Navigation – Plan du site
21 | Gland – Hadjarien - Gabriel Camps (dir.)
G
G81

Guépard

H. Camps-Fabrer
p. 3231-3234

Entrées d’index

Mots clés :

Faune, Sahara, Zoologie
Haut de page

Texte intégral

1Chez les Touaregs, le nom du guépard est amâias, pl. imoûias et ils donnent volontiers son nom à leurs enfants. Le guépard (acinomyx jubatus) appartient à la famille des Félidés.

2Pendant l’époque préhistorique, le guépard peut être identifié sur quelques très rares représentations rupestres. Dans celle d’Hadjar Berrik (Sud oranais), Lhote a noté le corps en profil absolu et la tête vue de face, attitude fréquemment donnée au lion dans les représentations ; les deux yeux et les oreilles sont bien indiquées et déterminent la position de la tête. Les pattes sont très longues et le corps comporte de nombreuses cupules figurant les taches. Une autre très belle figuration de guépard a été relevée à Bardai au Tibesti

3Durant l’Antiquité, les noms de παρδαλεσ et de παvθηρεσ(Hérodote IV, 192) désignent en grec tantôt des léopards, ou panthères, tantôt des guépards comme ceux de pardi et d’africanae* en latin (Pline, XXXVI, 40 ; Varron, Rust., III, 13,3). Dans les mosaïques, pas plus que dans l’art préhistorique, le guépard ne semble avoir été représenté, alors que panthères et lions sont très fréquents.

Le guépard (Acinonyx Jubatus) (dessin Dekeyser).

Le guépard (Acinonyx Jubatus) (dessin Dekeyser).

4Le guépard vivait dans la zone sahélienne et saharienne, du Maroc au Sénégal, en Mauritanie et dans tout l’Ouest africain. Bien que peu commune, l’espèce est distribuée en Afrique méridionale et orientale dans le Sahara central, et au Tibesti ; le guépard s’aventure parfois dans la zone soudanienne. La savane est son lieu d’élection. Il vit de préférence dans les régions dégagées, où il poursuit les gazelles et les addax.

5Le guépard s’écarte par sa morphologie des félidés typiques. Alors que les lions, les léopards, les chats sont construits pour la chasse à l’affût, le guépard est, lui, adapté à la chasse à courre.

6La taille d’un guépard adulte atteint 1,10 m de longueur sans la queue longue de 75 cm et la hauteur au garrot est de 70-80 cm. Son poids varie entre 42 et 65 kg. Les mensurations du guépard expliquent, malgré sa petite tête, l’élégance de sa taille élancée, sa sveltesse. Les yeux profonds, cernés de noir et les lignes qui descendent le long du museau lui donnent une impression mélancolique qui n’amoindrit en rien l’acuité de son regard, véritable perfection technique.

7Le guépard a des membres allongés rappelant plus ceux d’un canidé (lévrier) que d’un félin. Ses ongles sont arrondis et non rétractiles en raison de son aptitude à la course. Il possède à chaque membre antérieur, en position interne, un ongle effilé grâce auquel il peut renverser des animaux en pleine course.

8À l’harmonie des formes s’ajoute la beauté de son pelage isabelle piqué de gros points noirs, atout précieux qui lui permet de se confondre avec la végétation. C’est grâce à ce genre de camouflage que le prédateur peut se dissimuler et venir vers le gibier sans être vu.

9Animal moins nocturne que le léopard, sa longévité est de 16 ans.

Guépard, gravure de Bardai (Tibesti). La meilleure représentation dans l’art rupestre africain qui ne figure pas souvent ce félin (photo G. Camps).

Guépard, gravure de Bardai (Tibesti). La meilleure représentation dans l’art rupestre africain qui ne figure pas souvent ce félin (photo G. Camps).

Hadjar Berrick (Mont des Ksour), gravure vraisemblable d’un guépard.

Hadjar Berrick (Mont des Ksour), gravure vraisemblable d’un guépard.

Comme dans la plupart des figures de félins, le corps est vu selon un profil absolu tandis que la tête est tournée vers le spectateur (relevé de H. Lhote).

10Le guépard a un régime Carnivore : il se nourrit d’oiseaux et de mammifères, notamment de lièvres et de petites antilopes, sa proie favorite étant la gazelle.

11Un guépard, sur le qui-vive, dresse les oreilles qu’il pointe vers l’avant et recueille les sons qui se manifestent devant lui. Une fois que le guépard s’est approché de sa victime, il s’élance à une allure fulgurante. C’est le prédateur le plus rapide qui peut faire des pointes de 95 km/heure heure mais sans tenir la cadence. En fait, la distance moyenne couverte par le guépard au cours d’une poursuite est d’environ 180 mètres. Dans des cas exceptionnels il peut tenir 300 mètres mais au-delà il a vite fait de se fatiguer et renonce. C’est alors que la proie le surpasse, car certaines antilopes peuvent parcourir de beaucoup plus longues distances. Quand il s’est emparé de sa proie, il la fait tomber et lui serre le cou entre ses puissantes mâchoires, jusqu’à ce qu’elle périsse par étouffement

12La durée de la gestation est d’environ 95 jours. Les portées comportent de 2 à 4 petits. Les jeunes ont besoin de beaucoup de repos. Leurs parents doivent être prêts à se reposer avec eux en restant sur le qui-vive, car les petits peuvent facilement tomber entre les pattes des lions et leur mère a souvent du mal à les défendre.

13La chasse au guépard n’est pas facile en raison de l’éloignement des régions qu’il fréquente. Au nord de Tombouctou, les Touaregs utilisent le cheval, quelquefois le chameau. On prend la piste de l’animal jusqu’à ce que celui-ci soit débusqué, puis on continue à le suivre, car il se fatigue vite et il peut être rejoint facilement. Mais il ne faut pas l’attaquer de front. Avant l’extension de l’emploi des armes à feu, on le chassait au javelot. Parfois, on le prenait aussi au moyen d’un piège à mâchoires ; les chiens furent très rarement utilisés, en raison du danger qu’ils encouraient.

14Les Touaregs prennent souvent la mère au gîte lorsqu’elle a ses petits, et capturent ces derniers pour les rapporter et les vendre aux touristes. Les jeunes guépards s’apprivoisent très bien. On sait qu’en Asie, chez les Turco-Mongols et les Arabes, le guépard est dressé pour la chasse à la gazelle, mais cette domestication et ce dressage sont inconnus dans le Sahara central et l’Afrique de l’Ouest.

15Les Touaregs se contentent d’utiliser leur peau. Ils font avec elle des tapis de selle, ainsi que des sacs à provisions qu’ils utilisent lors de leurs déplacements.

Haut de page

Bibliographie

Cortade Frère J.-M., Lexique Français-Touareg. Dialecte de l’Ahaggar, Trav. du CRAPE, Paris, AMG, 1967.

De Foucauld Père Ch., Dictionnaire touareg-Français. Dialecte de l’Ahaggar, Imprimerie Nationale de France, 1951, t. II, 708.

Dekeyzer P.-L., Les mammifères de l’Afrique noire française, IFAN, Initiations africaines, I, Dakar, 1955.

Desmond Morris, Les animaux révélés, Calman Lévy, 1990, trad. Edith OCHS.

Ibn Mangli, De la chasse. Commerce des grands de ce monde avec les bêtes sauvages des déserts sans onde, trad. F. Viré, Paris, La Bibliothèque arabe, Sindbad, 1984.

Gsell S., Histoire ancienne de l’Afrique du Nord. t.I, p. 112-113.

La Faune, I, chapitre 8 : le guépard, p. 213-239.

Lhote H., La chasse chez les Touaregs, Paris, Amiot Dumont, 1951.

Lhote H., Les gravures du Sud-Oranais, Mém. XVI du CRAPE, Paris, AMG, 1970.

Lhote H., Les gravures rupestres de l’oued Djerat (Tassili-n-Ajjer), Mém. XXV du CRAPE, Paris, AMG, t. II, 1976.

Monteil V, Contribution à l’étude de la faune du Sahara occidental, Institut des Hautes Études marocaines, IX, Paris, Larose, 1951.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le guépard (Acinonyx Jubatus) (dessin Dekeyser).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1810/img-1.png
Fichier image/png, 318k
Titre Guépard, gravure de Bardai (Tibesti). La meilleure représentation dans l’art rupestre africain qui ne figure pas souvent ce félin (photo G. Camps).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1810/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Hadjar Berrick (Mont des Ksour), gravure vraisemblable d’un guépard.
Légende Comme dans la plupart des figures de félins, le corps est vu selon un profil absolu tandis que la tête est tournée vers le spectateur (relevé de H. Lhote).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1810/img-3.png
Fichier image/png, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Camps-Fabrer, « Guépard », Encyclopédie berbère, 21 | Gland – Hadjarien, Aix-en-Provence, Edisud, 1999, p. 3231-3234

Référence électronique

H. Camps-Fabrer, « Guépard », in Encyclopédie berbère, 21 | Gland – Hadjarien [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1810

Haut de page

Auteur

H. Camps-Fabrer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page