Navigation – Plan du site
11 | Bracelets – Caprarienses - Gabriel Camps (dir.)
B
B121

Bzū

G. Deverdun
p. 1677-1678

Entrées d’index

Mots clés :

Géographie, Villes
Haut de page

Texte intégral

1Petite ville marocaine (14 000 h en 1971) de la tribu bilingue des Antifa, située à 130 km de Marrakech sur la route de Beni-Mellal. Comme toutes les villes du dir (piémont) de l’Atlas (Aghmat, Demnate, etc.) qui sont nées des conditions géographiques, elle remonte à la plus haute antiquité. Mais, jusqu’à ce jour, on n’a pas encore découvert de vestiges préhistoriques dans sa région proche.

2Léon l’Africain, au xvie siècle, la considère judicieusement comme faisant partie de la vieille tribu des Haskūra, et en fait une ville de commerçants aisés, au milieu d’une campagne fertile d’oliviers, d’énormes figuiers, de très hauts noyers, etc. Et Marmol renchérit encore sur la courtoisie de ses habitants, leur hospitalité pour les étrangers, la beauté de leurs femmes, etc.

3Bzou a tout ce qu’il faut pour caractériser une bourgade berbère en pisé. Elle est composée d’un ensemble de petits villages très pittoresques qui bordent la rive gauche de l’Oued al ‘Abīd à sa sortie du pays des Antifa. On y distingue entre autres, Agẖbalou (la source) siège d’une zaouïa relevant du sẖaykẖ de Tameslouht ; Tinoualin et Akermoud au voisinage de la Koubba de Sidi Mohammad as-Ṣagẖir al-Miār ; al-Kel‘a (le fort) où réside le caïd et près duquel débouche l’oued al-‘abīd ; enfin le Mellah, le village juif.

4Comme aux temps anciens Bzou est resté une place de commerce, dont le marché hebdomadaire est toujours achalandé. On trouve aussi dans l’agglomération des ateliers de poterie et de tissage. Celui-ci s’est spécialisé dans la fabrication de fins ḥayks de laine (longues pièces sans couture qui servent de vêtements de dessous) qui sont très recherchés pour leur finesse et leur solidité.

5La medersa, où fut sans doute reçu Léon l’Africain, est fort prospère et son autorité rayonne au loin sur la région. Grâce à ses efforts, Bzou, en bordure de la plaine où l’on parle arabe, est devenu le centre principal d’arabisation du pays des Antifa.

Haut de page

Bibliographie

Marmol, L’Afrique, traduction Perrot d’Ablancourt, Paris, 1776, t. II, Chap. LXXIV, p. 123.

Léon l’Africain J., Description de l’Afrique, traduction Epaulard, Paris, 1956,1.1, p. 135.

Basset H., « Rapport sur une mission chez les Ntifa », Les Archives Berbères, t. II, 1917.

Laoust E., Le dialecte berbère des Ntifa, Grammaire, textes avec traduction, Paris, 1918.

Lancre P., Répertoire alphabétique des tribus, des agglomérations, de la zone française de l’Empire Chérifien, Casablanca, 1939.

Bel A., Hayk, Encyclopédie de l’Islam, 1re édition, t. I, p. 234.

Ricard P., Guide bleu du Maroc

Al-Sūsī M. M., Al-Igẖliāt, I, p. 34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Deverdun, « Bzū », Encyclopédie berbère, 11 | Bracelets – Caprarienses, Aix-en-Provence, Edisud, 1992, p. 1677-1678

Référence électronique

G. Deverdun, « Bzū », in Encyclopédie berbère, 11 | Bracelets – Caprarienses [En ligne], mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1889

Haut de page

Auteur

G. Deverdun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page