Navigation – Plan du site
20 | Gauda – Girrei - Gabriel Camps (dir.)
G38

Ghaniya

C. Agabi
p. 3085-3086

Entrées d’index

Mots clés :

Biographie, Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1Ancêtre féminine d’une famille almoravide des xiie et xiiie siècles. On ne sait pour quelle raison les Banu Ghaniya se rattachaient à une femme plutôt qu’à un ancêtre masculin. Il est vrai que ce clan n’acquit une certaine importance que lorsque Ali ben Yusuf épousa cette princesse selon la volonté de Yusuf ben Tašfin, le conquérant et fondateur de l’empire almoravide.

2Ali ben Yusuf eut deux fils ; l’aîné, Yahya, fit carrière en Andalus, nommé successivement gouverneur de Murcie, Valence et Cordoue, mais il est obligé de reconnaître la suzeraineté d’Alphonse d’Aragon. Son frère Muhammad était nommé gouverneur au nom des Almoravides des îles Baléares. Ainsi se constitua un émirat insulaire qui fut la dernière possession des Almoravides en pays ibérique. Ce royaume almoravide servit de refuge aux dignitaires sanhadja lorsque les Almohades l’emportèrent définitivement en Andalus. Mais la lutte contre les Almohades fut poursuivie par les Banu Ghaniya qui s’enrichissaient de l’essor de la course contre les navires chrétiens aussi bien qu’almohades. C’est en participant à une opération maritime que périt Ishak, le fils et successeur de Muhammad. Ce fut un second Muhammad qui lui succéda. Désormais la dynastie des Banu Ghaniya était suffisamment établie pour se maintenir sans trop de dommage bien qu’elle ait dû reconnaître la suzeraineté des Almohades imposée à Muhammad II La révolte des Majorquins, qui déposent Muhammad et reconnaissent son frère Ali ben Ghaniya* comme souverain indépendant, devait peser lourdement sur la destinée du Maghreb.

Tableau dynastique du Banu Ghaniya

Tableau dynastique du Banu Ghaniya

3Ali est le prince qui devait porter la guerre contre le Almohades au Maghreb central et en Ifriqiya (voir E. B. t. IV, A 162) où il constitua un royaume éphémère appuyé sur l’alliance des Arabes hilaliens et sur celle du “condottière” arménien Qaraqus qui s’était taillé une principauté au Fezzan et en Tripolitaine. L’échec final de l’équipée almoravide ne survint qu’une cinquantaine d’années plus tard. Ali mourut quatre ans après son débarquement à Bougie (1188) ; sous son successeur, son frère Yahia, le royaume almoravide atteint son apogée. Yahia fut vaincu et tué en 1237 sur les bords du Chélif, au voisinage de Miliana et cette défaite mit fin à la tentative de restauration du pouvoir almoravide au Maghreb, en faveur des Banu Ghaniya.

4Comme le notait G. Marçais (notice Ghaniya, Encyclopédie de l’Islam, nelle édition, p. 1030-1032), cette suite de combats, de razzia, de surprises eut pour première conséquence de renforcer les contingents hilaliens de l’Ifriqiya qui étendent leurs déprédations à la totalité du nord-est. Cette longue suite de combats, pendant plus d’un demi-siècle, eut des conséquences fâcheuses pour les Almohades qui connaissent une profonde décadence. Une autre conséquence de la guerre des Banu Ghaniya, heureuse celle-ci, fut l’établissement d’une dynastie durable, celle des Hafsides, qui devait gouverner la Tunisie jusqu’à la fin du xve siècle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau dynastique du Banu Ghaniya
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1916/img-1.png
Fichier image/png, 155k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. Agabi, « Ghaniya », Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 3085-3086

Référence électronique

C. Agabi, « Ghaniya », in Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1916

Haut de page

Auteur

C. Agabi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page