Navigation – Plan du site
19 | Filage – Gastel - Gabriel Camps (dir.)
F
F37

Forgerons

C. Agabi et C. Hincker
p. 2889-2897

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Les forgerons du Maghreb (C. Agabi)

1Dans la plupart des sociétés traditionnelles africaines ou méditerranéennes, les forgerons occupent une place à part et sont souvent redoutés et parfois méprisés. Ce fut longtemps le cas chez les Berbères du Maghreb ou du Sahara. E. Doutté écrit qu’en Algérie les forgerons sont dits, encore au début du xxe siècle, Beni Niyat et forment un groupe en dehors de la société ; ils sont méprisés au point que “haddad ben haddad”(forgeron fils de forgeron) est une injure.

2Cependant l’emploi du fer industriel qui commençait à se généraliser en Algérie faisait multiplier le nombre des travailleurs des métaux et contribuait à faire disparaître ce préjugé. C’est en Grande Kabylie que le métier de forgeron et d’armurier connut son plein épanouissement. Nous empruntons à Hanoteau et Letourneux (1893)l’essentiel de leur description des Hadades. Dans la plupart des tribus kabyles on trouve, en cette fin du xixe siècle, quelques ouvriers du fer. Les uns sont des maréchaux ferrants, les autres, de vrais forgerons fabriquant et réparant les instruments agricoles tels que socs d’araire (tagwerra), les haches à deux tranchants (amentas), les faucilles (amger) et la pioche-hachette si caractéristique du pays kabyle (agelzim). Ces forgerons étaient, en général, mal outillés et les produits de leur travail s’en ressentaient. Chez les Aït Boudrar, les Aït Ouassif, les Iflissen et surtout les Aït Yenni, il existait de bons ouvriers dont l’art était plus perfectionné. Hanoteau et Letourneux ont donné de précieux renseignements sur leur outillage et leurs procédés de fabrication.

3Les forges étaient de petits massifs de maçonnerie pleine, hauts de 0,80m et larges d’un mètre. Sur l’un des côtés était un contre-feu aussi en maçonnerie de 0,40 m de hauteur, il était percé d’un trou qui donnait passage aux buses des soufflets. En arrière du contre-feu étaient placés les deux soufflets (ageccul), d’un diamètre de 0, 70 m et d’une longueur d’un mètre. Chaque soufflet était formé d’une peau de bœuf tendue par des arceaux de bois sur lesquels elle était clouée. Un homme, placé derrière les soufflets, les faisait agir alternativement de manière que l’air fût propulsé dans le foyer sans interruption. Comme combustible on se servait de charbon de bois, de préférence celui de la racine de bruyère, d’où le nom de bou haddad donné à cette plante. L’enclume kabyle (tawent) était en fer, aciéré seulement sur la table de travail. Elle ne possédait qu’une bigorne (icc-n-tawent) placée en contrebas de la table. Sur la table et rejoignant la bigorne, était pratiquée une cannelure qui servait à la fabrication des canons de fusil. L’enclume n’avait pas de pied mais elle était maintenue sur un billot dans lequel pénétrait un appendice. Ces enclumes étaient presque toutes fabriquées chez les Aït Idjer, quelques unes provenaient des Aït Yenni. Les autres outils ne présentaient pas de caractères particuliers, sinon que l’œil des marteaux kabyles était toujours rond. Les étaux d’établi, les limes, les filières et la plupart des autres petits outils étaient déjà de fabrication européenne. Les étaux à main étaient, en revanche, fabriqués par les Kabyles eux-mêmes en reproduisant le système des étaux d’établi. L’instrument à forer le fer se composait d’une tige de bois de 0,20 à 0,25 m de longueur et de 3 cm de diamètre. A l’extrémité inférieure était fixé le foret dont la rotation était assurée à l’aide d’un archet* formé par une petite branche et une lanière de cuir.

4Le procédé pour aciérer les outils en fer et les armes blanches était primitif, au lieu d’assurer un mélange homogène du fer et de l’acier, le forgeron kabyle se contentait simplement de souder la partie d’acier sur l’une des faces.

5Les canons de fusil étaient fabriqués par parties de 0,30 à 0,40 m de longueur. On corroyait un morceau de fer dont on tirait une lame assez large pour que son enroulement corresponde au diamètre du canon. Cette lame était enroulée sur un mandrin de manière que les bords soient rapprochés l’un de l’autre sans pourtant se toucher. Une tringle carrée en fer était ensuite introduite dans l’intervalle qui séparait les bords et en facilitait la soudure. On soudait bout à bout les différents tubes ainsi réalisés pour obtenir un canon de fusil qui était ensuite alésé au moyen d’une machine dont la pièce principale était un arbre horizontal en fer supporté par deux poteaux distants l’un de l’autre de 0,50 m. Cet arbre traversait en son centre un disque de pierre d’un diamètre de 0,70 m qui servait de volant à la machine. L’une des extrémités de l’arbre était munie d’une manivelle qui imprimait un mouvement de rotation au système ; l’autre recevait la tige de l’alésoir. Le canon à aléser était placé dans le prolongement de l’arbre, deux hommes faisait mouvoir la manivelle tandis qu’un troisième dirigeait le canon et le faisait glisser en avant à mesure de l’avancement du travail de l’alésoir.

6Les canons de fusil et de pistolet, les sabres et les poignards étaient ordinairement garnis d’incrustations de cuivre (voir F 30, Flissa). Pour appliquer ces ornements, on gravait les dessins en creux à l’aide d’un burin puis on introduisait dans ces creux des parcelles de cuivre découpées. On resserrait ensuite les bords et égalisait l’ensemble à l’aide de la lime.

7Au Maroc, et particulièrement dans le Sud, le métier de forgeron était exercé exclusivement par les Harratin*, classe sociale que E. Doutté considérait comme particulièrement méprisée. A Rabat, encore en 1930, ces harratin étaient appelés touarga et c’est chez eux que se recrutaient d’autres artisans décriés tels que chaudronniers, tailleurs et savetiers. Les mêmes groupes sociaux, surtout les forgerons, fournissaient les principaux effectifs de la confrérie des Aissaouas*. Parmi les métiers du feu et du fer, il y avait dans les villes, une répartition stricte : les musulmans étaient forgerons, maréchaux ferrants, taillandiers, les juifs, ferblantiers, mouleurs, fondeurs, bijoutiers.

8En Tunisie et dans la partie voisine de l’Algérie, les forgerons traditionnels formaient une sorte de corporation ambulante dont tous les individus étaient originaires de quelques tribus seulement : les Fraichich*, les Madjer, les Oulad Sidi Abid, ils se nommaient entre eux les Oulad ben Nejla. E. Doutté qualifiait de “Tziganes” algériens, les nomades Beni Adès qui, dispersés dans l’Algérie centrale et orientale, exerçaient des professions les plus diverses, tatoueurs, circonciseurs, maquignons, tandis que les femmes disaient la bonne aventure par examen du sucre, du marc de café et des fèves. En Oranie, les Amer tenaient le même rôle.

9Parmi les activités du forgeron, il en est une qui révèle son importance dans la vie sociale : il est souvent le sacrificateur attitré du groupe dans lequel il exerce son métier. Généralement dépourvu de terre, le forgeron vit du travail des métaux et des sacrifices qu’il accomplit au profit des familles ou des groupes sociaux, sans que jamais la rétribution qu’il reçoit puisse être confondue avec un salaire. Il jouit également de certains avantages comme le fait de prélever la part qu’il juge devoir lui revenir de la récolte, avant que celle-ci ne quitte l’aire à battre*.

Les forgerons touaregs (C. Hincker)

10Forgerons ou artisans ? Disons plus simplement inadan (sing. enad) terme qui est défini par Alojaly dans son Lexique (1980, p. 140) par « forgeron, artisan, ouvrier en métaux/bois ». Le forgeron touareg travaille, en effet, le métal (argent, cuivre, or etc.) et le bois alors que la femme maîtrise le cuir. Il se distingue par contre des potiers qui portent un nom particulier (ikanawan, sing. akano cf. Nicolas, 1950, p. 121) et qui sont surtout connus au sud du Sahara (Iwellemmeden, Kel Geres), alors que les inadan sont partout présents.

Essai de typologie

11Les forgerons sont presque toujours définis par deux critères : l’un se rapporte à leur spécialité technique, l’autre à la “tribu” (tawsit) à laquelle ils se rattachent. Bien qu’ils forment un groupe totalement endogame, les forgerons ne possèdent pas de noms de tawsit qui leur soient propres : ils sont en général rattachés à la tawsit de nobles, plus rarement de religieux ; on dira par exemple inadan wa n-Kel Fadey (nobles) ou encore inadan wa n-Kel Eghlal (religieux) et c’est par le nom de ces “tribus” prestigieuses qu’ils se situent dans la mosaïque politique des chefferies qui constituent l’ossature du monde touareg.

12Ce rapport avec les chefs et les personnalités majeures de la société s’affirme dans un rôle d’intendance assumé par quelques-uns. Car en plus des forgerons qui fabriquent ou réparent des objets, certains d’entre eux sont chargés de tâches d’intendance ou de relations publiques : appelés inesfadan chez les Iwellemmeden, ils reçoivent les étrangers, préparent le thé, mais aussi peuvent se voir confier des missions diplomatiques. Foucauld les désigne sous le terme péjoratif de “valets” ; il serait plus exact de dire qu’ils sont le plus souvent des majordomes, et dans des cas plus rares des ambassadeurs.

13L’autre critère – leurs spécialisation – distingue les artisans du métal, du bois ou des deux à la fois, ou encore ceux spécialisés dans des tâches d’intendance. Dans son Dictionnaire, Foucauld (1951-52 ; III, p. 1300) a fait un bilan général des artisans dans l’ensemble du monde touareg, en donnant des indications quantitatives du nombre relatif des différents types d’artisans dans les principaux groupes. Les artisans sont estimés “en très petit nombre” chez les Taitoq et dans l’Ajjer, “en petit nombre” dans l’Ahaggar, “nombreux” dans l’Adghagh, “très nombreux“ dans l’Aïr, “plus nombreux encore“ chez les Iwellemmeden. Foucauld estime que « dans l’Ahaggar, l’Ajjer, chez les Taitoq, les artisans se livrent exclusivement au travail du bois et des métaux ». Dans l’Adghagh et l’Aïr, beaucoup sont artisans en bois et métaux, « beaucoup aussi ne savent travailler ni le bois ni le métal et sont attachés en qualité de valets à la personne des riches du pays ». Enfin, chez les Iwellemmeden, « quelques-uns travaillent le bois et les métaux, la plupart [...] sont valets des riches de la contrée ; certains chefs, en ont, attachés à leur personne, en très grand nombre, qui forment une valetaille fainéante et inutile ».

14Une typologie des artisans a été relevée au Niger (Bernus, 1981, p. 76 ; Saenz 1980, p. 4 ; Echard, 1992, p. 10-20) :
- inadan wa n-tizoli, les artisans du métal qui fabriquent armes et bijoux (technique de la cire perdue) ; l’outillage et les techniques ne varient guère sur toute l’étendue du pays touareg.
- inadan wa n-Tamanannad ; ils ont la réputation de fabriquer les plus belles selles de chameaux. « Une femme est l’ancêtre des artisans et des forgerons : Tamnennat [...]. Tamnennat, Tamnennad est le nom général des anciens et excellents forgerons de l’Aïr (région du Talaq) ; on dit encore d’un beau travail artisanal : tamennat » (Nicolas, 1950, p. 112). « Leur aïeule s’appelait Tamamenet » confirme Benhazera (1908, p. 72). Les spécialistes des selles de chameaux les plus réputées sont originaires de l’Aïr.
- inadan wa n-talaq, artisans de l’argile, ils travaillent, en fait, le bois ; leur nom fait référence à la plaine du Talaq à l’ouest de l’Aïr. Leurs femmes sont potières. Cette catégorie de forgerons est beaucoup moins considérée que les deux précédentes.
- inesfadan : chargés de l’intendance ou messagers des chefs, ils méritent un petit développement pour corriger le jugement dévalorisant de Foucauld. Citons deux épisodes de l’histoire des Iwellemmeden où ils ont joué un rôle important.

15Lors de la bataille d’Izerwan (1896), Musa agg Amastan était venu venger son jeune frère, Bello, tué par deux guerriers célèbres lors d’une précédente expédition ; arrivé près des troupes iwellemmeden rassemblées, il envoya son forgeron (anesfada) à Mohamed agg El Kumati pour lui demander de lui livrer les deux coupables : Mohamed, amenokal des Kel Denneg, envoya en retour son anesfada, nommé Badiden, pour lui opposer un refus (Bernus, 1992, p. 87-88). Quelques années plus tard, les militaires français occupent Tahoua et veulent faire signer à Mohamed agg El Kumati, un accord de paix ; ce dernier a fui vers In Gall où il reste à longueur d’année pour éviter tout contact. Il a compris la supériorité en armes des Français et veut éviter l’affrontement. Un acte de soumission ainsi qu’une convention sont signés en décembre 1901 : ces textes portent la signature, non pas de l’amenokal, mais celle de son forgeron Badiden. Mohamed agg El Kumati mourut à Afukada, près d’In Gall, en 1903, sans jamais avoir rencontré les autorités françaises. Ces épisodes montrent qu’un anesfada est dans certaines circonstances un ambassadeur, beaucoup plus qu’un “valet”.

Forgeron touareg à Ti-Walawalen, Ahaggar, campement de l’Amenokâl

Forgeron touareg à Ti-Walawalen, Ahaggar, campement de l’Amenokâl

(photo G. Camps).

Hypothèses et idées reçues

16La très forte personnalité des forgerons, leur endogamie jamais démentie, leur caractère original qui ne varie guère de Djanet à Madawa, ont favorisé de nombreuses hypothèses concernant leur origine. Foucauld (1951-52, t. III, p. 1300) rapporte que « d’après des traditions, certains d’entre eux sont d’origine israélite, venus du Maroc à une époque reculée, par les bords de l’Océan, à la suite de tribus berbères qui conquirent l’Adghagh ». Lhote (1955, p. 210) a rencontré de mêmes traditions : « On dit volontiers qu’ils sont les descendants des Juifs installés jadis au Touat, dans l’oasis de Tamentit d’où ils furent chassés à la fin du xve siècle par les marabouts arabes. » Si ces traditions n’ont pas actuellement été vérifiées, il ne faut pas les négliger après les récents travaux de J. Olliel (1994) sur “les Juifs au Sahara”.

17Les idées reçues sont si nombreuses qu’elles cachent la réalité et empêchent souvent de comprendre qu’elles possèdent une cohérence et s’inscrivent dans le contexte d’une société aux multiples facettes. L’image stéréotypée du forgeron est consacrée par des qualificatifs toujours répétés : rusé, lâche, menteur, méprisé. On remarque une opposition antithétique entre les caractères attribués au noble-guerrier et à ceux accordés au forgeron : « aux qualités de courage, de force virile, de passion amoureuse et de beauté physique qui caractérisent l’amajegh, héros toujours à la recherche du dépassement de lui-même, s’opposent celles de fourberie, de ladrerie, d’intrigue, de soumission volontaire et de malpropreté du forgeron » (Bernus, 1983, p. 242).

« Toi l’artisan ou bien l’esclave qui garde les chameaux ; [...]
« une action d’éclat vous en êtes incapables ;
« on sait que vous n’avez pas tué à la guerre même un âne entravé. » (Foucauld, 1925,t. I, p. 408-409).

18Le comble de la couardise est non seulement de ne pas être capable de tuer l’animal le plus méprisé, mais encore un âne entravé, incapable de fuir.

19Dans la société touarègue, les rôles sont distribués et les forgerons doivent se conformer à celui qui leur est dévolu : ils se servent de ce rôle pour agir et s’exprimer avec une liberté interdite aux autres. Mieux encore, leur libre langage est utilisé pour faire dire aux forgerons ce que beaucoup ne peuvent exprimer eux-mêmes en raison de leur propre pudeur : à la demande des autres, des histoires graveleuses, des devinettes scatologiques sont dites par les forgerons au cours de réunions et de graves imajeghen ou imghad rient à gorge déployée, alors que les ineslemen esquissent un sourire navré. Les rôles de chacun sont complémentaires et inscrits dans un cadre reconnu par tous.

Le forgeron conservateur du patrimoine

20Certaines objets sont tellement identifiés à la société touarègue qu’ils en deviennent l’emblème. On pourrait citer en vrac la selle de chameau, l’épée, le bouclier, le portefeuille en cuir porté en sautoir, la croix d’Agadez, le cadenas. Les inadan, possèdent un outillage mobile, presqu’identique dans tout le monde touareg : il se compose d’une trousse à outils qui contient marteaux, tenailles, cisailles, poinçons, creusets, etc., d’une enclume enchâssée dans une bille de bois, de soufflets faits de poches en cuir, de poignées en bois, d’un tube métallique dont l’embout en argile pénètre dans les braises du charbon de bois. Les femmes des forgerons, spécialistes du cuir, travaillent sur un petit établi portatif avec des couteaux à lame large et plate pour gratter et découper finement le cuir. Ce matériel a été très bien décrit par différents auteurs (Nicolas, 1950, p. 112-113, Echard ; 1992, p. 20-36).

21Un autre rôle du forgeron est moins connu : il consiste à entretenir le matériel. Le forgeron est donc le conservateur de ce patrimoine très élaboré. Il répare les objets usés ou cassés : il remplace le “cou” (support du pommeau) d’une selle de chameau brisée, il pose des plaques métalliques sur les fonds de coupes en bois percées ou incruste de petits accordéons en cuivre sur les parois fendues de tous les récipients en bois : vases, bols de traite, louches, etc.

22Les forgerons touaregs, avec le développement du tourisme, ont trouvé de nouveaux débouchés. Des forgerons d’Agadez vendent à Niamey de nouvelles productions sculptées dans une stéatite blanche, très fragile, des animaux, des reconstitutions de la mosquée d’Agadez, des crèches avec chameau, zébu et âne groupés autour de l’enfant Jésus, Marie et Joseph ; d’autres animaux, en particulier des tortues et des crapauds sont taillés dans une pierre noire plus dure. Les bijoux traditionnels sont l’objet de toutes les convoitises et donnent lieu à des contrefaçons et à un marché peu et mal contrôlé : l’argent est devenu un alliage d’inox et certains bijoux sont vendus par la maison Hermès dans un coffret de luxe avec un livret explicatif.

23Les forgerons touaregs sont à la fois les conservateurs du patrimoine et des artisans capables d’innovations et d’adaptations en fonction de nouveaux marchés.

La place du forgeron dans la société

24Le forgeron en premier lieu, est non seulement le fabricant des armes et des bijoux, il est le fournisseur du matériel permettant l’utilisation des montures (selles, bâts, étriers, caveçons, etc.), du matériel de voyage (sacs, outres, cadenas, etc.), du matériel domestique (mâts de tente, porte-bagages, lits, coussins, etc.) et des instruments de la vie pastorale (poulies, puisettes, cordes). Il est impossible de faire une liste exhaustive de ses productions, mais le rôle du forgeron dépasse celui de fournisseur de matériels indispensables à la vie nomade.

25Sa place dans la société se manifeste par cette liberté de parole qui lui permet d’être parfois le porte-voix des autres, car il n’endosse pas leur pudeur. L’importance du forgeron apparaît dans plusieurs circonstances et en particulier, dans la cérémonie de l’immolation d’un animal (voir *égorgement).

26Les animaux égorgés chez les Touaregs sahéliens sont essentiellement des moutons et des chèvres, et dans les grandes circonstances (mariages de prestige) des bovins ; seuls les Touaregs du Nord immolent des camelins. La répartition des morceaux obéit à des habitudes qui varient d’un groupe à l’autre, mais presque toujours une partie spéciale est donnée au forgeron ou lui est envoyée en cas d’absence : il s’agit d’un morceau de l’échiné appelé tanazermeyt qui est la partie comprise entre le cou et la plus basse des côtes. Cette pièce de l’échine est souvent appelée seknes inadan, c’est-à-dire « fait disputer les forgerons », car elle peut apporter des disputes entre les forgerons présents qui la convoitent. On n’oublie pas de garder cette pièce, sinon des paroles vengeresses sont à craindre.

27Le prix du travail des forgerons est en général fixé à l’avance ; une seconde rétribution (tamagint) est donnée à l’issue du travail et sa nature et son importance est laissée à la discrétion du commanditaire. Ici encore, un don insuffisant sera vengé par des manifestations diverses.

28Dans l’Air, pour protester contre de mauvaises paroles, contre le non respect d’un usage ou pour un manque d’égard, les forgerons revêtent des habits sales et déchirés et suspendent à leur cou et à leurs bras des feuilles qui font un bruit incessant ; de plus, ils passent et repassent une palme dans un canari percé qui produit un grincement désagréable : ils se déplacent ainsi de tente en tente pour dire le mal qui leur a été fait par telle ou telle personne.

29Les forgerons constituent une minorité de 3 à 4 % de l’ensemble des Kel Geres (Bonte, 1976, p. 144), de 3,9 % et de 3,6 % du premier et du troisième groupe des Kel Denneg et de 3,8 % des Tingeregedesh de Bankilaré, sur la rive droite du Niger (Bernus, 1981, p. 348 & 394) : ces chiffres sont assez comparables et sans doute constituent une donnée valable pour les Touaregs du sud.

30Cette minorité, qui vit aux côtés de Touaregs utilisant leurs services, cherche à conserver son intimité. Tenet est le langage des forgerons par lequel ils peuvent préserver leur quant-à-soi au milieu des autres. Plusieurs auteurs ont publié des vocabulaires et un certain nombre de phrases (Nicolaisen, 1963, p. 20 ; Bernus, 1983, p. 245-246 ; Casajus, 1989, p. 124-136) : cela a permis aux linguistes de se faire une idée de ce parler. Casajus, à la suite de Prasse (in Nicolaisen, 1963, p. 20), pense qu’il ne s’agit pas de langue ou de dialecte, mais d’argot. « La syntaxe reste la même qu’en tamasheq, les verbes se conjuguent de la même façon, le féminin et le pluriel des noms se forment de la même manière [...]. Seul le lexique change » (Casajus, p. 125).

Conclusion

31Petite minorité endogame, les forgerons constituent un élément indispensable de la société touarègue. Ils ont préservé leur originalité, grâce à des techniques immuables et à leur comportement au sein de leur société. Des rapports de clientèle complexes ont permis d’élaborer les règles d’un jeu jamais achevé entre des partenaires aux rôles complémentaires qui ne peuvent se passer les uns des autres.

32Aujourd’hui ils sont sollicités par des étrangers et ils monnayent un savoir auprès de commerçants peu scrupuleux : sauront-ils conserver leur art sans le dénaturer, et conserver leur caractère propre lorsqu’ils sont réfugiés dans les villes et qu’ils ne sont plus soumis à la pression de la société ?

33E. Bernus

Formation et transmission du savoir technique chez les forgerons touaregs

34Si l’on appartient par la naissance à la catégorie sociale des inaden, en revanche on devient forgeron. La transmission des connaissances associées au travail de la forge repose autant sur l’apprentissage de gestes, l’acquisition de savoirs techniques que sur la sollicitation de qualités mentales. Le savoir technique et technologique s’acquiert en même temps que se construisent la personne et la personnalité du forgeron. Ce texte se réfère à une étude menée auprès de forgerons touaregs de l’Udalen (nord-est du Burkina Faso).

35Dès la première phase de l’apprentissage, fondée sur une observation attentive des gestes du maître, certaines qualités sont sollicitées comme pour toute acquisition de savoir. La connaissance (tamusné) entre par le cœur (uhl), passe par la volonté (inniyet), puis sort par la main. Selon les contextes, la notion d’inniyet implique des qualités morales telles que la bonne foi, la détermination, le zèle. Dans son dictionnaire (vol. III, p. 1364), C. de Foucauld traduit enniet (transcription du dialecte de l’Ahaggar) par la bonne foi, la bonne volonté. G. Spittler (1990, p. 194) emploie le terme d’anniyat, (transcription du dialecte de l’Ayr) dans le sens d’ardeur au travail. Cette notion est, avec le cœur, l’un des moyens stimulant de l’acquisition du savoir-faire. Tout ce qu’un homme pense, son cœur l’entend et un apprenti qui ne voit pas avec son cœur ne peut réussir à apprendre. Lors de la deuxième phase, l’apprenti travaille différents métaux dont la structure est de plus en plus complexe et l’aptitude à la forge progressivement plus délicate. Au fur et à mesure, le geste et les connaissances techniques vont devenir plus élaborés. La volonté et la patience (tazidert) sont sollicitées pour résoudre mentalement des situations techniques nouvelles et complexes.

36Les métaux sont répartis en deux grandes catégories, le “métal noir” (tazoli-ta-kawlet), qui désigne les métaux ferreux, plus ou moins carbonés et le “métal blanc” (tazoli-ta-mellet) qui désigne l’argent. Au sein de chacune de ces deux familles, les métaux sont subdivisés selon des critères de forge ; ils peuvent être soit secs (tarart) soit mous (adilmad, talamerdet).

37Lorsqu’un apprenti parvient à fabriquer un couteau, c’est qu’il est capable d’avoir recours simultanément à ses connaissances métallurgiques et à ces facultés mentales et morales que sont le cœur, la volonté, la patience. Ce palier franchi, il choisira la spécialisation technique dans laquelle il poursuivra son apprentissage. Dans la “matière noire” (tahoré-ta-kawlet), il fabriquera des instruments aratoires et des épées, tandis que dans la “matière blanche” (tahoré-ta-mellet), il fabriquera des bijoux. On ne peut parvenir à s’affirmer que dans l’un de ces deux métiers.

38Pour marquer la fin de l’apprentissage, le maître donne au jeune forgeron trois outils : l’enclume (tahunt), le marteau (afadis), la pince (ighemdan). Cette transmission marque symboliquement l’entrée de l’individu dans le groupe des forgerons et la reconnaissance, par ses pairs, de ses compétences techniques.

Haut de page

Bibliographie

C. Agabi

Bourilly J., Éléments d’ethnographie marocaine (publiés par E. Laoust), Bibliothèque de culture et de vulgarisation nord-africaine, Paris, 1932, 262 p.

Doutté E., Magie et religion en Afrique du Nord, Alger, Jourdan, 1909, 617 p.

Grangé E., “Forgerons-bijoutiers nomades”, Algeria, printemps 1961, n° 58, p. 27-30

Hanoteau A. et Letourneux A., La Kabylie et les coutumes kabyles, Paris Challamel, 1893,4 vol. 

Levasseur V., “Une corporation de forgerons”, Bull, de la Soc. de Géogr. d’Alger, t. XI, 1906, p. 215-216.

Paris Dr A. et Ferriol Dr F, “L’industrie du fer chez les Berbères du Maroc. Hauts fourneaux berbères des Aït Chitachen”, Hespéris, t. II, 1922, p. 339-345.

Servier J., Tradition et civilisations berbères. Les portes de l’année, édit. du Rocher, Monaco, 1985

Van Gennep A., Études d’ethnographie algérienne, Paris, Leroux, 1911

C. Hincker

Alojaly Gh., Lexique touareg-français, Copenhague Akademisk Forbag, 1980, 284 p.

Bendel F., “Les forgerons d’In Gall”, Bibliothèques et Musées, Ville de Neuchatel, 1971, p. 118-119.

Benhazera M., Six mois chez les Touaregs du Ahaggar, Alger, Jourdan, 1908, 233 p.

Bernus E., “Place et rôle du forgeron dans la société touarègue”, Métallurgies Africaines, nouvelles contributions, Echard, N., éditeur, Mémoire de la Société des Africanistes n° 9, Paris, 1983, p. 237-251.

Bernus E., Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur. Mémoire ORSTOM n° 94, 1981, 508 p. Seconde édition, Paris, L’Harmattan, 1993.

Bonte P., Production et échanges chez les Touaregs Kel Gress du Niger, Paris, Institut d’Ethnologie, micro-fiches, 1970.

Casajus D., “Sur l’argot des forgerons touaregs”, Awal, Cahiers d’Études berbères, 5, 1989, p. 125-136.

Ech ard N., “A propos de la métallurgie”, Les populations actuelles, La région d’In gall-Tegidda n tesemt, Problème archéologique d’urgence, V, bernus E., & Echard N., éditeurs, Niamey, Études nigériennes n° 52, 1992, p. 7-60.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, Paris, Imprimerie Nationale, 1951-52, 4 vol. , 2 028 p.

Foucauld Ch. de, Poésies touarègues, dialecte de l’Ahaggar, Paris, Ernest Leroux, 1925, 658 p.

Gabus J., Sahara, bijoux et techniques, Neuchâtel, A la Baconnière, s.d. 508 p.

Jemma D., “Les artisans de l’Ahaggar”, 1972, Libyca, 20 p. 269-290.

Lhote H., Les Touaregs du Hoggar, Paris, Payot, 1955, 467 p.

Martinelli B., “Transmission de savoir et évolution des techniques métallurgiques dans la Boucle du Niger”, in La transmission des connaissances techniques, Cahier d’histoire des techniques n° 3, Publication de l’Université de Provence, 1995, p. 163 à 188.

Nicolaisen J., Ecology and culture of the pastoral Tuareg, with particular reference to the Tuareg of Ayr, The National Museum of Copenagen, 1963, 548 p.

Nicolas F, Tamesna, Les Ioullemmeden de l’Est ou Touareg Kel Dinnik, Imprimerie Nationale, Paris, 1950, 277 p.

Olliel J., Les Juifs au Sahara. Le Touat au Moyen Age, Préface de Th. Monod, Paris, CNRS Histoire, 1994, 178 p.

Saenz C, “Kinship and social organisation of the inadan. Paris, Table ronde sur la parenté touarègue, 1980.

Spittler G., “La notion de travail chez les Kel Ewey”, REMMM, n° 57, 1992, p. 189 à 198.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Forgeron touareg à Ti-Walawalen, Ahaggar, campement de l’Amenokâl
Crédits (photo G. Camps).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1955/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. Agabi et C. Hincker, « Forgerons », Encyclopédie berbère, 19 | Filage – Gastel, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 2889-2897

Référence électronique

C. Agabi et C. Hincker, « Forgerons », in Encyclopédie berbère, 19 | Filage – Gastel [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1955

Haut de page

Auteurs

C. Agabi

Articles du même auteur

C. Hincker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page