Navigation – Plan du site
10 | Beni Isguen – Bouzeis - Gabriel Camps (dir.)
B100

Bourgou, Henchir

J. Akkari-Weriemmi
p. 1594-1598

Entrées d’index

Mots clés :

Protohistoire, Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1Henchir Bourgou (ou Borgou) est un lieu-dit situé au nord de la route de Houmt Souk à Midoun, dans l’île de Jerba, à 12 km de la première localité, à 2,5 km de la seconde et à environ 3 km de la mer. Le site fut occupé dès le ive ou iiie siècle avant J.-C ; il l’était encore au ive siècle après J.-C ; c’est au sud du site archéologique, dont le rayon est de 700 m environ, que se situe le mausolée qui fait l’objet de cette notice.

2Ce mausolée fut mentionné pour la première fois au début du xixe siècle par Abou Ras el Jerbi qui crut qu’il s’agissait des restes d’une fortification de la ville antique de « Brigou ». En 1862, Y. Guérin visite la ville de « Borgho » et mentionne brièvement « un pan de mur encore debout, lequel est bâti avec de magnifiques blocs parfaitement appareillés » ; Brulard reprend cette description sommaire en 1885. Il faut attendre 1903, pour que soient confiés par la Direction des Antiquités, au contrôleur civil Barué qui en avait fait la demande, les premiers travaux de dégagement. Barué fut le premier à reconnaître « un immense mausolée sur plan carré qui paraît avoir été surmonté par une pyramide à degrés ». Cette description inexacte est inspirée par les mausolées algériens du Medracen et du Tombeau de la Chrétienne auxquels l’auteur rattache expressément ce monument.

3Après cette première campagne Henchir Bourgou abandonné aux déprédations diverses, en particulier à celles des préleveurs de pierres et de crampons en plomb, sombre quelque peu dans l’oubli. Ce n’est qu’en 1981 que furent entrepris de nouveaux travaux sous la conduite J. Akkari-Weriemmi. Le dégagement complet de la face ouest du monument où s’ouvrait le couloir d’entrée, permit de retrouver le sol vierge. Ce dégagement fit découvrir de nombreux emplacements de crampons logés sur les faces d’attente des blocs de chaque assise. Le mausolée a beaucoup souffert de la recherche systématique du métal. Lors de ce dégagement il n’a été trouvé aucun reste de colonne auquel Barué, peut-être influencé par la comparaison avec le Médracen, fait allusion dans sa description du mausolée. Maintenant qu’il est dégagé, le mausolée d’Henchir Bourgou révèle son véritable plan. Ses dimensions extrêmes actuelles sont 4,52 m de haut, 9,5 et 9,7 de largeur. Son soubassement est un polygone hexagonal aux côtés alternativement rectilignes et concaves. Les côtés rectilignes mesurent 4,32 m, de même que les cordes des côtés concaves, dont le développement mesure 5,40 m. Dans la face ouest s’ouvre le couloir à ciel ouvert dont le bâti dépasse la façade du monument. Ce couloir est d’une longueur totale de 3,50 m et d’une largeur de 1,08 m, il se poursuit par une antichambre couverte de 0,40 m de haut et de 0,82 m de largeur qui, à 3 m de l’entrée, donne dans la chambre funéraire. Cette chambre, située exactement dans l’axe de l’édifice, a un plan rectangulaire de 2,56 m sur 1,51 m ; elle est particulièrement haute puisque le plafond se trouve à 2,20 m.

Le mausolée d’Henchir Bourgou (Jerba).

Le mausolée d’Henchir Bourgou (Jerba).

Henchir Bourgou, partie supérieure et plafond de la chambre funéraire.

Henchir Bourgou, partie supérieure et plafond de la chambre funéraire.

4Ses parois sont composées de quatre assises de blocs dont l’épaisseur varie de 43,5 cm à 50,8 cm, leur longueur oscille entre1 et 2 m. L’intérêt de cette chambre réside surtout dans le décor architectural qu’a reçu son plafond. Celui-ci est constitué de deux dalles parfaitement jointes qui portent un décor inspiré de l’architecture en bois ; ce décor en relief imite une couverture en troncs de palmiers sciés longitudinalement et posés alternativement à plat et sur l’autre côté ; plus exactement de bandes plates isolées alternes avec des séries de trois bandes en relief arrondi. Cette transposition en dur des plafonds en tronc d’arbres est connue dans le monde hellénistique (hypogées de Neapaphos, en Lydie par exemple), mais les architectes du mausolée d’Henchir Bourgou ont pu s’inspirer directement des techniques de construction utilisées dans le pays même. On sait que le Medracen* possède un plafond en troncs de cèdre sur toute la longueur de sa galerie intérieure et que la chambre funéraire du monument caché par le tumulus de Sidi Sliman* du Rharb (Maroc) avait une couverture en troncs de thuya. Ce genre de couverture est encore largement répandu dans toutes les régions méridionales du Maghreb.

Plan du mausolée.

Plan du mausolée.

Coupes transversale et longitudinale de la chambre funéraire.

Coupes transversale et longitudinale de la chambre funéraire.

Fragments de statue de style égyptisant : épaule droite et dos.

Fragments de statue de style égyptisant : épaule droite et dos.

5Les parois de la chambre portent une lourde corniche qui occupe les deux assises supérieures des quatre côtés. La hauteur de la corniche est de 1,20 m, c’est-à-dire qu’elle correspond à plus de la moitié de la hauteur. Elle compte six éléments, un fasce et une cimaise alternant deux fois puis deux pans coupés qui sont en encorbellement au-dessus des assises inférieures. De telles corniches existent fréquemment aussi bien dans les sépultures libyques, telles que les haouanet, que dans les tombes puniques à puits, comme à Ksour es-Saf. Leur origine punique ne fait aucun doute.

6Le plan du mausolée d’Henchir Bourgou est original, il ne se retrouve avec de légères variantes que dans deux autres monuments funéraires, le tumulus B du Sabratha en Tripolitaine et le mausolée de Beni Rhenane à Siga à l’extrémité occidentale de la Maurétanie Césarienne. Ces deux monuments datent des iiie et iie siècles et c’est à cette époque (et plus vers la fin du iiie siècle) que doit appartenir aussi le mausolée d’Henchir Bourgou. Lors du dégagement du monument, une importante quantité de tessons de poterie préromaine fut trouvée, en particulier de la céramique campanienne du iiie siècle ainsi qu’un buste archaïque de style égyptisant qui avait pu appartenir au décor du mausolée.

Haut de page

Bibliographie

Abou Ras el Jerbi M., Mu’nis al Ahibba fi Akhbar Jerba, Tunis, publ. de l’I.N.A.A., 1960, p. 77.

Barué, Compte-rendu de la marche du Service des Antiquités de Tunis, 1903, p. 26.

Guérin V., Voyages en Tunisie, 1862, t. 1, p. 214.

Lézine A., Architecture punique, P.U.F., publ. de l’Université de Tunis, s.d.

Selmi-Longerstay M., « Les haouanet de Kroumirie et des Mogods », Archaelogia, Dossier d’histoire et d’archéologie, 1982-1983, p. 10-15.

Camps G., « Nouvelles observations sur l’architecture et l’Age du Médracen, mausolée royal de Numidie », Compte rendu Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1973, p. 470-517.

Weriemmi-Akkari J., « Un témoignage spectaculaire sur la présence libyco-punique dans l’île de Jerba : le mausolée de Henchir Bourgou, REPPAL, 1, 1985, p. 190-196.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le mausolée d’Henchir Bourgou (Jerba).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1800/img-1.png
Fichier image/png, 858k
Titre Henchir Bourgou, partie supérieure et plafond de la chambre funéraire.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1800/img-2.png
Fichier image/png, 1002k
Titre Plan du mausolée.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1800/img-3.png
Fichier image/png, 459k
Titre Coupes transversale et longitudinale de la chambre funéraire.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1800/img-4.png
Fichier image/png, 67k
Titre Fragments de statue de style égyptisant : épaule droite et dos.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1800/img-5.png
Fichier image/png, 673k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Akkari-Weriemmi, « Bourgou, Henchir », Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis, Aix-en-Provence, Edisud, décembre 1991, p. 1594-1598

Référence électronique

J. Akkari-Weriemmi, « Bourgou, Henchir », in Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1800

Haut de page

Auteur

J. Akkari-Weriemmi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page