Navigation – Plan du site
8 | Aurès – Azrou - Gabriel Camps (dir.)
A337

Azalaï

A. Chatelard
p. 1204-1205

Entrées d’index

Mots clés :

Mali, Nomadisme
Haut de page

Texte intégral

1Ce mot, qui a été introduit dans le dictionnaire français vers 1960, sans aucune référence à une origine étrangère, a sa place dans cette encyclopédie, à cause de son emploi dans l’aire linguistique berbère, bien que, contrairement aux idées reçues, il ne fasse pas partie du vocabulaire touareg.

2Il faut le distinguer du mot touareg aalay (voir notice suivante) avec lequel il n’a qu’une ressemblance apparente.

3Absent du Larousse en 2 volumes de 1948, il se trouve dans les éditions plus récentes avec cette définition : « convoi annuel qui vient chercher le sel aux salines de Taoudenni au nord de Tombouctou. »

4Le Larousse en 10 volumes de 1960 est déjà plus vague : « au Sahara grande caravane ».

5L’édition en 2 volumes de 1970 n’a plus que : « caravane saharienne ».

6Ce mot apparaît au début du siècle dans les rapports militaires au moment des premières expéditions dans la région de Taoudenni. Il est orthographié azalai ou azalaye.

7Plus tard il a été employé au Niger, comme un mot français, pour parler des caravanes de sel, en particulier celle de Bilma.

8D’après Clauzel, 1960, p. 116. Ce mot « désigne uniquement la caravane de sel à l’exclusion des autres caravanes (de grain, de dattes, etc.). Un verbe en a été dérivé qui signifie : partir à Tawdanni avec une caravane de chameaux pour en ramener du sel ».

9Odette du Puigaudeau en fait une description plus détaillée :

« L’azalaï (pour elle, c’est un féminin) est l’énorme exode fait de cent caravanes, d’un millier d’hommes, de plusieurs milliers de chameaux qui, en novembre, se groupent à Azaouan, cheminant douze jours sans points d’eau, sans pâturage, vers Taoudenni, sous la protection des pelotons méharistes du Soudan, échangent aux mines des monceaux de vivres contre des milliers de barres de sel gemme et rapportant ce sel aux négociants de Tombouctou et de Gao ».

« Une autre Azalaï, beaucoup moins importante, monte à Taoudenni en avril, afin d’assurer, malgré la saison chaude, le commerce du sel ainsi que le ravitaillement et la relève des mineurs » (du Puigaudeau, 1940, p. 17).

10Si le sens est clair, l’origine du mot reste inconnue. On le trouverait en Songhay (Sonṛay) sous la forme agalay. Il viendrait d’un parler de la région de Tombouctou. O. du Puigaudeau cite V. Bonafos pour qui ce serait un mot libyen désignant « une troupe d’étrangers voyageant sous la protection du souverain ».

11Dans l’Ahaggar on emploie deux mots pour désigner la caravane (de sel ou de n’importe quelle denrée) :
- asîkel, isîkîlen (Foucauld, t. II, p. 782)
- térekeft, tirekfîn (Foucauld, t. II, p. 860).

12Dans l’Ayr, on emploie d’autres mots comme :
- tékereft, tikerfîn (Foucauld, t. II, p. 860)
- taghlạmt ; d’après M.F. Nicolas cité par J. Clauzel, on dit taghlamt taskat : la caravane de sel est partie de tous côtés (une partie vers Tegidda, une partie vers le Sud).

Haut de page

Bibliographie

Clauzel J., L’exploitation des salines de Taoudenni, Alger, IRS, Monographies régionales 3, 1960, 145 p., cartes.

Foucauld R.P. Ch. de, Dictionnaire Touareg-Français, Imprimerie Nationale de France, 1951, 4 tomes.

Puigaudeau O. du, Le sel du désert, éd. Pierre Tisné, Paris, 1940.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. Chatelard, « Azalaï », Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou, Aix-en-Provence, Edisud, 1990, p. 1204-1205

Référence électronique

A. Chatelard, « Azalaï », in Encyclopédie berbère, 8 | Aurès – Azrou [En ligne], mis en ligne le 20 avril 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/192

Haut de page

Auteur

A. Chatelard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page