Navigation – Plan du site
19 | Filage – Gastel - Gabriel Camps (dir.)
F
F36

El-Foqahā

K.-G. Prasse
p. 2886-2889

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Parler berbère d’El-Foqahā (ar. dial. El-Fŏgăha, El-Fŏgha ; berb. local Elfoqhat [El-fәqhät ?] ou äγarmi n-Elfoqhat (env. 300 habitants ?), oasis du Fezzân (Libye) située à 150 km au sud-sud-est de Sokna et à 325 km au nord-est de Mourzouk (sur certaines cartes : El-Foga ou El-Fourha). Ce parler berbère a été le dernier à être reconnu comme tel (Beguinot 1934), et n’a bénéficié que d’une description très sommaire, mais très sûre dans la notation, dans deux articles d’U. Paradisi (1961 et 1963). En 1960 une douzaine de personnes seulement savaient encore le parler. On ne sait pas s’il est aujourd’hui entièrement éteint. Les berbères d’El-Foqahă se disent, comme ceux de Sokna, immigrés du Sud du Maroc (Sagya 1-ama) au xive siècle.

Phonologie

21) La spirantisation de consonnes occlusives est inconnue.

32) La semi-occlusion de dd et tt géminés est inconnue.

43) La palatalisation sporadique de g, k (dk, kš) est attestée : amžәr < әmgәr „moissonner”, šarä< karä „trois”, yәkkyur < yәkur „il est plein”, akky < әkš „manger”, kky, toujours issu d’un groupe consonantique assimilé, semble alterner avec kk non palatalisé. On note әgg < әyy „laisser” avec gg non palatalisé et homonyme de әgg „mettre”.

54) La labialisation des vélaires et uvulaires est inconnue. On note zәggaγ „rouge” < zәggwaγ pour zәwwaγ.

65) Le système vocalique avec beaucoup de vraisemblance comprend cinq phonèmes autonomes : a, i, u “voyelles pleines” et ә, ä “voyelles centrales”, ә (Paradisi : e) a une place fixe, mais semble capable de tomber (facultativement ?) à l’initiale de mot, même devant groupe consonantique. ä (Paradisi : e, ę, ă, a) correspond à ä et ă du ghadamsi et du touareg et se retrouve peut-être en awjili. On aurait donc la un trait archaïque très important. La graphie de cet article est un essai d’établir la distribution réelle de ces cinq phonèmes.

76) Il existe peut-être un 6e phonème vocalique e (ê) correspondant à e ghadamsi et touareg et noté comme variante de i dans les verbes faibles à la 2e personne : talset “tu t’es habillé”, dans le pron. suff. rég. dir. après ces mêmes verbes : yaslet. „il l’entendit”, et dans la désinence du pl. féminin -en. Il faut par conséquent vérifier s’il existe aussi un o.

Pronoms et adverbes

81) Le pron. personnel suff. rég. dir. a une série normale et une série particulière employée après verbe à finale -a (qui tombe) yukär-t „il le vola”, mais yәnγit (-et ? cf. § A.6 ; < yәnγa-it) „il le tua”. Il existe peut-être une 3e série, employée après l’impératif de ces mêmes verbes faibles : әnγ-әt (erreur pour -et ? cf. ghadamsiә, fém. tät „la“, pl. tän, tnät etc.

92) Le pron. pers. possessif simple : double série : après préposition : -әs/sän „lui/eux”, après nom de parenté : -s/tsän „son/leur”.

103) Le pron. pers. poss. composé est : -әnnäs/ansän „son/leur” etc.

114) Le pronom d’appui est m. wa/wi, ta/ti„celui de...”, attesté devant n prép. du complément possessif seulement, et peut-être toujours remplacé par әlli (ar.) „celui qui/que...“ devant relative. Le pron. d’appui indéfini semble être ummi „quelqu’un qui/que...” (cf. § 9). Les pron. poss. composés s’emploient sans pron. d’appui : wәnhak [ә]nnäk „celui-là est le tien/à toi”.

125) Les suffixes déictiques de nom primitifs sont attestés dans des expressions figées : ass-a „ce jour-ci, aujourd’hui”, ad-allin (-ällin ?) „la nuit d’autrefois, hier”. Ils sont normalement remplacés par des adverbes : -әdda/pl. -(әd) di „ce/ceux... ci”, -әddәn „ce... là“ (avec une gémination de dd non expliquée).

136) Les pronoms démonstratifs : double série : m. wa/wi, f. ta/ti „celui-ci“ ; m. wәnhak/wәnhak, f. tәnhak/tәnhak „celui-là“ (< wa-әn-hak). On n’a pas enregistré de collectif.

147) Les adverbes de lieu sont attestés : akka-da „ici” (lit. „voici”), dәnhak „là”.

158) Les pronoms indéfinis sgt. m. iggәn, f. iggәt „quelqu’un”, coll. šira « quelque chose” ; iggәn s’emploie aussi comme article indéfini marqué. M. wayä/wiyä (wә ?), f. tayä/tiyä,,l’autre” ; iggәn wayä„un autre”.

169) Les termes interrogatifs : ummi [әmmi ?] „qui ?”, mätta „quoi ? ; lequel”, man „où ?”, mәmmi [mәmme ?] (kab. mәlmi) „quand ?”, mani „quand ?”, s-man „d’où ?”, s-mätta „combien ?”.

Nom

171) Les états libre et d’annexion ne sont pas distingués. La forme unique du pluriel semble correspondre à l’état d’annexion comme en nefousi : m. alγәm/ilәγman (Paradisi alγum/iloγman) talγamt/tlәγumt/tloγmin) „chameau, chamelle”. De même afus/ifassän „main” ; tanast/tnisaw „clef”. Le masculin pl. serait donc issu de yәlәγman, yәfassän.

182) La forme unique du singulier a soit la voyelle d’état a, soit non. On est donc amené à établir deux types de noms. Le premier a une voyelle d’état pleine a au sg. et se conforme au paradigme de alγәm ; on ne sait pas si certains noms attribués à ce type ont en réalité la voy. d’état ä(p. ex. äfus, tänast, äγarmi „village”, täγurdәmt „scorpion” ?). Dans l’affirmative le parler appartient au groupe de parlers dits “zénètes” (cf. zwari). – L’autre type a une voyelle d’état zéro ou ä (dans ce dernier cas la notation de Paradisi porte à la confusion avec le premier type) : m. zәggaγ(i)zәggaγän, f. t(ä)zeggaγt/tzәggeγin „rouge” ; m. trar/trarän, f. tätrart/tәtrarin „nouveau”. On note que les féminins de ce dernier groupe de noms ont une voy. d’état à devant groupe consonantique et facultativement ailleurs aussi. En outre la voyelle d’état i du pl. m. semble être facultative et toujours abrégée en a devant groupe consonantique. Il faut comparer avec l’awjili et noter qu’à El-Foqahā le premier type semble réduit au profit du deuxième (awj. amäžar = El-Foq. žar nom verbal de әmžәr „moissonner”). Dans le parler d’El-Foqahā le type sans voy. d’état correspond grosso modo au type touareg à voy. d’état facultativement longue ou brève.

193) On note la désinence -aw de certains pl. féminins : tamurt/tmuraw „terre ; pays” (ghad. tammurt/tm(m)uro, kab. ÞamurÞ/Þimura).

Verbe

201) Les affixes personnels du système normal présentent : 1. sg./pl. -äγ (aγ ?)/nә-( ?) ; 2. sg./pl. tә-ät/tә-äm, rarement f. pl. tә-mät, 3. sg./pl. m. yә-/-än, f. tә-/-nät (ou änt ?).

212) Le parfait particulier des verbes de qualité n’est pas attesté.

223) Le parfait négatif à voy. -i- devant la dern. radicale n’est pas sûrement attesté. La négation est nk : nk-әssänäy (әssәäγ ?) „je ne sais pas”.

234) L’imparfait a la particule a-. Celle-ci s’ajoute au thème du parfait, semble-t-il, comme on le connaît en awjili et aussi pour le futur particulier du ghadam-si : a-yukär „il volera” (pf. yokär „il vola, enleva”). Mais comme en ghadamsi les parfaits de certains verbes faibles perdraient alors leur voy. finale : a-yәls (pl. a-lsin) „il se vêtira” (pf. yәlsa „il se vêtit”). – On ne sait pas si le thème de l’impf. proprement dit peut s’employer sans particule -a, comme en ghadamsi (mais en tous cas celui-ci est à la base de l’impéatif : akәr „vole”).

245) L’imparfait intensif correspond à la forme positive du ghadamsi : ikärräz (ikärraz ? de әkrәz (äkrәz ?), pf. yәkräz „ensemencer”) ; itakär (de akәr, pf.yokär „voler, enlever”) ; iläss (sans voy. fin. -a, mais pl. lässan ; de әls (äls ?), pf. yәlsa „se vêtir”). – On ne sait pas s’il existe une forme négative distincte comme en ghadamsi.

256) Les verbes dont l’imparfait se termine en -u, maintiennent une conjugaison distincte comme en ghadamsi : әbdu „commencer”, impf. a-yәbdu/pf. yәbda/impf. int. ïbәddu (pl. a-bdin/әbdan/bәddin).

Vocabulaire

261) On note un système de numération berbère particulier à côté des noms de nombre arabes et qui se retrouve à Sokna. Il comporte, à partir de 4, l’emploi des noms de la „main”, du „doigt” et du „pied( ?)” : iggän, f. iggät (< iyyän < yiyän < *ytwăn) „un” ; m. sәn, f. әsnät „deux” ; šarä(ghad. karä, tou. kăra) „trois” ; afus γer aa„quatre” (lit. „une main sauf un doigt”), afus „cinq” ; afus d-aa„six”, ifassän „dix” etc. : tami/tәmiṭṭaw (tou. temee) „cent”.

Haut de page

Bibliographie

Beguinot F., “Relazione preliminare sui lavori della 6e Missione della Società Geografica Italina per l’esplorazione scientifica del Fezzan. Studi linguistico-epigrafici”, Bollettino Geografico del Governo della Tripolitania e Cirenaica 5-6 Tripoli, 1933-34.

Beguinot F., “Studi linguistici nel Fezzan”, Bolletino della Società Geografica Italiana XII, 1935, p. 660-665.

Beguinot F., “I linguaggi”, II Sahara Italiano, Parte I, Fezzân i Oasi di Gat, Roma, 1937, p. 493-513.

Paradisi U., “El-Fógăha, oasi berberofona del Fezzân” Rivista degli Studi Orientali XXXVI (Roma, 1961, p. 293-302).

Paradisi U., “Il linguaggio berbero di El-Fógăha (Fezzân), Testi e materiale lessicale”, Annali del IUO di Napoli XIII (1963, p. 93-126).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

K.-G. Prasse, « El-Foqahā », Encyclopédie berbère, 19 | Filage – Gastel, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 2886-2889

Référence électronique

K.-G. Prasse, « El-Foqahā », in Encyclopédie berbère, 19 | Filage – Gastel [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1953

Haut de page

Auteur

K.-G. Prasse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page