Navigation – Plan du site
20 | Gauda – Girrei - Gabriel Camps (dir.)
G52

Girafe

H. Camps-Fabrer
p. 3137-3147

Entrées d’index

Mots clés :

Girafe, Sahara, Zoologie
Haut de page

Texte intégral

1Amder pl. imderen ; fem. s. tamdek, féminin pl. timderin, chez les Touregs sahariens (de Foucauld, t. III, p. 1163).
Hamda chez les Ioulimeden ; tamdak, dans le dialecte des Filingué ou encore amdok (Lhote H., 1951, p. 75).

2Selon Dekeyser (1955), on connaît deux espèces de girafes (Giraffa reticulata De Winton) dans l’Est africain et la girafe tâchetée (Giraffa camelopardalis Linné) qui vit dans le Sahara et l’Ouest africain.
Giraffa camelopardis peralta représente une forme à robe claire et n’a pas de cornes occipitales.
Il existe 8 sous-espèces de girafes.

3Dès le Paléolithique inférieur, la présence de girafidés est attestée par des restes osseux dans le gisement pré-acheuléen de l’Aïn Hanech (Giraffa Pomeli) (Camps, 1974), de Giraffa Camelopardalis : dans l’Acheuléen de Ternifine et dans l’Atérien d’El Aliya, Tanger (Vaufrey R., 1955, p. 384-385). Mais aucun site épipaléolithique n’a livré d’ossements de girafidés. A partir de l’Holocène, la girafe lorsqu’elle occupe de nouveau les régions sahariennes à la faveur du retour d’une plus grande humidité est un animal des plus fréquents dans le bestiaire préhistorique qu’offre l’art rupestre, depuis le Néolithique jusqu’à l’époque caméline.

Aspect physique

4La girafe adulte atteint 5,80 m du sol au sommet de la tête. Dans l’oued Djerat, Lhote a décompté 154 représentations de girafes de différentes époques, dont un immense panneau de douze girafes (Chaabaa Ti-n-Tehed) qui couvre 120 m2 ; la plus haute mesure 8,50 mètres de haut. En revanche, c’est dans le style de Tazina, que se trouvent les plus petites représentations de girafes (10 à 15 centimètres).

5Cet animal offre une silhouette bien caractéristique, fort harmonieuse avec son port altier, sa superbe robe ocellée. Les artistes préhistoriques ont maintes fois représenté celle-ci, soit par une résille de cupules comme, par exemple, au Wadi Imrâwen, Messak, Libye (Gauthier, 1996, p. 56), soit par des réticules. Des rayures obliques ou un réseau de lignes horizontales ornent la robe et les pattes des girafes du style de Tazina.

6Il faut noter le cou démesuré de la girafe bien qu’il ne compte pas plus de 7 vertèbres, l’allongement de ses membres antérieurs, ce qui contribue à la forte surélévation du train antérieur par rapport au train postérieur. Malgré leur longueur, les pattes sont robustes. Sur certaines représentations rupestres de l’oued Djerat, on peut remarquer les sabots fendus, (Lhote, 1976, n° 1556,1557) et le mouvement des pattes.

7La tête est petite et effilée, les lèvres très mobiles prolongent le museau ; de grandes oreilles lui assurent une ouïe très fine. Les yeux brillants et mélancoliques se caractérisent par la saillie du bord des orbites.

8Au sommet de la tête, les cornes, très caractéristiques, sont formées d’un os indépendant qui se soude progressivement au crâne. Les jeunes ont une petite protubérance médiane entre deux cornes couvertes de peau se terminant par une touffe de poils rigides. Au fur et à mesure de la croissance, la protubérance grossit et la pointe des cornes se dégarnit ; enfin, il arrive souvent qu’une autre paire de cornes, de moindre taille, apparaisse derrière la première.

9La langue très longue et flexible, cylindrique, de coloration noirâtre est très préhensile.

Reproduction

10Les mâles sont solitaires, mais ils peuvent se heurter de front, comme les autres ongulés Ils se poussent du col pour évaluer la résistance de l’adversaire et faire respecter la hiérarchie ; leurs cous entremêlés révèlent un affrontement rituel dans les gravures rupestres du Mattendush au Fezzan, en Libye (Gauthier, 1996 p. 56). Dans le site rupestre d’Oum Abou au Tassili n’Ajjer (Lhote, 1958, fig. 69), on peut voir, appartenant à l’époque bovidienne, un combat de girafes mâles, les pattes enchevêtrées, à proximité d’une femelle. Mais ces actions sont rarement violentes, sauf lorsqu’un autre mâle se présente sur un site déjà occupé, car il existe un ordre pour la recherche de la nourriture.

11La période de gestation varie de 424 à 468 jours.

12Le jeune girafeau mesure 1, 80 mètre à sa naissance. La mère met bas, en se tenant debout, immobile et le nouveau-né tombe à terre. Au bout de cinq minutes seulement, il s’efforce de se lever péniblement et en chancelant s’appuye contre sa mère. Très vite, il pourra la suivre pour assurer sa survie. Les girafeaux qui têtent 3/4 d’heure après leur naissance, seront allaités pendant six mois. Mais l’instinct maternel est assez peu développé.

13La longévité d’une girafe est d’environ 28 ans.

A gauche, deux aspects des cornes chez la girafe. En haut, sujet juvénile, les deux cornes sont terminées par une touffe de poils ; en avant, se situe une petite bosse. En bas, sujet âgé, croissance de la protubérance et, en arrière, d’une paire de cornes supplémentaires ; les cornes principales ont perdu leurs poils.
A droite, la langue de la girafe est longue et préhensile ; elle est insensible aux épines autour desquelles elle s’enroule (d’après la Faune, Paris, Grange Batelière).

Le sommeil

14La girafe somnole debout sur ses pattes, le cou tendu, son sommeil n’est vraiment profond que durant 20 minutes au plus par 24 heures. C’est alors seulement qu’elle s’étend, son long cou s’enroulant sur elle, la tête poséee sur l’arrière-train.

Mode de vie

15Les girafes se déplacent sans cesse, soit isolées, soit en troupeaux dépassant 25 têtes comme sur les gravures rupestres du Mattendush ou de l’Aïr (Lhote, 1972, p. 186). De petits groupes de femelles sont accompagnées de leur girafeaux et d’un ou deux mâles. Elles marchent l’amble, posément, d’un pas souple. Mais si besoin est, elle pressent l’allure et atteignent 50 km à l’heure et font des sauts rapides, la queue enroulée sur la croupe. Les réticules de leur robe la rendent difficile à repérer. Pour découvrir et surveiller l’ennemi, chacune oriente son regard dans des directions différentes. Au cours de leurs déplacements, elles peuvent toujours garder le contact entre elles, grâce à leur remarquable acuité visuelle. Pour avertir ses semblables de la présence d’un prédateur (hyène, léopard, lycaon ou lion), la girafe bat ses flancs avec sa queue ou marche, cou tendu et tête haute. Le groupe prend aussitôt la fuite : et, en cas de danger, les femelles défendent leurs petits à coups de sabot. Pourtant, les lions assaillent et parviennent à abattre des adultes, ce qui apparaît déjà dans les représentations rupestres (Wadi Tekniwen, Messak, Libye, Gauthier, 1996, p. 56, à droite).

16Les girafes sont généralement silencieuses et n’émettent que quelques souffles en cas d’alarme, on peut aussi observer une sorte de toux chez les mâles qui se combattent.

Nourriture et niche écologique

17Faisant partie des herbivores ruminants, elles vivent de préférence dans les régions de steppes arbustives à mimosées mais aussi dans la savane à graminées ; elles se nourrissent essentiellement de feuilles, de tiges, de bourgeons, l’animal tendu sur ses pattes est représenté en train de brouter dans une gravure de l’oued Djerat (Lhote, 1976, n° 396). Leur arbre d’élection est l’acacia et mêmes ses épines, longues de 3 cm, dures et pointues, sont absorbées sans aucune difficulté. Seule la girafe peut atteindre les feuilles supérieures beaucoup plus nutritives et le gerenuk, son seul compétiteur doit se contenter des feuilles les plus basses. Elle reste debout pour ruminer.

18Lorsque la girafe est dressée, sa tête est située très au-dessus du cœur ; en revanche elle se trouve très au-dessous lorsque l’animal se penche pour boire, ce qu’elle fait rarement. Un système circulatoire cloisonné assure la régulation et l’irrigation céphalique, grâce à un système artériel très long, la carotide étant le principal conduit pour fournir le sang au cerveau. Ainsi peut-elle baisser la tête de près de cinq mètres et la relever très vite sans avoir le vertige ; elle écarte très fortement les pattes avant, pour pouvoir pencher la tête, comme on peut le constater dans de nombreuses figurations rupestres (Mattendush, Libye)

Les relations entre l’homme et la girafe

19Dans l’art rupestre, il faut noter une figuration unique d’un homme à tête et cou de girafe courant les deux bras rejetés en arrière, dans une position fort inattendue (Oua-n-Rechia, Tassili Ti-n-Rehroh, Sud algérien, Gauthier, 1996, p. 127, n° 115).

20Un homme ithyphallique (oued Djerat, Lhote, 1976, n° 1589-1590) poursuit une girafe dans un but facile à imaginer.

Girafe, gravure de l’oued Tekniwen (Messak, Libye) (photo Y. Gauthier).

Girafe, gravure de l’oued Tekniwen (Messak, Libye) (photo Y. Gauthier).

Troupeau de douze girafes (gravures de Ti-n Tehed).

Troupeau de douze girafes (gravures de Ti-n Tehed).

La plus grande mesure 8,50 mètres elle est donc plus grande que nature (relevé H. Lhote).

Les ressources de la girafe

21De tout temps, l’homme a recherché la girafe car elle présentait une masse considérable de ressources. Capturée vivante, elle pouvait lui fournir du lait fort apprécié. La viande rappellant celle du bœuf est excellente ; débitée en lanières pour être séchée, elle était ensuite vendue aux caravaniers et était quelquefois troquée contre du mil. La peau, très estimée des Touaregs, leur fournissait des cordes pour puiser l’eau et de solides semelles pour les sandales dont le prix était le double ou le triple de celles en peau de bœuf. Occasionnellement, certains boucliers touaregs ont été tirés de la peau de girafe.

22Ceci explique que la capture de cet animal, soit apparue dès le Néolithique, sous diverses formes.

L’apprivoisement

23Les fréquentes représentations rupestres de girafes tenues par des longes fixées sur le museau, accrochées à des piquets, ou retenues par un lien (comme dans le djebel Uweinat et le Tassili-n-Rerhoh, Gauthier, 1996, p. 101, 119 et fig. 106) attestent des tentatives d’apprivoisement. Dans une gravure préhistorique d’Ar-kana (Djado, Niger, Gauthier, 1996, p. 101), une girafe porte une entrave placée diagonalement, sur toute la longueur de la partie inférieure de la patte antérieure droite qui est liée à la postérieure gauche, ce qui l’empêchait de se déplacer par petits sauts ; ceci montre bien que les hommes préhistoriques n’ignoraient pas que la girafe marchait l’amble. Dans le Sud marocain, une girafe est immobilisée par une grosse pierre (Wolf, 1993, fig. 112). Dans l’oued Alamasse, Messak, Libye, un homme conduit une girafe récalcitrante (Lutz, 1995, fig. 76). Un autre est juché sur le dos d’une girafe dans un groupe de 3 de ces animaux (oued Djerat, Lhote, 1976, n° 1241-1243).

Carte de la répartition des girafes dans l’art rupestre du Maroc (d’après A. Rodrigue).

Carte de la répartition des girafes dans l’art rupestre du Maroc (d’après A. Rodrigue).

Le piégeage

24D’énormes lacets d’un mètre de diamètre pouvaient être placés dans les arbres et servaient à capturer l’animal. Les pièges* à pointes radiaires de grande taille (54 centimètres de diamètre) sont employés pour la capture de la girafe ; ils sont figurés dans l’art rupestre du Sud Marocain (Wolf, 1998).

La chasse

25Mais c’est plutôt la chasse que l’homme pratiqua pour tirer un maximum de profit de la girafe

26Durant le Néolithique, on se contentait de la chasse à l’arc. A l’âge des métaux (étage des hommes bitriangulaires à tête en bâtonnet), une girafe protège son girafeau contre l’attaque d’un chien ; le chasseur est encore armé d’un arc (Adjefou, Tassili n-Ajjer, Lhote, 1958, fig. 66).

27Toutefois, avec l’apparition du cheval et du chameau, allait se développer la chasse à courre dont la tradition se poursuivit chez les Touaregs. Des relais étaient établis, car la girafe a une course régulière et soutenue et fait des pas énormes qui compensent son manque de rapidité. Si elle devance un cheval de 400 mètres, il est rare qu’il la rattrape. Pourtant, progressivement, la girafe s’épuise, perd du terrain et lorqu’elle est rejointe par les chasseurs, ils la frappent de leur javelot ou continuent de galoper à côté d’elle pour lui couper un jarret d’un grand coup de sabre, ce choc provoquant la chute de l’animal et une fois l’autre jarret coupé, il ne reste plus qu’à l’achever.

28C’est à partir du moment où apparurent les fusils à tir rapide qu’une chasse inconsidérée entraîna sa quasi dispaition. Vers 1908-1909, après l’installation de la ligne qui reliait Tombouctou à Niamey, les girafes en allant au fleuve, se prenaient la tête dans les fils, interrompant le service par les dégâts qu’elles provoquaient. Si bien qu’un jour on arma quelques touaregs et c’est ainsi que, d’après un rapport du poste de Gao, 90 girafes furent tuées en l’espace de trois mois.

Evolution de la répartition géographique de la girafe

29Durant les temps préhistoriques, la girafe est représentée à toutes les époques, mais elle n’atteint pas vers le Nord l’Atlas saharien en Algérie. Elle a pourtant été identifiée dans l’art rupestre du Sud marocain (Rodrigue, 1993) mais semble absente dans le Sud oranais, à peut être une exception près (Koudiat Abdelhak, dans les monts des Ksours). D’après Huart et Leclant, elle a disparu d’Egypte au iiie millénaire. Pour les Egyptiens du Moyen et du Nouvel Empire, la girafe est devenu un animal exotique lié à la Nubie, au Kush et au pays de Pount.

30Cet animal exclusivement africain n’a été vu pour la première fois par les Romains qu’en 46 av. J.-C. ; elle avait été amenée à Rome d’Alexandrie, pour participer aux jeux offerts par César, à l’occasion de son triomphe ex Gallia, ex Aegypto, ex Ponto, ex Africa.

31Les girafes sont signalées par différents auteurs grecs et latins en particulier dans le triomphe d’Octave en 29 av. J.-C. ou dans celui de Gordien III dans son triomphe persique. Commode aurait tué une girafe dans les jeux de l’amphithéâtre. En recherchant dans tous les témoignages, en trois siècles, de César à Philippe l’Arabe en 248, les Romains ont pu voir à six reprises environ, des girafes.

32A Ghirza, en Tripolitaine, des bas-reliefs d’époque tardive figurent encore cet animal (Gsell, t.I, p. 108)

En haut, aire de répartition de la girafe d’après l’art rupestre. En bas, aire de répartition actuelle de Giraffa camelopardis (d’après A. Rodrigue)

33L’usage diplomatique de dons de girafes par des royaumes africains aux Empereurs allait perdurer. Nous ne prendrons qu’un exemple : selon le chroniqueur Jean de Biclar, les Maccuritae envoient à la cour de Constantinople une girafe vivante, vers 573 (Desanges, 1962, p. 256). Edrisi signalait au xie siècle la présence de girafes, dans le sud du Maghreb. A Byzance, de Constantin IX Mono-maque à Michel VIII Paléologue, du xie au xiiie siècle, la girafe médiévale reste un animal diplomatique et un attribut du pouvoir. Plus tard, les princes musulmans du Caire, comptent des girafes dans leur ménagerie.

34Léon l’Africain avait voyagé au cours du xvie siècle au Soudan à une époque où les girafes étaient encore nombreuses.

35Les deux girafes envoyées par Mohammed Ali en 1827-1828, en France au roi Charles X et, en Angleterre, au roi George IV, provenaient du Senaar, au Sud de Khartoum. Rappelons que celle offerte à Charles X buvait 25 litres de lait par jour ce qui nécessita pour assurer son alimentation de la faire accompagner de trois vaches, jusqu’à Paris.

36On pourrait jalonner à travers les relations des voyageurs du xixe siècle, le repli progressif de la girafe dans des régions de plus en plus méridionales. Aujourd’hui, elle se trouve le long de la bande de la steppe du Sahel, au sud du Sahara. Elle est plus abondante en Afrique orientale au Kenya, en Ethiopie et en Somalie.

Haut de page

Bibliographie

Cortade Frère J.-M., Lexique Français-Touareg. Dialecte de l’Ahaggar. Trav. du CRAPE, Paris, AMG, 1967.

Dekeyzer P. L., Les mammifères de l’Afrique noire française, IFAN, Initiations africaines, I, Dakar, 1955.

Desanges J., Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, Université de Dakar, 1962.

Desmond Morris, Les animaux révélés, Calman Lévy, 1990, trad. Edith OCHS.

Edrisi, Description de l’Afrique et de l’Espagne, trad. DOZY R. et GEJE M. J. de, Leiden, Brill, 1968.

Foucauld Père Ch. de, Dictionnaire touareg-Français. Dialecte de l’Ahaggar, Imprimerie Nationale de France, 1951.

Gatier P. L., “Des girafes pour l’Empereur”, Topoï, 6/2, 1996, p. 903-937.

Gauthier Y. et Ch., Morel A., Tillet Th., L’art du Sahara, Archives des Sables, Paris, Seuil, 1996.

Gsell S., Histoire ancienne de l’Afrique du Nord. t.I, p. 107, 108, 258, 492.

Jean-Léon L’africain, Description de l’Afrique, nouvelle édition traduite de l’Italien par

Epaulard A., Paris, 1956.

La Faune, t. II, L’Afrique, Grange Batelière, Paris, 1971.

Leclant J. et Huard P., La culture des chasseurs du Nil et du Sahara, 2 t., Alger, 1980, p. 26-27 et 380-387.

Lhote H., La chasse chez les Touaregs, Paris, Amiot Dumont, 1951.

Lhote H. A la découverte des fresques du Tassili, Paris, Arthaud, 1958.

Lhote H., Les gravures du Sud-Oranais, Mém. XVI du CRAPE, Paris, AMG, 1970.

Lhote H., Les gravures du Nord-Ouest de l’Air, Paris, AMG, 1972.

Lhote H., Les gravures rupestres de l’oued Djerat (Tassili-n-Ajjer), Mém. XXV du CRAPE, Paris, AMG, t. II, 1976.

Lutz R. et G., The Secret of the desert. The rock art of Messak Sattafet and Messak Mellet, Libya, Innsbruckn Golf Verlag, 1995.

Monteil V Contribution à l’étude de la faune du Sahara occidental, Institut des Hautes Études marocaines, IX, Paris, Larose, 1951.

Rodrigue A., “La girafe dans l’art rupestre du Maroc”. Bull. Soc. D’Hist. nat. Toulouse, 1993, n° 129, p. 107-112

Vaufrey R., Préhistoire de l’Afrique, t. I, Maghreb, Publ. de l’Institut des hautes études de Tunis, vol IV, 1955, p. 384-385

Wolf R., “Pièges gravés du Sud-marocain”, PAM, 7, 1998, p. 61-120.

Haut de page

Table des illustrations

Légende A gauche, deux aspects des cornes chez la girafe. En haut, sujet juvénile, les deux cornes sont terminées par une touffe de poils ; en avant, se situe une petite bosse. En bas, sujet âgé, croissance de la protubérance et, en arrière, d’une paire de cornes supplémentaires ; les cornes principales ont perdu leurs poils.A droite, la langue de la girafe est longue et préhensile ; elle est insensible aux épines autour desquelles elle s’enroule (d’après la Faune, Paris, Grange Batelière).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1931/img-1.png
Fichier image/png, 468k
Titre Girafe, gravure de l’oued Tekniwen (Messak, Libye) (photo Y. Gauthier).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1931/img-2.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Troupeau de douze girafes (gravures de Ti-n Tehed).
Légende La plus grande mesure 8,50 mètres elle est donc plus grande que nature (relevé H. Lhote).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1931/img-3.png
Fichier image/png, 454k
Titre Carte de la répartition des girafes dans l’art rupestre du Maroc (d’après A. Rodrigue).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1931/img-4.png
Fichier image/png, 162k
Légende En haut, aire de répartition de la girafe d’après l’art rupestre. En bas, aire de répartition actuelle de Giraffa camelopardis (d’après A. Rodrigue)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1931/img-5.png
Fichier image/png, 651k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Camps-Fabrer, « Girafe », Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 3137-3147

Référence électronique

H. Camps-Fabrer, « Girafe », in Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1931

Haut de page

Auteur

H. Camps-Fabrer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page