Navigation – Plan du site
10 | Beni Isguen – Bouzeis - Gabriel Camps (dir.)
B82

Blida

Blidah, Blida, El Boulaïda
M. Cote
p. 1536-1539

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, Géographie, Villes
Haut de page

Texte intégral

1Blida ne peut se prévaloir d’une grande ancienneté comme Tlemcen ou Constantine. Elle est, comme Alger, une fondation tardive en Algérie : elle a été créée au XVIe siècle. Deux éléments ont été à l’origine de cette création : la présence sur les bords de l’oued Roumman-El Kebir d’un saint local de grande notoriété, Sidi Ahmed el Kbir, et l’arrivée d’un groupe d’Andalous originaires de la région de Valence. Sidi Ahmed les installa à proximité, puis en 1535, avec l’appui du Pacha d’Alger Kei-reddine, il fonda pour eux une cité. Les Andalous apportèrent avec eux leurs techniques d’irrigation, et la culture des agrumes ; ils entourèrent la ville de plantations qui devaient en faire la renommée.
« Sous l’impulsion intelligente des Andalous, la Petite Ville prospéra rapidement ; elle était devenue, en peu de temps, l’entrepôt du commerce du Tithri et du Sud, avec la capitale de la Régence et les villes du littoral de la Province d’Alger. Puis, lorsque fut créée la forêt d’orangers, les Turcs et les Raïs qui s’étaient enrichis soit dans les razzias sur les tribus arabes, soit dans la course sur les vaisseaux des Chrétiens, firent de Blida leur ville de plaisance » (Trumelet, 1887).

2Ville de plaisir, et de beauté — « la petite Rose ». Mais ville menacée aussi. Car elle s’est trouvée soumise à des tremblements de terre répétés : en 1601, 1716, 1825, 1867. Le plus grave fut celui de 1825 : la ville comptait alors 6 000 à 7 000 habitants, composés d’Andalous, Arabes, Turcs, Koulouglis, Juifs, Mozabites ; or le séisme fit périr la moitié de cette population ; lors de l’arrivée des troupes françaises en 1830, la ville n’était que partiellement relevée.

3Pénétrée par Clauzel dès 1830, occupée définitivement en 1839, elle devint ville de garnison. Des quatre mosquées, l’une fut donnée au culte catholique, une transformée en caserne, les deux autres laissées aux Musulmans. La ville se construisit progressivement, faisant table rase de ce qui avait échappé au séisme : il n’existe pas de medina aujourd’hui à Blida. Aux portes, furent créés trois villages de colonisation, Joinville et Montpensier en 1843, Dalmatie en 1844.

4Au xxe siècle, Blida ressemblait à quelque sous-préfecture française, coquette au milieu de ses vergers. André Gide a célébré sa beauté. Elle comptait 44 000 habitants en 1954 (dont 15 000 Européens).

Un site méditerranéen très classique

5Blida répond à un site de piémont, comme il en existe beaucoup dans le monde méditerranéen, et une quinzaine dans la seule Mitidja. Elle est en effet au contact de l’Atlas Blidéen au sud, qui dresse ses 1 600 m d’altitude, et de la plaine de la Mitidja qui s’ouvre au nord. Cette situation lui permet d’assurer l’unité montagne-plaine, de bénéficier des complémentarités traditionnelles entre ces deux mondes.

Blida et la Mitidja (Dessin M. Côte)

Blida et la Mitidja (Dessin M. Côte)

6Elle est localisée sur un cône de déjection construit par l’oued Roumman-El Kebir, qui aujourd’hui est rejeté sur le côté ouest du cône, et en contrebas. Ainsi — et c’est là le second avantage de la ville — le cône lui-même, surélevé, bien égoutté, et à l’abri des inondations, constitue un bon site pour l’urbanisation, de même que ses sols, légers et fertiles, étaient très favorables à l’arboriculture, et avaient assuré le succès des agrumeraies.

7Ce site n’est pas sans imprimer sa marque sur le tissu urbain, fortement charpenté en éventail, les grandes artères et routes épousant les radiales du cône. Il commande également le mode d’extension récent de l’urbanisation : à partir du triangle urbain initial, limité à l’est par le versant montagneux et au sud par la vallée de l’oued, l’urbanisation a progressé vers le nord et l’ouest, entre les branches de l’éventail : c’est là que se sont multipliés au cours des 15 dernières années les quartiers d’habitat et les grands équipements. Mais c’est là aussi que se situaient les plus belles orangeraies de la région...

Un rôle régional avorté

8Sise sur son piémont, au centre de la Mitidja, à peu près à égale distance des ailes ouest et est, la ville dispose d’une très belle situation de commandement. Les gorges de la Chiffa et le couloir de Bou Medfa, bien que décalés un peu à l’ouest, lui assurent le contrôle des liaisons vers le sud (Médéa, Djelfa) et l’ouest (Chlef, Oran). Il y avait là une position de métropole régionale. Blida n’est pas devenue métropole : son influence se limite à l’Atlas et à la Mitidja ; sa wilaya est petite ; elle n’est même pas capitale de toute la Mitidja, car concurrencée administrativement à l’ouest et à l’est par de nouvelles wilayate (Tipaza et Boumerdes), économiquement dans la plaine par le gros centre de Boufarik qui concentre les fonctions de commandement agricole et de transformation agro-alimentaire.

La ville de Blida.

La ville de Blida.

9La raison de ce paradoxe est simple : Blida est à l’ombre de l’agglomération algéroise (2 millions d’habitants), qui est située à moins de 50 km. Elle n’a donc guère de rôle propre. De tout temps elle a fait figure de complément de la capitale : ville de repos et de plaisir à l’époque turque, ville relais et garnison militaire au xixe siècle, ville doublet d’Alger aujourd’hui : lui est dévolu le rôle d’accueil des fonctions et équipements qui ne trouvent plus place dans la capitale engorgée. C’est ainsi qu’elle a accueilli une Université (8 000 étudiants), un centre national de maintenance de la Sonatrach, des zones d’habitat nouvelles destinées à absorber la population que l’on ne voulait pas voir « tomber » sur la capitale. L’intensité des liaisons quotidiennes entre les deux villes traduit ce rôle de doublet. Blida a bénéficié de la déconcentration des activités algéroises, pas d’une véritable décentralisation lui assurant une autonomie.

Une grosse agglomération aujourd’hui

10Blida comptait 44 000 habitants en 1954, elle en compte 180 000 aujourd’hui. Le boom s’est produit à l’occasion de la guerre et de la phase du grand développement algérien. Blida a servi de filtre à l’exode rural généré à partir de tout le pays vers la capitale. De 9e ville du pays par la taille en 1954, elle est passée au 5e rang en 1977 (et 6e en 1987, ce qui traduit un relatif tassement du mouvement). Le développement industriel n’a pas suivi cette progression : les unités, couvrant principalement les matériaux de construction et l’agro-alimentaire, sont en majorités privées, et de petite taille. Au total 6 500 emplois industriels. A l’écart, la base logistique de la Sonatrach à Beni Mered couvre 102 ha et fournit 3 000 emplois.

11Les problèmes de logement sont également cruciaux, malgré les programmes de grands ensembles réalisés par l’État. La poussée urbaine a provoqué l’intégration dans le tissu urbain des vieux noyaux des villages de colonisation, le jaillissement des immeubles anonymes, la prolifération des habitats illicites (sans permis de construire) réalisés par les catégories modestes à moyennes (quartiers de Bou Arfa, de Ouled Yaich). Quelques peu bousculés dans une ville qui maîtrise mal sa croissance, les Blidéens ont le recours de retrouver calme et beauté en montant à la station d’altitude de Chréa (1 450 m)*, reliée aujourd’hui par téléphérique.

Haut de page

Bibliographie

Blida, Chréa, les gorges de la Chiffa, Coll. Africa Nostra, Montpellier, 1985, 118 p.

Deluz Mme I., « Les quartiers spontanés, une forme d’habitat parasitaire ou une réponse appropriée au problème du logement ? Cas de Blida », Colloque Habitat Urbanisme, Constantine, 1984, 20 p.

Mutin G., La Mitidja, décolonisation et espace géographique, O.P.U., Alger, 1977, 607 p.

Planhol X. de, « La formation de la population musulmane de Blida », Revue de Géographie de Lyon, 1961, pp. 219-229.

Trumelet Colonel C, Blida, récits selon la légende, la tradition et l’histoire, Jourdan, Alger, 1887, 1040 p.

Weexsteen R., « Stabilité et instabilité de la population à Blida », 2’Colloque Géographie Maghrébine, Alger, 1970.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Blida et la Mitidja (Dessin M. Côte)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1767/img-1.png
Fichier image/png, 377k
Titre La ville de Blida.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1767/img-2.png
Fichier image/png, 594k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Cote, « Blida », Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis, Aix-en-Provence, Edisud, décembre 1991, p. 1536-1539

Référence électronique

M. Cote, « Blida », in Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis [En ligne], mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1767

Haut de page

Auteur

M. Cote

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page