Navigation – Plan du site
20 | Gauda – Girrei - Gabriel Camps (dir.)
G35

Gétulien

G. Camps
p. 3066-3067

Entrées d’index

Mots clés :

Préhistoire
Haut de page

Texte intégral

1Nom donné en 1909 par P. Pallary aux industries épipaléolithiques de l’Afrique du Nord, connues aujourd’hui sous le nom de Capsien. Qu’il soit qualifié de “typique” ou de “supérieur” cet ensemble d’industries est caractérisé par la qualité de la taille du silex et un premier développement de l’art (gravure sur œuf d’autruche, sculpture sur pierre). Cette culture brillante doit son nom à J. de Morgan qui, la même année, avait fouillé l’important gisement d’El Mekta situé à quinze kilomètres au nord de Gafsa. L’industrie lithique riche en burins, lames à dos et microlithes géométriques, fut nommée “Capsien”. Si J. de Morgan avait suivi les principes de nomenclature adoptés pour les industries préhistoriques, il aurait du appeler celle-ci “El-Mektien” puisque le gisement de référence était situé en ce lieu-dit. D’autre part, choisir le nom antique de la ville de Gafsa pour désigner le Capsien n’était aucunement justifié.

2Au cours de la même année, P. Pallary attribuait aux industries présentant les mêmes caractéristiques le nom de Gétulien qu’il décrivait sommairement dans ses Instructions pour les recherches préhistoriques dans le nord-ouest de l’Afrique : « Nous désignons sous le nom de Gétulien, écrit-il, un type d’industrie très répandu dans l’est-Algérien et en Tunisie. Les stations de cette époque (ordinairement en plein air) sont connues sous le nom d’escargotières à cause de l’abondance de ces mollusques dans les dépôts... On recueille dans ces stations un outillage de grande taille : lames à retouches marginales, lames à encoches, lames étroites à dos retaillé, grands grattoirs circulaires. Mais on n’y trouve aucune forme géométrique... »

3Depuis, P. Pallary réclama la priorité de la dénomination qu’il avait proposée, soutenant que le nom de Gétulien avait été publié avant que ne paraisse à Paris, chez Leroux, l’ouvrage de J. de Morgan intitulé “Les premières civilisations” Or, comme l’a dénoncé R. Vaufrey, cette priorité est loin d’être certaine puisque les deux ouvrages ont paru la même année, en 1909, et que celui de Pallary a une introduction datée du 1er mai.

4Sur place, le docteur E. G. Gobert observa une attitude hésitante. Dans ses premiers travaux, en 1910, il opte, sans état d’âme, pour le Capsien, puis, très vite, il adopte le terme Gétulien qui lui paraît mieux convenir que Capsien puisque cette industrie s’étendait sur une vaste région semi-aride, celle même que parcouraient, dans l’Antiquité, les nomades Gétules. Cette attitude est d’autant plus surprenante que le principal reproche que l’on faisait, au même moment, à la dénomination Gétulien était son imprécision géographique, ce qui faisait dire à J. de Morgan : « Si je n’ai pas adopté le terme “Gétulien” proposé par M. Pallary... c’est que d’une manière générale j’estime qu’il est très dangereux de donner à une industrie le nom d’une région entière et que, comme G. de Mortillet, je préfère le nom d’une localité précise, restreinte comme étendue, pour caractériser un type industriel » et poursuivant sa démonstration, il cite les nombreuses cultures préhistoriques qui doivent leur nom à un site ou une agglomération : Chelléen, Acheuléen, Moustérien (appelé à l’époque “Moustiérien”), Aurignacien, Solutréen, Magdalénien, etc. alors qu’il condamne les différents noms tirés de régions africaines comme Saharien, Libyque, Mauritanien, Berbère, Maghrébien.

5Le docteur Gobert resta quelques années fidèles au Gétulien et créa même “l’Intergétulo-Néolithique”, industrie intermédiaire entre le Gétulien/Capsien et le Néolithique qui, aujourd’hui est considéré comme un faciès du Capsien supérieur (Capsien supérieur du type Aïn Aachena). Puis Gobert, ayant acquis une meilleure connaisance des cultures du Sud tunisien, abandonna définitivement le Gétulien et ses dérivés.

6Depuis, comme l’écrit L. Balout, un préhistorien périgourdin, F. Lacorre, à la suite d’un séjour en Afrique du Nord, a tenté de ressusciter le Gétulien, mais en lui donnant une nouvelle acception (1949). D’après F. Lacorre, le Gétulien serait l’industrie la plus ancienne du complexe capsien et ne compterait aucun microlithe géométrique, ainsi que le montreraient ses fouilles de l’Abri 402 à Moulares. En fait, une fouille de contrôle effectuée l’année suivante dans le même gisement par E. G. Gobert et R. Vaufrey, recueillit respectivement dans les deux couches grise et noire 53 et 64 % de microlithes géométriques ! Seules les méthodes de fouille de F. Lacorre expliquaient cette prétendue absence de microlithes.

7Plus personne ne parle aujourd’hui de Gétulien qui a rejoint le long cortège des industries mort-nées du Maghreb et du Sahara telles que le Mahrouguétien, le Kreidérien, le Sbaïkien, l’Aurignacien africain, le Néolithique berbère...

Haut de page

Bibliographie

Pallary P., Instructions pour les recherches préhistoriques dans le nord-ouest de l’Afrique, Jourdan, Alger 1909.

Morgan J. de, Les premières civilisations, Paris, 1910. Id., La Préhistoire orientale, Paris, Geuthner, 1926, t. 2.

Morgan J. de, Capitan L. et Boudy P., “Etudes sur les stations préhistoriques du Sud tunisien” Rev. de l’Ecole d’Anthrop., t. XX, 1910 et XXI, 1911.

Gobert E. G, “Note préliminaire sur le Capsien”, BSPF, t. VII, 1910, p. 453.

Gobert E. G, “Recherches sur le Capsien”, BSPF, t. VII, 1910, p. 417-419.

Gobert E. G. et Vaufrey R., Le Capsien de l’Abri 402, Paris, Klincksiek, 1950.

Lacorre F, “Le Gétulo-Capsien : Abri 402 et Aïn Metherchem”, BSPF, t. XLVI, 1949.

Vaufrey R., Préhistoire de l’Afrique, t. 1, Masson, Paris, 1955, Publ. Inst. des hautes études de Tunis, vol. V, p. 127.

Balout L., Préhistoire de l’Afrique du Nord. Essai de chronologie, Paris, A.M.G. 1955, p. 384.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Gétulien », Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 3066-3067

Référence électronique

G. Camps, « Gétulien », in Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1912

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page