Navigation – Plan du site
10 | Beni Isguen – Bouzeis - Gabriel Camps (dir.)
B89

Boqala (Buqala)

E.B.
p. 1563-1564

Texte intégral

1Pratique divinatoire qui est devenu un jeu accompagné de courts poèmes, récités ou improvisés, qui sont interprétés comme des présages. Le jeu de la Boqala était surtout en vogue dans les vieilles cités historiques d’Algérie : Alger et ses environs, Koléa, Cherchel, Miliana, Blida, Médéa, mais aussi Dellys et Bougie. Il a été aussi signalé en Tunisie. S. Bencheneb l’annonçait comme pratiquement disparu après la Grande Guerre. Il a curieusement repris vigueur récemment et on assiste même dans certains milieux néo-citadins à une recrudescence de la pratique divinatoire.

2Seules les femmes interrogent la Boqala, aussi est-il difficile de trouver à cette coutume une origine turque sous prétexte que le même comportement est connu en Turquie et en Grèce. Le fait même que l’interrogation de la Boqala soit le fait des chrétiens orthodoxes aussi bien que des musulmans incite plutôt à rechercher ses origines dans un vieux fonds de traditions magiques méditerranéennes.

3Le jeu est donc pratiqué par les femmes et toujours de nuit, de préférence la veille du mercredi, du vendredi et du dimanche. L’élément indispensable, qui a donné son nom à la pratique, est un récipient de terre à deux anses, rempli d’eau que l’officiante, généralement une femme âgée, tient en équilibre sur ses deux pouces tendus à hauteur du visage. Important aussi est le kanoun qui sert à la fumigation préalable. Au début de la cérémonie le récipient subit, en effet, une fumigation d’herbes aromatiques ou de feuilles odoriférantes (benjoin, henné, laurier-rose, etc.). Puis l’officiante fait une invocation qui commence toujours par un appel à Dieu. Les autres thèmes du rituel sont simples ; ce sont, dans l’ordre, la nouaison de la ceinture par une jeune fille vierge ou tout autre femme qui peut aussi nouer un mouchoir ; le nœud subsiste pendant tout le temps de l’improvisation qui porte le même nom que la cérémonie mais au pluriel (bwaqal). Pendant cette récitation ou improvisation les participantes qui ont noué ceinture ou mouchoir pensent à une personne. Les poèmes dits, on les interprète et on tire des présages s’appliquant à la personne évoquée en pensée, pour les vérifier on examine le récipient toujours tenu en équilibre sur les pouces : il doit tourner vers la droite si l’interprétation est vraie, vers la gauche si elle est erronée.

4D’autres rituels peuvent être observés, comme celui qui consiste à jeter dans le récipient rempli d’eau des bijoux appartenant à plusieurs assistantes. Le poème s’appliquera à la propriétaire du bijou ou de l’objet qui sera retiré en premier de la Boqala.

5Plusieurs auteurs ont eu le mérite, comme S. Bencheneb, de recueillir un corpus des bwaqal anciens. Le jeu de la Boqala a fait l’objet d’une série d’émissions radio-phoniques à Alger en 1974-1975 qui a connu un durable succès et contribua à la renaissance de cette antique pratique devenue un simple jeu par l’extirpation volontaire de tout son caractère magique antérieur et par la valorisation de la littérature orale.

Haut de page

Bibliographie

Bencheneb S., « Du moyen de tirer des présages au jeu de la Boqala », Annales de l’Institut d’Études orientales, Alger, t. XIV, 1955, pp. 19-21.

Oulid Aissa Y., « Le jeu de la Boqala, poésie divinatoire », L’Islam et l’Occident, Cahiers du Sud, 1947, pp. 334-339.

Bertrand M., Le jeu de la Boqala, Publisud, Paris, 1983, 115 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E.B., « Boqala (Buqala) », Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis, Aix-en-Provence, Edisud, décembre 1991, p. 1563-1564

Référence électronique

E.B., « Boqala (Buqala) », in Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis [En ligne], mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1787

Haut de page

Auteur

E.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page