Navigation – Plan du site
20 | Gauda – Girrei - Gabriel Camps (dir.)
G53

Giri

(Mont) (voir G54, Girrei)
p. 3147-3148

Entrées d’index

Mots clés :

E.B., Géographie
Haut de page

Texte intégral

1Pline l’Ancien cite un Mont Giri à la fin de la longue liste des villes, fleuves et peuplades (nationes) dont les images participaient au défilé du triomphe de Cornelius Balbus (V, 37). Pline précise que cette image était précédée d’un écriteau qui affirmait que ce mont produisait des pierres précieuses. On retrouve chez le même auteur une information comparable à propos des gemmes “garamantiques” dits aussi “carthaginois” qui proviendraient des montagnes situées chez les Nasamons. S’agit-il des mêmes gîtes que ceux du Mont Giri ou faut-il les situer dans le pays nasamon ? Si on s’arrête à cette dernière proposition, le Mont Giri serait situé beaucoup trop loin vers l’est, en dehors du théâtre des opérations tel que l’a défini J. Desanges à la suite de l’examen minutieux du triomphe de Cornelius Balbus tel qu’il est décrit par Pline. Or, remarque J. Desanges, la Noticia de 484 cite un évéché Girumontensis en Maurétanie césarienne qui pourrait bien correspondre aux montagnes productrices de pierres précieuses situées par Strabon en Masaesylie (XVII, 3,11). Le mont Giri (ou Giru) pourrait être l’une de ces montagnes. Poursuivant son enquête, J. Desanges remarque que la Table de Peutinger (seg. VIII, 2, 3) figure un mont situé chez les Nasamons qui semble donner naissance à un fleuve portant le nom de Girin.

2La recherche de la localisation du Mont Giri est donc des plus complexes. Une information de Ptolémée (IV, 6,4 et 6,12) complique davantage la question : selon le savant alexandrin, le Cynips, fleuve tripolitain, qui lui aussi était censé produire des gemmes, prenait sa source dans les monts Girgir !

3Devant l’abondance de données contradictoires, J. Desanges renonça à identifier le Mont Giri. Cette prudence ne fut pas partagée par tout le monde. Dans une étude récente J.-Ph. Lefranc reprend l’analyse de la liste des villes et peuplades vaincues figurant au triomphe de Cornelius Balbus et arrive à situer le Mont Giri qui serait le petit massif d’Hasawnat ou jbal Fezzân (Longitude 14 ° est, latitude 28° nord). Les conditions minéralogiques de ce massif seraient favorables à la constitution des gemmes.

4La question de la localisation du Mont Giri est liée étroitement à celle des “émeraudes des Garamantes”. Après s’être livré à une patiente analyse des textes anciens et modernes, Th. Monod a mis fin au mythe des émeraudes des Garamantes.

5Cette confusion des données, cette difficulté à localiser et à préciser la nature des gemmes de l’Afrique profonde (bien des “éméraudes” recueillies dans le plus grand mystère n’étaient que des amazonites) s’explique par l’importance du radical GR dans la toponymie libyque. Il intervient dans la composition d’oronymes (Monts GIR, GIRI, GIRU, GIRGIR, et peut-être l’actuel Djurdjura*), d’hydronymes (GER, GEIR, GIRIN cf. le Guir* marocain) de noms de villes d’évêchés ou de peuples (Les trois GIRU : Giru montenses, Giru Marcelli et Giru Tarasi, GIRREI, GUIRENSES et peut-être le castellum Gurolense.)

Haut de page

Bibliographie

Desanges J., “Le triomphe de Cornelius Balbus (19 av. J.-C)”, Revue africaine-, t. CI, 1957, p. 5-43.

Id., Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre V, 1-46. Texte établi, traduit et Commenté par J. Desanges.

Lhote H., “L’expédition de Cornelius Balbus au Sahara”, Revue africaine, t. XCVIII, 1954, p. 41-83.

Lefranc J.-Ph. “La Géologie, Pline l’Ancien et l’itinéraire de Cornelius Balbus (20 av. J.-C.) Nouvelles identifications”, Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord, IIIe congr. intern., CTHS Montpellier, 1985, (Paris, 1986) p. 303-316.

Monod Th., “Le mythe de l’émeraude des Garamantes”, Antiquités africaines, t. 8,1974, p. 51-66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Giri », Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 3147-3148

Référence électronique

« Giri », in Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1933

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page