Navigation – Plan du site
10 | Beni Isguen – Bouzeis - Gabriel Camps (dir.)
B81

Blé

J. Erroux
p. 1526-1536

Entrées d’index

Mots clés :

Agriculture, Linguistique
Haut de page

Texte intégral

1En Afrique du Nord, le blé (surtout le blé dur et à un moindre degré, le blé tendre) représente et a toujours représenté une ressource alimentaire importante : les grains de cette céréale noble interviennent en effet dans l’alimentation humaine, en concurrence avec ceux de l’orge*.
a. Le blé dur (Triticum durum Desf.) érigé au rang d’espèce pour la première fois par le botaniste français Desfontaines en 1798, après ses voyages en « Barbarie », semble très ancien en Afrique du Nord, dans les régions telliennes. Il a remplacé de bonne heure l’Amidonnier (Triticum dicoccum Schrank) qui semble avoir été le blé le plus répandu autour de la Méditerranée au cours de la Préhistoire et de l’Antiquité classique où il était probablement connu sous le nom de far. L’Amidonnier en Afrique du Nord a été signalé par Miège dans l’Ouergha, par Ducellier à l’état d’impuretés dans les cultures d’avoine algériennes, par nous-mêmes au Fezzan : ces trouvailles sporadiques indiquent bien qu’il est en voie de disparition, ce sont les derniers témoins d’une agriculture archaïque.

2Par contre, le blé dur, voisin phylogénétiquement de l’Amidonnier dont il dérive et appartenant comme lui au groupe des blés tétraploïdes, présente actuellement un grand nombre de formes en Afrique du Nord, et plus particulièrement en Algérie. En Algérie, il existe au moins 22 variétés botaniques différentes et à l’intérieur de ces variétés botaniques, un grand nombre de races. Ce polymorphisme avait incité Vavilov et Orlov à considérer l’Algérie, sinon comme un « centre primaire d’origine » des blés durs, ou du moins comme « un centre secondaire de diversification ». Il ne faut pas oublier que cette diversification sur place exige un temps assez long, ce qui suppose que le blé dur existait en Afrique du Nord avant les invasions arabes, puisqu’il avait remplacé de bonne heure l’Amidonnier dans les pays bordant la Méditerranée.

3D’ailleurs Galien (iie siècle av. J.-C.) fait allusion au blé dur sous le nom de semi-dalites et Pline (Hist. Nat., livre XVIII, XX 89) indique que la « similago » ou semoule faite avec le blé d’Afrique était la meilleure (d’après Jasny). L’ancienneté de cette céréale en Afrique du Nord a donc entraîné une grande diversité de formes que les cultivateurs locaux ont su reconnaître et apprécier diversement, d’où la richesse de la nomenclature.
b. Le blé tendre (Triticum aestivum L.) est également présent en Afrique du Nord depuis longtemps, mais sa culture spéciale dans les régions telliennes est plus récente (période coloniale) ; il existait autrefois surtout à l’état d’impuretés dans les champs de blé dur. D’ailleurs les noms indigènes dans ces régions sont beaucoup moins nombreux que pour le blé dur.

4Par contre, dans les oasis sahariennes, le blé tendre est probablement très ancien. Il représente actuellement, après une longue évolution sur place, grâce à l’isolement des oasis, un stade de l’évolution des blés hexaploïdes à partir peut-être des premiers blés cultivés par les Néolithiques sahariens. Car les blés tendres cultivés au Sahara, à l’état de mélanges (populations), présentent des caractères spéciaux (type inflatum) mais comportent des formes speltoïdes (c’est-à-dire très voisines des Épeautres à grain nu considérés parfois comme étant les premiers blés tendre cultivés par l’homme), des formes compactoïdes (blés compacts rappelant ce que Schiemann appelle Triticum aestivo-compactum Schiem.), des formes sur lesquelles l’aspect speltoïde ou compactoïde s’est atténué ou a disparu (bien que les blés sahariens restent en général de compacité assez forte). La persistance de ces formes très diverses, marquant des stades dans l’évolution des blés hexaploïdes, a frappé les jardiniers sahariens qui savent les distinguer, d’où la richesse de la nomenclature utilisée sur place.

A. Les appellations des blés durs

5Les appellations indigènes sont très nombreuses, mais une appellation donnée ne se rapporte pas à une variété botanique précise, mais par exemple à toutes celles dont la couleur ou la forme des épis sont les mêmes. A l’inverse, sous l’influence de considérations diverses (aptitudes culturales, résistance à la sécheresse, productivité, etc.) les indigènes donnent des noms différents à des formes qui sont groupées par les botanistes à l’intérieur d’une même variété. Enfin, un même nom s’applique à des formes différentes, suivant les régions où l’on se trouve.

6Les listes ci-dessous ne peuvent être établies qu’après :
1. une prospection botanique des blés aussi complète que possible, mais il est nécessaire de reconnaître que les inventaires dressés ne peuvent avoir la prétention d’être exhaustifs.
2. une enquête auprès des agriculteurs :
— pour reconnaître et définir les appellations en usage dans les différentes régions ;
— pour définir, dans un mélange de blés (population) désigné par une appellation locale, le type de blé prédominant responsable, par son aspect ou ses qualités, de cette appellation.

7Les appellations relevées ci-dessous ont été étudiées dans le cadre de ces prospections et enquêtes qu’il aurait été souhaitable de pouvoir continuer.
Adjini (Aini) ou Hadjini (hağini) Correspondant à de nombreux types, cultivés dans l’Est algérien, appartenant à des variétés botaniques différentes (leucomelan Al., melanopus A., apulicum Körn.) mais toutes caractérisées par un épi très compact, ovale, souvent recourbé et à barbes déjetées, de couleur noire. Les fellahs ont très longtemps apprécié leurs grains courts, bossus, de couleur ambrée et claire.

8Aïcha el beïda, beïda (el beyda)
Appellation donnée à un blé à épi blanc et à barbes blanches (var. leucurum Al.)

9Aouedj (єaweğ)
Cette appellation recouvre tout un groupe de blés, auxquels on donne les noms de Richi, Bou richa, El Aoudja, de Seba el Haldjia, Sbaa er Roumia, Nap el Bel, Djenah en Nacer, Chergui. Tous ces blés sont caractérisés par la longueur de leur glume, par leur grain long et arqué, par leur paille élevée et leur ressemblance avec le blé de Pologne, Triticum polonicum L.

10Azizi (єzizi)
Appellation relevée à Batna et dans l’Aurès pour un blé à épi allongé, lâche, étroit, à section carrée, velu, rouge, à barbes noires (var. Apulicum Körn.).

11Belioni (beliwni)
Ce nom s’applique à des blés ayant soit un épi rouge lisse, soit un épi rouge velu, soit un épi blanc, mais toujours de forme allongée droite, de même largeur au sommet et à la base, barbes noires ou roussâtres. Le grain est gros, ambré et très estimé par les Maghrébins.

12Bidi (Bahi)
Ensemble de blés particulièrement bien adaptés aux terres noires et fraîches de l’Est algérien, appelés Mahmoudi en Tunisie. Leurs épis blancs, glabres triangulaires, courts, légèrement aplatis, portent des barbes noires divergentes, produisent des grains assez gros, ambrés (var. leucomelan Al.).

13Caïd Eleuze
Très semblable au Mahmoudi (région de Sétif).

14Caïd de Siouf
Épi très compact, court, triangulaire, de couleur noire (var. provinciale AL).

15Cheba (ceba)
Dans les mélanges cultivés dans l’Ouest de la région d’Oran. Épi blanc, allongé, de section carrée de compacité faible, à barbes noires (var leucomelan Al.).

16Chetia (Blé Boghar) (cetla)
Cette appellation s’applique à des blés à épi velu presque rectangulaire, à section carrée, lâche, à grain translucide et ambré (var. melanopus AL). Régions de Médéa, Berrouaghia, Tissemsilt (ex Vialar), Tiaret.

17Djoul (ğul)
Appellation du département de Constantine pour le blé Hedba (cf. ci-dessous).

18Fassi
Ensemble de blés à épi compact, blanc, velu, à barbes noires, à grain court, bossu, ambré. La compacité de l’épi rapproche ces blés de ceux qui sont appelés Adjini, Mahmoudi, Zedouni et qui sont parfois groupés par les botanistes sous le nom de T. durum Desf., var. compactum Ser. Les fellahs apprécient le blé Fassi (= Labe-ter, petit Fassi) dans les régions de Derrag (ex Letourneux), Aïn-Boucif (var. melanopus Al.). Hached (Hechyede, Hechadi)

19Ce nom s’applique à de nombreux types appartenant à des variétés botaniques différentes (var. hordeiforme Host., var murciense Körn., var. Reichenbachi Körn.), mais ces types ont en commun un épi droit, étroit, lâche, à section carrée, souvent de couleur blanche et à barbes décolorées (var. affine Körn.), mais parfois l’épi est rouge ou rougeâtre le plus souvent à barbes décolorées. Les grains sont rouges dans le cas des var. affine Körn., murciense Körn., Reichenbachi Körn, et déprécient la valeur des récoltes traditionnelles pour la semoulerie.

20Hamra (Hamira)
Les noms de couleur sont particulièrement imprécis et c’est ainsi que tous les blés à épis rouges, durs ou tendres, sont susceptibles d’être appelés Hamra. Le plus souvent, dans le cas du blé dur, ce nom s’applique à des blés à épi rouge, velu, très allongé, légèrement aplati, lâche, à barbes noires, à grain translucide ambré (var. apulicum Körn.).

21Hedba
Ce nom désigne les blés à épi triangulaire, allongé, lisse, blanc, noircissant sur le dos des glumes, à barbes fortes et noires et à grain ambré clair, translucide. Dans l’Algerie centrale, cette appellation correspond à la définition ci-dessus et se retrouve à Aïn-Bessem, Sour el Ghozlane, Meden, Tissemsilt, Teniet el Haad.

22Jenah Rhetifa (Jenah γtifa – aile d’hirondelle)
Épi noir violacé (voir Kahla) sur fond roux, d’où un aspect bigarré.

23Kahla (Kohili)
Cette appellation faisant appel à la couleur s’applique à tous les blés présentant une teinte noire plus ou moins marquée sur tout ou partie de l’épi : mais souvent un blé à épi blanc et à barbes noires est appelé Kahla ! Ce terme recouvre donc de nombreuses variétés botaniques (var. coerulescens Bayle, var. provinciale Al, var. obscurum Körn.). Madona, Kohili, Jenah Rhetifa sont considérés comme synonymes.

24Labeter (voir Fassi)Madona (voir Kahla)
Mahmoudi (mahmudi)
Le groupe des blés Mahmudi est très cultivé dans la région nord de Sétif. Ces blés ne doivent pas être confondus avec ceux appelés également Mahmudi en Tunisie et qui correspondent aux blés Bidi algériens. Les Mahmudi de la région Nord sétifienne sont à épi blanc, velu, compact, aplati, triangulaire plus ou moins élargi. En général le grain est clair, ambré, très recherché (var. melanopus Al.)

25Mazouza (mazuza)
Blé de Mascara, ressemble au Hedba, mais l’épi est velu (var. melanopus AL).

26Medeba
Appellation rencontrée au sud-est de Constantine et dans l’Aurès. Épi droit, rectangulaire, velu, blanc, à barbes blanches, à grain ambré clair (var. Valencia, Körn).

27Mekki
Appellation désignant des blés cultivés dans la région d’Aïn Regada et de Souk-Ahras. Il s’agit d’un Adjini rouge velu à grain ambré (var. apulicum Körn.). Faut-il y voir un blé supposé originaire de la Mecque ? Il est appelé aussi Romani (L’Amekkaoui, décrit par Ducellier est un blé très voisin du T. durum, originaire du Hoggar et à caractère intermédiaire).

28Merouani (merwani)
Il s’agit d’un blé de teinte sombre, souvent appelé aussi Kahla, en raison de sa couleur rouge noire, pruineuse. L’épi est de forme un peu ovale, légèrement aplati, le grain est ambré (var. erythromelan Körn.).

29Mohamed ben Bachir
Ce nom est localisé dans la région au nord de Sétif et s’applique à une population de blés estimés par leur qualité et leur productivité, et caractérisés par leur épi rouge, velu, triangulaire, souvent compact à barbes noires. Le grain est de couleur ambrée (var. apulicum Körn.).

30Zedouni (zduni)
Ce nom s’applique à des blés ressemblant aux Adjini, mais à épi velu, soit à barbes noires (var. melanopus AL), soit à barbes blanches (var. valenciae Körn.). La compacité des épis est particulièrement forte (T. durum Desf. var. compactum Ser.) dans les formes décrites de l’Aurès par l’Américain Scofield.

B. Les appellations des blés tendres

a. Dans les zones telliennes

31Dans les régions telliennes, les appellations employées pour désigner les blés tendres de présence ancienne dans les cultures (à l’exclusion des blés tendres introduits par les Européens, considérés cependant comme des blés de pays en raison de leur bonne adaptation culturale, et à plus forte raison à l’exclusion des blés créés par hybridation par les sélectionneurs) sont peu nombreuses, puisque les Maghrébins ne s’intéressaient pas spécialement à la culture du Triticum aestivum L. dont les différents types reconnus se présentaient seulement comme des impuretés dans les emblavures de blé dur, impuretés souvent envahissantes autrefois et capables de le redevenir dans certaines circonstances.

32Bou zeloum (bu zellum)
Cette forme ancienne rencontrée dans les emblavures indigènes autrefois et décrite par Trabut (qui indiquait qu’elle était considérée comme une mauvaise herbe), puis par Ducellier, est caractérisée par son épi parfois pruineux, rougeâtre, peu compact, à barbes fortes divergentes, à grain petit et rouge. Elle se rattache à la variété botanique ferrugineum Al. Le Bou zeloum blanc diffère par la couleur de son épi (var. erythrospermum Körn.).

33Babous el brel (babus el bγel – queue de mulet)
Appellation figurant dans la Flore analytique et Synoptique d’Algérie-Tunisie de Battandier et Trabut. Voir ci-dessous.

34Bou jelida (budlidi)
Appellation surtout usitée en Tunisie. Voir ci-dessous.

35Hachadi (hacadi)
Désigne une forme ancienne, décrite en particulier dans la région Médéa-Berrouaghia par Ducellier. Ce nom s’applique aux blés tendres possédant un épi blanc, très dense, très rude ; à glumes fortement coudées et ventrues ; à barbes fortes divergentes ; à grain rougeâtre ou brun rouge. Ces blés se trouvent toujours en mélange dans les cultures traditionnelles de blé dur (var. erythrospermum Körn.). Tous ces blés d’origine ancienne étaient devenus rares à partir de 1923 (Ducellier) ; mais à partir de 1950, à la suite de l’emploi imprudent de grains prélevés comme semence sur des lots destinés à la minoterie, les agriculteurs, même en dehors du milieu traditionnel, ont vu réapparaître des formes très voisines, à épi barbu blanc, rude, à glume carénée comme celle du blé dur, à grain rouge souvent confondu avec celui du blé dur, surtout lorsqu’il est corné comme celui de beaucoup de blés tendres cultivés en zones arides ou semi-arides. Ce blé recevait le nom de Guelia (racine aqli : cuire, en raison de la couleur rousse du grain qui aurait été roussi à la chaleur ?) et ressemblait aux Babous el brel ou aux Bou jelida (var. erythospermum Körn.).

b. Dans les oasis du Sahara

36Les appellations sont beaucoup plus nombreuses et s’appliquent à des formes très diversifiées : les formes typiquement sahariennes sont caractérisées par leurs glumes courtes, larges, renflées, terminées souvent par des becs coudés, par leurs glumelles portant, chez les formes mutiques, des becs curieusement courbés en crochet et souvent renflés en lobe à leur base.

37Ali ben Maklouf (Ali ben maxluf)
Dans la vallée de la Saoura et dans les oasis du Touat, ce nom s’applique surtout aux formes speltoïdes, à épi blanc velu, à glumes droites possédant une carène marquée jusqu’à la base et enserrant étroitement un grain petit, jaune pâle, comprimé. Beaucoup de ces formes se rattachent à la variété botanique khorassanicum Vav. Mais ce nom s’applique aussi à des forme à caractères speltoïdes moins accentués, tout en conservant un aspect analogue, souvent à grain rouge. D’après les indications recueillies par le Dr Foley les locataires des jardins sèment en général ce blé en concurrence avec le Djeghloul (voir ci-dessous). Ils payent leur loyer avec les grains de ce dernier et gardent de l’Ali ben Maklouf pour leur consommation parce que l’épi résiste mieux aux dégâts des oiseaux (caractère speltoïde des glumes enserrant étroitement le grain qui, en contre partie, est difficile à battre) parce que le grain leur fournit un couscous et un pain de qualité supérieure.

38Aourig (Awrig)
Au Fezzan, ce nom est aussi celui d’une datte et d’un palmier peu appréciés. Le blé désigné par ce nom est dédaigné des cultivateurs qui le considèrent comme une mauvaise herbe ; son épi blanc, barbu, glabre, lâche, allongé et mince, à carène marquée jusqu’à la base, fournissant un grain allongé, étroit, de couleur rouge (rappelant un peu la datte désignée par le même nom) n’a plus l’aspect saharien des blés habituellement cultivés dans les oasis ; il se rattache aux blés de la variété botanique erythrospermum Körn. décrits plus haut, des régions telliennes.

39Baharoui
Le blé Aourig est souvent désigné aussi par le nom de Baharoui, en particulier dans les oasis du Châti, tout se passant comme si les Oasiens du Fezzan considéraient que les blés méritant ces appellations étaient étrangers au Sahara. En effet, Baharoui dérive de Bahr qui signifie non seulement lac ou mer, mais encore marigot, cours d’eau. On sait en outre que les habitants du Tchad désignent sous le nom de Bahr les lagunes séparant les îles du lac Tchad, lui-même appelé Bahr el Kebir. Le terme de Baharoui, ainsi que les blés décrits ci-dessus (var. erythrospermum Körn.) est particulièrement fréquent dans la région de Mourzouk, d’où part une piste qui, par Gatroun, se dirige vers le Tchad et par laquelle des introductions de blés étrangers ont pu se faire grâce aux mouvements caravaniers. Les blés de la variété botanique erythrospermum sont abondants au Kanem.

40Bahmoud (Bahmud)
A Timimoun, ce nom est donné à un groupe de blés assez semblables à Ali Ben Maklouf.

41Bahatane
Les blés Bahatane, rapportés du Hoggar par le Dr Maire, ou reçus du R.P. Langlois, en provenance d’El Goléa, ressemblent aux blés Soukni (voir ci-dessous).

42Bekma
Nom relevé plus spécialement au Fezzan (Mourzouk, Sbitat, Messegouin), voir Fartass et Fritissa.

43Bel Mabrouk (Ben el Mabruk)
Ce nom, fréquent dans les régions de Timimoun, Adrar, Aoulef, s’applique à des blés possédant un épi à barbes courtes, blanc, velu, de compacité relativement peu élevée, effilé, légèrement aplati, très fructifère, fournissant un beau grain jaune clair (var. submeridionale inflatum Palm.). Ce sont des blés typiquement sahariens par leurs barbes courtes (breviaristatum) leur épi velu, et surtout leurs glumes larges à bec coudé associées à des glumelles portant des arêtes tordues à la base (caractères inflatum). Ils sont très appréciés des Oasiens.

44Bent Embarek
Ce nom, employé dans la région d’In Salah et du Tidikelt, couvre une grande diversité de formes botaniques différentes, mais possédant en commun un épi blanc, velu, compact à section carrée, spatulée au sommet. Les glumelles, à la base de l’épi, portent des becs fortement recourbés, devenant de courtes barbules au sommet de l’épi.

45Bouch (buš) (Bouchi, Bouchouk)
Cette appellation surtout connue au Fezzan et qui se retrouve à Illizi (ex Fort Polignac) et à Djanet, désigne des blés à caractères sahariens atténués ou nuls. Ces blés présentent un épi blanc, velu, barbu, compact, de forme rectangulaire, à section carrée, de forme trapue. Certains pensent que les termes synonymes de « Jenadbi » ou « Jendoubi » viendraient du fait que cette forme trapue évoque le Jendeb, grillon particulier au nom évocateur : Brachytrypes megacephalus Lef. Ces blés, lorsqu’ils n’ont plus les caractères sahariens, sont à rattacher aux variétés botaniques hostianum Clem. (grain rouge) ou meridionale Körn. (grain blanc), mais il existe de nombreux types à barbes coures, ou à caractères inflatum, faisant transition avec les formes sahariennes.

46Bou Chouka (bu šuka), Khalouf (xaluf)
Le terme de Khalouf a été relevé à Ouargla par le Dr Passager (1957), il est synonyme de Bouchouka relevé par Ducellier dans le nord du Sahara. Ces appellations désignent des formes speltoïdes, à épi à barbes courtes, blanc, assez lâche, de forme allongée, mince, grêle, cylindrique. Les glumes carénées évoquent celles des épeautres et le grain est difficile à séparer des enveloppes. Ces blés sont en vois de disparition.

47Chedjera (céğera)
Ressemble au blé Bouch, est cultivé dans la vallée de la Saoura (Ducellier).

48Cheguira (cegira)
Ressemble au blé Bouch (Hoggar, R. Maire ; Sahara oranais, Dr Passager et Barbançon).

49Djeghloul (ğe γlul)
Ce nom s’applique à des blés du Gourara présentant un épi dense, rouge, velu, à barbes courtes dressées, à grain jaune clair. Les caractères speltoïdes de ce blé sont bien marqués, mais les grains sont plus faciles à égrener que celui du blé Ali Ben Maklouf (voir plus haut). Ces blés se rattachent à la variété botanique subturcicum inflatum (mihi.).

50El Khambra-Hamra
Ce nom évoquant la couleur rouge des épis est très imprécis et recouvre de nombreuses formes n’ayant en commun que les caractères : mutique, rouge, velu, de l’épi. Dans le Tidikelt, le Touat, le Gourara, il s’agit de formes à caractères de blés tendres sahariens inflatum (var. transcaspicum Vav.) à grain blanc, à épi ovale, légèrement aplati. Dans le Hoggar, à côté de types analogues, mais à grain rouge (var. turcomanicum Kob.), le nom de Hamra désigne aussi des blés à affinités speltoïdes, à épis moins compacts avec des glumes rappelant celles des épeautres (à rattacher aux variétés botaniques transcaspicum Vav. et turcomanicum Kob.). C’est le Khamra de L. Ducellier.

51El Klouf
Cette appellation, relevée autrefois par Ducellier, correspond à des blés très compacts (compactoïdes) à épi en massue, blanc, velu, à barbes courtes et à grain blanc. Ces formes sont très répandues dans les oasis sahariennes (var. subsericeum inflatum Vav. et Kob.).

52Farina
Cette appellation, très générale dans les territoires du Nord pour désigner le blé tendre, se retrouve au Fezzan avec une constance remarquable pour désigner des blés ressemblant au Khamra du Hoggar. Ces blés sont en effet à caractères speltoïdes, avec un épi rouge velu, sans barbes, de compacité assez faible, de forme cylindrique, à grain jaune clair ; ils sont à rattacher à la variété botanique transcaspicum Vav. Le terme « Farina » désigne aussi des blés très voisins, mais plus compacts et n’ayant plus les caractères speltoïdes. Par suite, ces blés sont plus faciles à égrener. Au point de vue agricole, les Fezzanais considèrent les Farina comme des blés remarquables en raison de leur résistance à l’égrenage et à la verse, mais ils sont difficiles à battre (pour les types speltoïdes). Leurs rendements sont seulement passables, mais la farine qu’ils donnent est appréciée.

53Farass (Fritissa)
Le nom de Fartass (chauve) et son diminutif de Fritissa s’appliquent en Afrique du Nord à tous les épis non barbus, qu’ils soient véritablement mutiques, faiblement barbulés, voire même à barbes courtes. L’emploi de ce terme est donc très large et s’applique à de nombreuses variétés botaniques, dans de nombreuses régions. Au Fezzan cependant, il s’applique plus généralement aux blés possédant un épi blanc velu, compact, de forme rectangulaire, à section carrée, le plus souvent à grain rouge (à rattacher à la variété botanique heraticum Kob.). Ces blés sont en outre remarquables par les appendices prolongeant les becs de glumelles et recourbés en forme d’hameçon ou portant des lobes (appendices souvent caractéristiques des blés inflatum). Il s’applique aussi à un type très voisin, mais beaucoup plus compact le plus souvent à grain jaune clair (variété botanique khorassanicum Vav.). Suivant les localités, l’appellation de Fritissa est remplacée par celle de Sdouni, Taiyab ou Tayba, Bekma (au Fezzan). Chez les Adjers, à Ghat, à Illizi, ces blés sont cultivés sous le nom de Fezzan.

54Hachadi (Hasadi), voir Chedjera
Ce terme s’applique à certains blés durs, à des blés tendres anciens cultivés dans le Tell et à des blés tendres sahariens, qui n’ont de commun qu’un épi barbu.

55Hadrache (hadrac)
Appellation relevée à Beni-Abbès pour le Bel Mabrouk.

56Jendoubi (jendubi) (voir Bouch) Khalouf (xaluf) (voir Bou Chouka)
Khreci (Xresi)
Ce terme employé au Fezzan (Mourzouk, Ouadi Etba, dans le Bouanis, dans la Cherguiya) désigne un blé à caractères sahariens atténués ou nuls, possédant un épi blanc, barbulé, velu, ayant une compacité inférieure aux blés sahariens, de forme nettement aplatie, à glumes allongées, peu renflées, à glumelles portant des arêtes de 3-4 mm, devenant de petites barbes au sommet de l’épi. Le grain est le plus souvent blanc (à rattacher à la variété botanique leucospermum Körn.).

57Manga (Menga)
Cette appellation relevée à Tit, Idelès, Tamanrasset, In Salah, El Goléa, s’applique à de nombreux blés qui présentent des barbules longues et des glumes à caractères speltoïdes. Malgré la diversité de ces blés, le nom de Manga semble désigner de préférence ceux qui ont un épi blanc velu, de forme très allongée et cylindrique, à barbules longues, de faible compacité, à grain jaune clair. Les uns ont des caractères speltoïdes (forme de la glume notamment), les autres au contraire se rapprochent plus ou moins des blés tendres. Beaucoup sont à inclure dans la variété botanique submeridionale inflatum Palm.

58Mansouri (Mansuri)
Il s’agit d’une population très estimée dans les oasis du Sahara algérien, notamment dans la région de Tamanrasset ; les blés typiques de cette population sont à épi blanc, velu, sans barbes, court, gros, compact et très fructifère, à grain jaune clair apprécié pour l’obtention d’une farine permettant de fabriquer un pain de qualité. Au point de vue botanique, ils sont pour la plupart à inclure dans la variété khorassanicum Vav.

59Saharoui (saarwi)
Malgré leur nom, les blés appelés Saharoui n’ont plus aucun caractère saharien. C’est le cas de ceux qui sont cultivés aux pieds des Monts Aurès, de Biskra à Negrine. Ils sont à rapprocher des vieux blés tendres cultivés autrefois dans le Tell comme le Hachadi et appartiennent à la variété botanique erythrospermum Körn., à grain rouge, à épi blanc, barbu, lisse, allongé. Le nom de Ghati (originaire de Ghat) désigne des blés tout à fait semblables.

60Sdouni (sduni) (voir Fritissa) Soudan (sudan)
Le terme de Soudan (noir) désigne des blés originaires de Libye et est souvent synonyme de Fezzan et il ne faut plus chercher dans la nomenclature une indication morphologique de couleur.

61Soukni (sukni)
Ce terme fezzanais s’applique à des blés très variables d’aspect, le plus généralement à épi blanc velu, longuement barbulé au sommet, à section carrée, de compacité relativement faible, à grain rougeâtre. Les formes les plus typiques sont à inclure dans la variété botanique subhostianum inflatum Palm., mais passent insensiblement à des formes à caractères sahariens atténués.

62Tayba (voir Fritissa)
Cette longue liste d’appellation désignant les blés cultivés en Afrique du Nord est bien incomplète et il faudrait en ajouter beaucoup d’autres avant d’avoir la certitude de dresser un inventaire complet. Les termes de couleur, ou ceux indiquant une origine supposée (Ghati, Touati, Biskri), servent souvent à désigner les blés cultivés, mais il n’est pas toujours commode de discerner les mélanges auxquels ils s’appliquent plus spécialement. D’autres termes ne peuvent être interprétés que grâce à une connaissance approfondie des langues berbères et arabes et à cet égard, le travail en équipe des linguistes, des historiens et des agronomes est absolument nécessaire. C’est ainsi que je n’ai pas signalé le terme Tarouzi pour le blé dur cultivé en faible quantité au Sahara, pas plus que je n’ai signalé le terme Tourki, ou même le nom déformé de Koloun pour désigner le blé dur, originaire du Tell. Pour les mêmes raisons (impossibilité d’une enquête portant sur de nombreux échantillons) je n’ai pas cité les noms suivants :
Aouïa (Hirafok – Hoggar)
Backli (Timimoun)
Bou sbiba (Beni Abbès)
Bou Rokba – Bou Rakba (Hoggar)
Chater (Timimoun – Adrar)
Chekandria
El Khefif (= Bel Mabrouk ?)
(In Salah)
Fahr (Touat)
Merk’ba – Merkba (Adrar) (désigne aussi Panicum turgidum)
Moumena
(Touat)
Mesref (Touat)
Mostefa (Taghit)
Safra (Tidikelt)
Sili (Beni Abbès)
Sboul (= épi) (Djanet)
Sfaïa (Beni Abbès – Tafilalet)
Tessami (qui se retrouve pour l’orge et désigne seulement un type réputé précoce).

Haut de page

Bibliographie

Ducellier L., Les blés du Sahara, Bibliothèque du Colon de l’Afrique du Nord, 1920, Alger.

Ducellier L., « Contribution à l’étude des espèces du genre Triticum cultivées dans le Nord de l’Afrique », B. Soc. Hist. Nat. Afr. du N, t. XII, 1921, pp. 66-68.

Ducellier L., « Céréales recueillies par le Dr R. Maire au cours de la mission du Hoggar », B. Soc. Hist. Nat. Afr. du Nord, t. XX, 1929, pp. 221-226.

Erroux J., « Les blés du Fezzan », Bull, de la Soc. d’Hist. nat. de l’Af. du N, t. XLV, 1954, pp. 302-317.

Erroux J., « Note sur les blés des oasis du Sahara algérien », Bull, de la Soc. d’Hist. nat. de l’Af. du N., t. XLIX, 1958, pp. 180-195.

Gast M., Alimentation des populations de l’Ahaggar. Etudes ethnographique, Paris, A.M.G., 1968.

Jasny N., The wheats of classical antiquity, Baltimore, 1944.

Laoust E., Mots et choses berbères, Paris, 1915, passim.

Le Thielleux J., Le Fezzan, ses jardins, ses palmiers, Publ. de l’Inst. des Belles Lettres Arabes, 1948, Tunis.

Orlov a. A., « The geographical centre of origin and the area of cultivation of durum wheat Tr. durum Desf. », B. of Appl. Botan. and pl. breeding XIII th, Petrograd, 1922-1923, pp. 369-459.

Portères R., « Les appellations des céréales en Afrique », Journ. Agric. Tropic, et Bot. Appl., vol. V, 1958, pp. 1-11 ; 1959, vol. VI, pp. 1-7.

Trabut Dr h., Répertoire des noms indigènes et des plantes spontanées, cultivées et utilisées dans le Nord de l’Afrique, Édit. Typo-Litho, 1932, Alger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Erroux, « Blé », Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis, Aix-en-Provence, Edisud, décembre 1991, p. 1526-1536

Référence électronique

J. Erroux, « Blé », in Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis [En ligne], mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1766

Haut de page

Auteur

J. Erroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page