Navigation – Plan du site
20 | Gauda – Girrei - Gabriel Camps (dir.)
G18

Gavage

E. Bernus et J. Akkari-Weriemmi
p. 2996-2999

Entrées d’index

Mots clés :

Alimentation, Touareg
Haut de page

Texte intégral

Gavage (aanay) chez les Touaregs Iwellemmeden kel Denneg (E. Bernus)

1Certaines fillettes touarègues appartenant à des familles riches en troupeaux subissent, dès l’âge de 7 à 8 ans, un gavage qui se prolonge pendant, deux, trois ou quatre ans, jusqu’à l’apparition de boursouflures et de replis graisseux sur les bras, les cuisses et de vergetures sur le ventre. Un terme au féminin pluriel désigne de « petites et courtes gerçures (cicatrices) naturelles sur la peau d’une femme engraissée/enceinte » (agg-Alawjeli, 1980 : 26) : il est connu sous la forme shidәram chez les Iwellemmeden de l’est (Kel Denneg) et tyәdram à Agadez.

2Ce gavage est dit aanay : il vient du verbe әnәy, « entonner, remplir » (aggAlawjeli, 1980 : 33), terme également précisé dans Foucauld (1951 -52,1 : 279) sous la forme de eni, avec les précisions habituelles de son monumental Dictionnaire : « entonner dans (verser [un liquide] dans [une chose à orifice étroit (avec ou sans entonnoir)]) ; (...) // se construit avec deux accusatifs // (...) // le sujet ne peut être qu’une personne. L’un des régimes directs est un liquide ; l’autre est un enfant, un animal très jeune ou malade, ou un récipient à orifice étroit tel que bouteille, outre, etc. ». Le Dictionnaire de Foucauld n’indique pas le cas du gavage des jeunes filles.

3Ce remplissage ou ce gavage dans le cas qui nous occupe, est pratiqué avec une écuelle spéciale, en bois, (aγalla, plur. iγallen), avec un bec verseur latéral (tasәnit-n-aγalla) (photo n° 1), ce qui distingue cet instrument d’un entonnoir classique avec un embout percé au fond du vase. Cette écuelle à bec pour le gavage des jeunes filles est signalée et dessinée par Nicolas (1950, p. 165, fig. 36, dessin j)« gavoir de bois pour femmes, aγalla, temaneit ». Cet instrument, grâce à son bec verseur, permet d’introduire directement le lait dans l’œsophage de la fillette, sans qu’elle ait à déglutir. Étendue, la tête sur les genoux de la femme qui procède au gavage, la bouche largement distendue par ses propres doigts, la fillette ingurgite du lait coupé d’eau. La quantité de liquide est augmentée au fur et à mesure de l’accoutumance. En principe, on procède à trois « repas » : le matin (aγora), l’après-midi (takkәst), à l’heure de la troisième prière vers 16 heures et le soir à la nuit tombée.

Gavage d’une jeune fille chez les Illabakan (Iwellemmeden Kel Denneg) dans la vallée d’In Waggar (Niger) avec le vase à bec (aγalla) (photo E. Bernus).

Gavage d’une jeune fille chez les Illabakan (Iwellemmeden Kel Denneg) dans la vallée d’In Waggar (Niger) avec le vase à bec (aγalla) (photo E. Bernus).

4A certaines périodes de l’année, en fin de saison sèche, le lait manque, et le « repas » de l’après-midi se compose de petites boules de farine de mil cru, que l’on introduit dans la bouche et que l’on fait suivre d’eau versée avec l’écuelle à bec.

5Le début du gavage est pénible pour la fillette dont l’estomas se révolte. On frappe, on pince celle qui refuse le lait. Lorsqu’elle s’apprête à vomir, on lui chatouille les narines avec un fil de cuir (әzmi, plur. izәman)qui sert à coudre les peaux pour la faire éternuer et lui faire passer l’envie de vomir.

6Ce gavage est pratiqué par les Touaregs de l’aristocratie (imajeγen), par les religieux (ineslemen), comme par les tributaires (imγad), qui possèdent assez d’animaux pour distraire de la ration générale une importante quantité de lait qui peut être évaluée à cinq à six litres par jour à l’usage exclusif des fillettes. Il est pratiqué par les Arabes nomades de la région.

7Ce gavage rend les fillettes plus rapidement pubères, et leur permet un mariage et une maternité précoce. Il donne ce type de femme énorme (photo n° 2) ; envahie en certains points de leurs corps par une cellulite abondante, qui dès l’âge mûr se meut avec difficulté et doit être hissée par plusieurs personnes sur sa monture : masse de chair imposante, aux bras enflés, au ventre croulant sous les plis de graisse, elle correspond au canon de beauté touarègue chantée par les poètes :

Femme de la tribu noble des Kel Nan âgée d’une soixantaine d’années.

Femme de la tribu noble des Kel Nan âgée d’une soixantaine d’années.

« Elle ne s’abîme pas, elle a de la graisse aux flancs,
« Des chairs qu’elle dissimule sous des étoffes de taïlalt
« Et celles (chairs) sous les bras et les plis des flancs... »
(Nicolas, 1944, p. 161)

8« Le gavage n’est souvent pas sans danger pour la jeune fille dans le cas où elle est mariée très jeune, avant d’être nubile, car l’engraissement produit un embonpoint qui provoque un développement physique précoce et seulement apparent » (Bernus, 1981 & 1993, p. 146). On a constaté de nombreuses morts en couche de fillettes trop tôt mariées ainsi que de nombreux décès d’enfants. Cette pratique tend à disparaître pour ce danger aujourd’hui reconnu, et aussi par manque de lait après les récentes sécheresses qui ont mis à mal les troupeaux.

Le gavage à Djerba (d'après J. Akkari Weriemmi, Cahiers des Arts et Traditions populaires, Tunis, n° 9, 1987, p. 151-157)

9Le principe du gavage, sans être aussi tyrannique que chez les Touaregs du sud, n’est pas totalement inconnu dans le Maghreb. A Djerba, il est pratiqué pendant la période de l’heğba qui suit immédiatement la fixation de la date du mariage par les deux chefs de famille intéressés. La mahguba (la fiancée à qui s’applique la règle de l’heğba) est soumise à un traitement particulier : totalement dérobée aux regards et quasiment séquestrée dans la partie haute de la maison (ghorfa*), elle subit plusieurs fois par jour l’application de pâtes diverses à base de miel, d’huile d’olive, d’amidon, de jaune d’œuf, de pois chiches sur le visage, le cou, le haut du buste et les membres. Après chaque application, la jeune fille prend un bain complet à l’eau chaude et au savon vert. Ce traitement a pour but de rendra la peau la plus claire possible et il dure aussi longtemps que l’exige la peau de la mahguba. Plus celle-ci est foncée, plus le traitement est intensif et prolongé.

10Mais avoir une peau blanche et lisse ne suffit pas : la mahguba doit avoir un corps bien gras, une allure saine et robuste d’où le soin qu’on porte à son régime alimentaire qui est composé exclusivement de produits grossissants. Chaque jour, en plus des repas quotidiens communs à tous les membres de la famille pris à midi et le soir, la mahguba se voit administrer dès son réveil, tantôt un bol plein de bùsmàt (pain grillé trempé dans de l’eau sucrée et de l’huile d’olive), tantôt un bol de dardura, un mélange d’eau et de zùmmita (orge grillée et peau d’orange séchée). En fin de matinée on lui donne à manger du masfuf (couscous à gros grain) ou de l’assida (bouillie d’orge arrosée d’huile et présentant au milieu un creuset de miel ou de sucre). Si la fille manque d’appétit on la force à manger. L’essentiel est de grossir. Pour obtenir un embonpoint satisfaisant, la fille qui fait en moyenne six repas par jour, est dispensée de tout travail.

Haut de page

Bibliographie

Akkari Weriemmi J., “La Heğba dans l’île de Jerba”, Cahiers des Arts et Traditions populaires, n° 9, 1987, p. 151-157.

agg-Alawjeli Gh, Lexique Touareg-Français, Edition et révision, Introduction et tableaux morphologiques de Karl-G. Prasse, Copenhague, Akademisk Forlag, 1980, 284 p.

Bernus E., Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Paris, Mémoire ORSTOM n° 97, 1981, 506 p., seconde édition, Paris, L’Harmattan, 1993.

Foucauld (Père Ch. de), Dictionnaire Touareg-Français, Dialecte de l’Ahaggar, Paris, Imprimerie Nationale, 1951-52, 4 vol. , 2 024 p.

Nicolas F, Folklore touareg, Paris, Librairie Larose, Bull. de l’IFAN, t. VI, 1944, 463 p.

Nicolas F, Tamesna. Les Ioullemmeden de l’Est ou Touâreg kel Dinnik, Paris, Imprimerie Nationale, 1950, 279 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gavage d’une jeune fille chez les Illabakan (Iwellemmeden Kel Denneg) dans la vallée d’In Waggar (Niger) avec le vase à bec (aγalla) (photo E. Bernus).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1856/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Femme de la tribu noble des Kel Nan âgée d’une soixantaine d’années.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1856/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E. Bernus et J. Akkari-Weriemmi, « Gavage », Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, p. 2996-2999

Référence électronique

E. Bernus et J. Akkari-Weriemmi, « Gavage », in Encyclopédie berbère, 20 | Gauda – Girrei [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1856

Haut de page

Auteurs

E. Bernus

Articles du même auteur

J. Akkari-Weriemmi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page