Navigation – Plan du site
10 | Beni Isguen – Bouzeis - Gabriel Camps (dir.)
B96

Bou Zert

M. Peyron
p. 1579-1584

Entrées d’index

Mots clés :

Linguistique, Maroc, Tribus
Haut de page

Texte intégral

11. — Le parler des Bni Bou Zert (Ayt Bou Sslama) est une des composantes de l’important ensemble linguistique warayni que l’on a défini comme pouvant être rattaché soit au groupe nord (Rif, Bni Iznassen, etc.) (Destaing, 1920), soit au groupe rifain (dialecte zénète) (Boukous, 1979), ce qui revient sensiblement au même. On pourrait nuancer ce propos en affirmant qu’au sein des Ayt Warayn, les Bni Bou Zert assurent une sorte de transition entre la tamazight du groupe « beraber » du Moyen-Atlas proprement dit, et les dialectes rifains.

2En effet, de part leur implantation dans la zone montagneuse du Chiker et de Bab ou Idir toute proche de Taza, les Bni Bou Zert ont subi immanquablement l’influence linguistique de leurs voisins du sud-ouest et du nord-est. Alors que de légères nuances dans la forme se remarquent par rapport au parler des Ayt Ndhir (Laoust, 1939 ; Bisson, 1940 ; Penchoen, 1973) de la région Ifrane-El Hajeb, voire même vis-à-vis de certains sous-parlers waraynis (Ighezrane, Zeruden, etc.), l’observateur ne manquera pas de relever des ressemblances frappantes avec les parlers des Bni Iznassen (Renisio, 1932) et des Bni Bou Snous (Destaing, 1907), ainsi qu’avec la taqbaylit des Kabyles.

3A vrai dire leur parler constitue un curieux amalgame qui semble provenir principalement de cinq origines :
1. Termes berbères anciens, communs aux autres parlers.
2. Termes berbères propres aux parlers dits « zénètes ».
3. Termes arabes « berbérisés », tout à fait assimilés et dont le sens a parfois évolué.
4. Termes arabes employés tels quels.
5. Néologismes dérivés du français.

Évolution phonétique

1. Contractions

4Le parler des Bni Bou Zert se distingue tout d’abord par une très nette tendance à escamoter les sons, se traduisant par des abréviations le plus souvent imputables au débit rapide :
memmis......................... mmis (fils)
izuġuras........................ izuġ-as (il lui conduit)
ggurent akidsen tsednan ........... ggurent idsen tsednan (les femmes allaient avec eux)

2. Suppression de la voyelle initiale

5Le cas de la chute de la voyelle initiale (a) marque une sorte d’atrophie du vocabulaire si l’on s’en réfère aux mots identiques du parler « beraber » :
« beraber » B. B. Z.
tadunt .......................... dunt (graisse)
ašal............................... šal (terre)
afud.............................. fud (genou)
aṭṭas.............................. ṭas (seau)

3. Évolution de l’occlusif (k) vers la chuintante (š)

6kel................................. šel (passer la journée)
aksum .......................... ašsum (viande)
takenbušt....................... tašenbušt (foulard de tête)
asekka .......................... asešša (demain)

4. Passage de (i) ou (y) → (s)

7ddunit.......................... ddunšt (monde)
lεafit............................ lεafišt (feu)
taġsayt.......................... taġsašt (courge)
taxedmiyt...................... taxedmišt (coutelas)
(mais, exception, taxenšiyt.......... taxenšilt (petit sac))

5. Permutation (ḍ) → (t)

8rḍel ............................ rṭel (prêter)
iḍudan.......................... iṭudan (doigts)
iḍelli ........................... iṭelli (hier soir)

6. Comportement de (g)

9soit disparition de (g) isignu........ asinu (nuages)
soit (g) → (y) sgem...................... syem (élever)
soit (g) → (ž) inebgawn............... inižawen (invités)

7. (b) → (m)

10adeblež.......................... demlež (bracelet)

8. Passage de (ḥ) en (ε). (qaḥ → qaε)

11x-luwel qaε yufa-nneġ lḥal di-lweqt-enn nzeddeġ dg-εyn lḥelluf = au début, en ces temps-là, nous campions tous à Aïn Hallouf.

9. Chute du (l)

12talxatemt........................ texatemt (bague)

10. Évolution ġur → ġer (chez, auprès de)

11. Passage de (ġ) → (x)

13ġifs.............................. xafs (sur lui, en lui)
aġ-am........................... ax-am (tiens, f.)

12. Passage de (x) -* (ġ) en fin de mot

14-nnex........................... nneġ (à nous, de nous)
qqimex.......................... qqimeġg (je suis resté)

13. Apparition de ε au passé de certains verbes (bdu) = commencer

15ibdaε memmis ummuš itturar akid memmis uġerda : le chaton se mit à jouer avec le souriceau.

Particularités lexicales

1. Évolution lexicale

16Le vocabulaire reflète des influences à la fois arabes et « zénètes »
« beraber » B.B.Z.
amz................................. mεan (saisir)
ddu/teddu........................ raḥ/ggur (aller)
ansa, adġar ...................... amšan (endroit)
awl.................................. mleš (épouser)
ḥma................................. baš (afin de)
εayd................................ dwel (revenir)
annay............................. yinni (voir)
iri................................... exs (vouloir)
dġi................................. tura (maintenant)
ixf................................. azellif (tête)
ayur............................... ṭziri (lune)

2. Absence de particule devant la forme d’habitude

17tamṭṭut txeddem, argaz ixeddem, tamṭṭut tzeddem, argaz išerrez = la femme travaille, l’homme travaille, la femme va au bois, l’homme laboure.
ma nhelleš tnusent, ur-žennint, ilint dima tenṭw-asent xf-nneġ = si l’on est malade elles veillent sur nous, elles ne dorment pas, elles sont toujours inquiètes à notre sujet.

3. Emploi de ttuġ pour exprimer le passé

18indeh išt n-tserdunt ttuġ-t ġer-nneġ tazuggwaġt = il conduisait une mule rouge que nous avions (cas intéressant de syntaxe berbère, l’adjectif tazuggwaġt = rouge, étant renvoyé en fin de phrase).

4. Particules de conditionnel : ma, mawur, melli

19affirmatif : ma tellit tqqimt di-dara = si tu étais assis dans le cercle.
mawur-awn-tqedd i-tmurt ad-šenhezġ x-uzellif-inu ! = si la terre ne vous suffit pas, je vous porterai sur ma tête !
dubitatif : melli ur-iufi lḥal lbaεṭ iġeddarn žar lahl-enneġ tawiyen awal i-yεadawn,
ili εamru ur-dag-nneġ qden irumiyin innša d-lḥašt ! = s’il ne s’était trouvé parmi les nôtres quelques traîtres pour renseigner l’ennemi, les Européens n’auraient jamais rien pu faire contre nous !
(ma et mawur sont les équivalents de meš et mš-ur (« beraber ») melli étant une variante de mer ou mur).

5. Particule démonstrative de rappel ou d’absence (-enn = ce, cet).

20amehbul-enn iqqim di-uxxam ur-itegg šay = ce sixième nigaud resta à la maison à ne rien faire.

6. Pronom relatif (nn-, n-) avec particule futur ġa-

21Ce nn- ou n- constitue une forme atrophiée de nna = qui (beraber) teqqlen (ḥedd
n-ġa yili am nitni d-imeqqran = ils cherchent quelqu’un qui sera du même rang social qu’eux.
ad-aš-yeġ lḥammam nn-aš ġa-ikksen lusax kter uwama ! = je vais te faire un bain public qui va te rendre plus propre que jamais !

7. Utilisation des particules de négation (uži-, uǧi- et il-)

22εlaḥeqqaš nzgid utfeġ uǧi-din yilli = parce que lors de mon arrivée il n’était pas là.
il-tett tiššin d-eqtran ! = ne mange pas des poux et de l’extrait de goudron ! (Chez les Ayt Warayn, il- semble jouer le même rôle d’impératif négatif que la forme adur en « beraber »).

8. Formation des noms verbaux

23Caractérise d’autres parlers mais présente quelques particularités chez les Bni Bou Zert :
bḍu ............................ tattut (partage)
menġ.......................... amenġi (dispute)
nzef............................ anzaf (défaillance)
umen........................... tamstumant (confiance totale)
ens............................. tamensyuft (passage de la nuit)

9. Adverbes

24zat = devant ; zdeffer = derrière ; bla = sans ; ḥalla = beaucoup ; zilš = de bonne heure ; al, alaynzi, alenzgi = jusqu’à ce que ; mamš, mimš = comment ; etc.

10. Conjonctions et locutions conjonctives

25neġ = ou bien ; nzi, nzgid, nziy = lorsque ; waxxa = même si ; ula nttat = elle aussi ; ass-enn-g = le jour où ; etc.

11. Néologismes

26Lgrud = garde forestier ; senya = signe, impératif ; kebboṭ = manteau ; žurnay = salaire d’une journée ; etc.

La syntaxe

1. Phrase verbale (schéma de base : verbe + sujet)

27partit/lion
iraḥ yizem = le lion s’en alla.

2. Phrases verbales simples (schéma : verbe + sujet + objet direct)

28souleva/avisée/sotte
thezz tmigist temhabult = l’avisée souleva la sotte, envoya/eux/cheikh/chez/gendarmes
iṣifṭ-iten ššix ġer žaḍarmiya = le cheikh les envoya chez les gendarmes.

3. Phrases complexes

29commencent/moissonneurs/préparent/têtes-d’eux/pour/ils vont travailler
bdan iššuwaln sužaden ixf-nsen baš ad-xeddmen = les moissonneurs commencent à se préparer au travail.
ixf-nsen/m.p. ixfawn-ensen
ils entendirent/aux opposants/jusqu’à matin/jour-là/avec eux/ils ont rencontrés
tsellan i-illaεzziyn ar-ṣbaḥ wass-enn ay akidsen mirawn = ils avaient seulement entendu parler des opposants le jour où ils les ont rencontrés.
j’envoyais/chez lui/tout simplement/il va venir/il va manger/comme/chasseurs/et/boire
ṣifṭeġ ġers uxellas ad-iraḥ ad-ičč am eṛṛema d-isew = je l’invitais sans protocole à venir manger et boire comme les chasseurs.

4. Phrase bi-partite

30ennemis/que/à-toi/j’ai-parlé/arrivèrent/chez nous/moment-là
iεadawn aynn-aš-enniġ xellten-nneġ lweqt-enn = les deux ennemis dont je t’ai parlé sont venus chez nous à ce moment-là.

5. Phrase en tant qu’objet direct de certains verbes

31pas/il-pouvait/il-va-sortir
ur-iqedd ad-iffeġ = il ne pouvait pas sortir.
refusa/cheval/il-va-boire
yug yyis ad-isew = le cheval refusa de boire.

6. Phrase avec forme participiale après wenn/

32qui/est-content/dans-tête-de-lui/il-se-tue
wenn isttεažben di-uzellif-ns at-ineġ ! = celui qui s’émerveille de lui-même va à sa propre perte !

7. Phrases comportant pléonasmes et/ou redondances

33ils-virent/lui/chez lui/un-œil/borgne
innyin-t-ġers / išt n-tiṭ taderġalt = en le voyant ils constatèrent qu’il était borgne, parla/le-petit/dit-à-eux
isiwl umẓẓian/inn-asen/ = le plus jeune prit la parole et leur dit.

8. Phrases comportant question adverbiale

34comment/à toi/arrivée/jusqu’à/tu-deviennes/âne
mamš-aš tṣaṛ alenzgi tedwlit d-aġyul ? = comment t’es-tu arrangé pour devenir un âne ?
qu’est-ce/à toi/arrivé/jusqu’à/tu-vas/nudité
mayn-aš ižran alenzgi teggurt d-εarian ? = que t’est-il arrivé pour que tu te promènes tout nu ?

9. Phrases non-verbales

35me-voici/au-dessus
ha-yi sennež = je suis là au-dessus.
ba-yaḥya/chez lui/barbe/et-un/bouc
ba yaḥya ġers tamart d-iǧ ukterrib = Ba Yahya a une barbe et un bouc.

Conclusion

36Le parler des Bni Bou Zert, bien que truffé d’arabismes, n’en conserve pas moins une morphologie syntactique tout à fait berbère, ainsi qu’un vocabulaire où l’on dénombre encore une quantité importante de termes anciens. Grâce à la souplesse d’emploi de la langue berbère ainsi que la faculté d’adaptation de ses locuteurs, c’est un parler qui reste bien vivace. Un observateur averti, possédant déjà les rudiments de la tamazight du Moyen-Atlas, doit pouvoir rapidement en saisir les particularités et en repérer les points d’équivalence. Cette petite étude, qui n’a guère la prétention d’être exhaustive, a été réalisée à partir d’un corpus d’une trentaine de textes recueillis sur une période de deux ans auprès de trois locuteurs différents. Le parler des Ayt Warayn en général n’a fait l’objet que de rares études ; en ce qui concerne celui des Bni Bou Zert, nous n’avons connaissance d’aucune source de documentation. Cependant, des études menées sur des parlers voisins sont signalées dans la bibliographie ci-après.

Haut de page

Bibliographie

Abdel-Massih E., A course in spoken Tamazight. aun Arbor, Michigan, 1991.

Bentolila F., Grammaire fonctionnelle d’un parler berbère. Aït Seghronchen d’Oum Jehiba, Maroc, CNRS, 1981.

Bisson P., Leçons de Berbère tamazight, Rabat, F. Moncho, 1940.

Boukous A., Le profil socio-linguistique du Maroc, in Bull. économique et social du Maroc, Rabat, 1979 (p. 5-31).

Chaker S., Textes en linguistique berbère, CNRS, 1984.

Destaing E., Étude sur le dialecte berbère des Beni Snous, Paris, 1907.

Destaing E., Étude sur le dialecte berbère des Aït Seghrouchen, Paris, 1920.

Destaing E., Dictionnaire Français-Berbère (Dialecte des Beni Snous) Paris, Leroux, 1914.

Laoust E., Cours de Berbère marocain, Dialecte du Maroc central, Paris, Geuthner, 1939.

Laoust E., Mots et choses berbères, Paris, Challamel, 1920.

Renisio A., Étude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen, etc. du Rif et des Sanhaja des Sraer, Paris, Leroux, 1932.

Pellat C, Textes berbères dans le parler des Aït Seghrouchen de la Mouhuya. Paris, Larose, 1955.

Penchoen T., Tamazight of the Ayt Ndhir, Los Angeles, Undena, 1973.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Peyron, « Bou Zert », Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis, Aix-en-Provence, Edisud, décembre 1991, p. 1579-1584

Référence électronique

M. Peyron, « Bou Zert », in Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1796

Haut de page

Auteur

M. Peyron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page