Navigation – Plan du site
11 | Bracelets – Caprarienses - Gabriel Camps (dir.)
C
C9

Calama (Kalama)

G. Souville
p. 1707-1709

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, Antiquité, Villes
Haut de page

Texte intégral

1La ville antique occupait l’emplacement de l’actuelle ville de Guelma et s’étendait plus au nord-est, au pied du massif de la Mahouna dominant la vallée de la Seybouse, à 74 km d’Hippo Regius.

2Avec Orose (V, 15, 6) on a essayé de l’identifier à la ville de Suthul mentionnée par Salluste (Bellum Jugurthinum, 37) ; c’est probablement près de Calama qu’eut lieu la victoire de Jugurtha sur les Romains commandés par A. Postumius.

3La ville était peut-être d’origine phénicienne ; l’influence punique y fut durable comme le montre la présence de nombreuses stèles ; encore à l’époque romaine les magistrats annuels de la cité portaient le titre punique de sufète ; un princeps siégeait à leurs côtés sans que ses attributions soient bien connues ; il s’agit peut-être d’un chef de tribu indigène associée à la cité, mais on pense plutôt au premier personnage de l’assemblée municipale.

4Rattachée à la Proconsulaire, Calama était sans doute municipe sous Trajan, les habitants ayant été inscrits dans la tribu Papiria, celle de cet Empereur. Elle n’est mentionnée ni dans Ptolémée, ni dans l’Itinéraire antonin ou la Table de Peutinger. Encore municipe sous Septime Sévère, elle est qualifiée de colonie dans de nombreuses inscriptions des iiie et ive siècles. Après avoir été placée en Numidie, elle fut sous l’autorité du Proconsul d’Afrique au temps de Dioclétien.

5Une communauté chrétienne s’y trouvait déjà lors de la persécution de Dioclétien. Comme ailleurs Catholiques et Donatistes s’y opposèrent. Plusieurs évêques de Calama sont connus ; le plus célèbre d’entre eux est Posidius qui eut d’ailleurs à lutter contre les Donatistes. Contemporain et ami de saint Augustin, il fut aussi son biographe et son bibliographe (Mandouze A., Prosopographie de l’Afrique chrétienne (303-533), Paris, 1982, p. 890-896, 1254 et passim).

6Calama tomba au pouvoir de Genseric en 437, fut restaurée par le comte Paulus agissant sur les ordres du patrice Solomon. Elle devint alors une des villes forteresses de la Numidie byzantine puis entra en décadence. Mentionnée encore au xiie siècle, elle se réduisait à un petit groupe d’habitations lors de la conquête française (1836), avec des ruines de monuments encore conséquentes.

7Il est difficile de reconstituer le plan et l’aspect général de la ville. Les seuls monuments importants sont le théâtre et les thermes. Le.théâtre fut élevé grâce à la générosité d’une fiaminique Annia Aelia Restituta au iiie siècle ap. J.-C. ; il fut restauré et pratiquement reconstruit de 1902 à 1918 ; il mesurait 58,05 m de large. La construction était faite en blocage avec revêtements de pierres de petit appareil ; les gradins avaient presque tous disparu ; ils devaient être au nombre de dix dans la zone inférieure et de douze dans la seconde zone. L’orchestre était pavé de marbre ; derrière la scène, flanquée de deux salles rectangulaires, un portique à colonnes formait façade. L’existence d’un Forum nouum n’est connue que par une inscription. Il y avait également des restes d’arcades, un édicule consacré à Neptune, des citernes et une église chrétienne hors de la ville.

Stèle de tradition libyco-punique. Musée de Guelma. Photo G. Camps.

Stèle de tradition libyco-punique. Musée de Guelma. Photo G. Camps.

8Les thermes construits en blocage avec revêtements de pierres de petit appareil et en briques peuvent remonter au iie siècle ap. J.-C. Ils furent inclus dans la forteresse byzantine. Celle-ci fut sans doute édifiée sur une enceinte antérieure ; elle était défendue par treize tours et mesurait 278 m de long sur 219 de large.

9En 1953 fut découvert un trésor de 7 499 pièces provenant presque toutes de l’atelier de Rome ; les plus récentes datent du début de 257 ; il fut sans doute enfoui à la suite de troubles locaux (Turcan R., Le trésor de Guelma. Étude historique et monétaire, Paris, 1963, 158 p., 18 pl.).

Stèle néo-punique de Calama. Photo G. Camps.

Stèle néo-punique de Calama. Photo G. Camps.

10La plupart des objets antiques recueillis à Calama et dans la région sont conservés au musée de Guelma (Pachtère F.-G. de, Musée de Guelma, Paris, 1909, 62 p., 10 pl.).

Haut de page

Bibliographie

Gsell S., Atlas archéologique de l’Algérie, Paris, 1904, feuille n° 9, Bône, n° 146.

Id., Inscriptions latines de l’Algérie, Paris, 1922, t. 1, p. 20-48.

Souville G., « Calama (Guelma) », The Princeton Encyclopedia of classical sites, Princeton, 1976, p. 184-185.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Stèle de tradition libyco-punique. Musée de Guelma. Photo G. Camps.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1902/img-1.png
Fichier image/png, 666k
Titre Stèle néo-punique de Calama. Photo G. Camps.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1902/img-2.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Souville, « Calama (Kalama) », Encyclopédie berbère, 11 | Bracelets – Caprarienses, Aix-en-Provence, Edisud, 1992, p. 1707-1709

Référence électronique

G. Souville, « Calama (Kalama) », in Encyclopédie berbère, 11 | Bracelets – Caprarienses [En ligne], mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1902

Haut de page

Auteur

G. Souville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page