindé (tambour et chants) se déroulent comme pour le mariage, ainsi que les danses nocturnes.

6Le lendemain, les hommes et les femmes qui accompagnent l’époux démontent eux-mêmes la tente et préparent les bagages. Le matin suivant, ils chargent les chameaux et repartent en emmenant la femme qui, souvent, a un enfant. Dans certaines tribus, comme chez les Dag γali, les hommes du campement ne doivent pas accompagner celle qui s’en va. Quelques femmes partent avec elle. Pendant le voyage elles sont considérées comme des hôtes, c’est-à-dire qu’elles ne s’occupent pas des travaux de chargement ou de cuisine. Tous les frais de déplacement sont à la charge de l’époux. Le mot ali désigne le groupe des personnes qui participent à l’aalay.

7Au terme du voyage, qui peut durer plusieurs jours, la tente est dressée, dès l’arrivée, sur un emplacement préparé à l’avance et recouvert de sable. Les trous des piquets sont déjà creusés et le montage est rapide. La fête recommence et dure jusqu’au départ des femmes qui ont accompagné la nouvelle arrivée.

8L’aire linguistique du mot aalay s’étend de l’Aïr à l’Ajjer, de l’Ahaggar à l’Adrar-des Ifoghas avec des variantes locales comme en Ajjer (talit).

Haut de page

Bibliographie

Foucauld (R.P. Ch. de), Dictionnaire Touareg-Français, Imprimerie Nationale de France, 1951, 4 tomes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. Chatelard, « Aẓalay », Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou, Aix-en-Provence, Edisud, 1990, p. 1205-1206

Référence électronique

A. Chatelard, « Aẓalay », in Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou [En ligne], mis en ligne le 20 avril 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/196

Haut de page

Auteur

A. Chatelard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page