Navigation – Plan du site
20 | Gauda – Girrei - Gabriel Camps (dir.)
G37

Ghana

C. Agabi
p. 3082-3085

Entrées d’index

Mots clés :

Mali, Sahara, Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1Nom donné au premier Etat du Soudan nigérien et à sa capitale située vraisemblablement à l’emplacement de Koumbi-Saleh, dans le sud de la Mauritanie. Ghana fut la capitale du plus ancien Etat négro-africain. La première mention du Ghana remonte avant 800, sous la plume d’Al Fazari, l’astronome. Au moment de sa plus grande expansion le royaume s’étendait du Tagant, au nord-ouest, au delta intérieur du Niger à l’est.

L’Empire de Ghana à son apogée (début du xie siècle), comparé à l’habitat actuel des Sarakolé (d’après R. Mauny).

L’Empire de Ghana à son apogée (début du xie siècle), comparé à l’habitat actuel des Sarakolé (d’après R. Mauny).

2La fortune de ce royaume reposait sur l’abondance de l’or qui “poussait dans le sable comme des carottes” (Ibn al Fakih al Hummadjuni, Kitab el Buldan, VI, 87) ; plus sérieux, Ibn Hawkal écrit, en 977, que le roi de Ghana est le souverain le plus riche de la terre en raison des mines d’or qu’il contrôle dans son pays.

3Les premiers siècles de l’histoire du Ghana sont occupés par les luttes entre les Blancs, qui auraient donné 44 souverains au pays, et les Soninkés. Ceux-ci réussissent, sous le commandement de Kaya Maghin Cissé, premier souverain noir du Ghana, à chasser les Blancs jusque dans le Tagant. Mais dès le ixe siècle la pression des Berbères Sanhadja est suffisamment forte pour que se constitue l’Etat vassal d’Awdagost (voir Aoudagost*, A 238, E.B., t. VI, p. 798-803).

4El Bekri est notre meilleure source, bien qu’il n’ait pas visité le pays. Il donne une bonne description de la ville de Ghana, à la veille de sa destruction par les Almoravides d’Abou Bekr, en 1077. Après un bref retour à la prospérité, la ville fut à nouveau détruite, définitivement, par les Soundiata du Mali, vers 1240.

5Certains auteurs (J. Vidal, Ch. Monteil) mettent en doute l’identification de Ghana à la ville de Koumbi-Saleh. Tout en gardant une attitude prudente, R. Mauny a apporté des arguments de poids, appuyés sur plusieurs campagnes de fouilles, en faveur de cette identification.

6El Bekri nous renseigne sur l’importance et la richesse de la ville qui est constituée de deux agglomérations distinctes, construites en pierres : la cité musulmane, qui ne comptait pas moins de douze mosquées, et la cité royale dont les environs étaient occupés par des boisements d’où le nom de Rabah donné à cette capitale tenue par les animistes. Le Ghana, au moment de son apogée, vivait autant du commerce transsaharien que de ses placers du Wangara. Toujours selon El Bekri, la puissance du roi de Ghana était telle qu’il pouvait réunir une armée de 200 000 hommes ; ce qui paraît notoirement exagéré.

Ruines de la capitale de Ghana à Koumbi Saleh (d’après R. Mauny).

Ruines de la capitale de Ghana à Koumbi Saleh (d’après R. Mauny).

7La durée du Ghana qui fut de plusieurs siècles (de avant 800 à 1240) est une exception dans l’Histoire des grands royaumes soudanais. R. Mauny l’explique par le fait que l’empire avait été fondé sur une certaine unité raciale et linguistique, celle des Sarakolés-Marka qui forment encore aujourd’hui une entité distincte et consciente de son originalité.

8Au moment des indépendances africaines, l’Etat du Ghana servit de référence aux dirigeants de l’Afrique occidentale soucieux de retrouver les racines du pouvoir africain. C’est ainsi que Kwamé N’Kruma, devenu maître de la Gold Coast en 1957, décida de nommer son pays Ghana, bien qu’il n’y ait aucune relation ethnique ou géographique entre ce jeune Etat et l’empire médiéval.

Haut de page

Bibliographie

Bonnel de Mézières A., “Recherches sur l’emplacement de Ghana et de Takrour”, Paris, Mém. de l’Acad. des Inscript, et Bel. Lettres, 1920, p. 227-273.

Cornevin R.,“Ghana”, Encyclopédie de l’Islam, 2eédit, p. 1025-1026.

Delafosse M., “Le Ghana et le Mali et l’emplacement de leurs capitales” BCHSAOF, 1924, p. 479-542.

Mauny R., “Etat actuel de la question de Ghana” Bull. IFAN, 1951, p. 453-475.

Mauny R., Tableau géographique de l’ouest africain au Moyen Age, IFAN, Dakar, 1961.

Monteil Ch., “Les “Ghana” des géographes arabes et des Européens”, Hespéris, t. XXXVIII, p. 441-452.

Vidal J., “Le mystère de Ghana” BCHSAOF, 1923, p. 512-524.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’Empire de Ghana à son apogée (début du xie siècle), comparé à l’habitat actuel des Sarakolé (d’après R. Mauny).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1915/img-1.png
Fichier image/png, 362k
Titre Ruines de la capitale de Ghana à Koumbi Saleh (d’après R. Mauny).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1915/img-2.png
Fichier image/png, 302k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. Agabi, « Ghana », Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 3082-3085

Référence électronique

C. Agabi, « Ghana », in Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1915

Haut de page

Auteur

C. Agabi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page