Navigation – Plan du site
10 | Beni Isguen – Bouzeis - Gabriel Camps (dir.)
B76

Biha Bilta

J. Peyras
p. 1494-1516

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Une cité romaine était connue depuis longtemps sur l’actuel henchir Bahia, dans les Béjaoua orientaux, en Tunisie du nord. Trois inscriptions de la seconde moitié du ive siècle révélaient, en effet, qu’une agglomération autonome avait existé en ce lieu et que des travaux publics avaient été réalisés alors. Deux autres épigraphes concernaient l’érection d’un autel consacré au dieu Pluton par un ancien décurion et l’épitaphe de la chrétienne Paulina.

2Cette localité a été d’abord un habitat préromain établi autour de deux sources pérennes, au pied d’un éperon rocheux qui se dresse à 250 m d’altitude. Dans la région, en effet, les haouanet et les sarcophages de revers de falaises semblables à ceux relevés sur le henchir Bahaia sont en rapport avec un groupement sédentaire libyen. Les vestiges romains sont étendus mais informes. Deux grandes carrières ont été exploitées à 500 m au sud des sources tandis qu’on extrayait aussi des pierres autour des anciens hypogées.

3Le territoire de Biha Bilta, limité par le fundus Aufidianus et par les finages de Chiniava, de Thizika et peut-être d’Anda, avait des aptitudes variées. Les parties les plus fertiles comprenaient des coteaux marneux et des « terres rouges » de texture limono-argileuses. De nombreuses fermes antiques ont été relevées, certaines comprenant des huileries. Plusieurs voies romaines traversaient ce secteur, qui mettaient le centre en relation avec les cités voisines ou le faisaient bénéficier de routes à valeur régionale.

4Un seul document révèle le nom de la petite ville et fournit, pour la seconde partie du iiie siècle semble-t-il, une indication sur son statut. Il s’agit de l’inscription du fundus Aufidianus qui porte aux lignes quatre et cinq, le membre de phrase suivant : Agricolae in spl(endida) (vel spl(endidissima)/re p(ublica) Bihensi Bilt[a](vel Belt[a]).

5Le mot respublica atteste simplement une forme d’autonomie : J. Gascou a montré qu’il désignait divers types d’agglomérations ; de plus, le document est purement privé. Notons que les localités régionales sur lesquelles nous avons suffisamment de connaissances étaient des municipes au iiie siècle.

6La cité portait un nom composé de deux termes. Il est très probable que le premier était Biha. On sait que les ethniques terminés par le suffixe -ensis sont le plus souvent issus de substantifs dont le thème final est -a.

7Biha conduit à s’interroger à nouveau sur la signification du H dans les toponymes transcrits du libyque. L’existence d’une civitas Biiensis en Byzacène permet d’avancer qu’on a voulu exprimer un yod.

8Bilta est la leçon la plus plausible. Il est possible qu’il y ait eu un E après B. Je pencherais plus volontiers pour un A complétant un substantif que pour une absence de lettre en fin de ligne introduisant une forme adjective abrégée. Mais le problème principal est constitué par les lettres LT. L’emploi d’une ligature et l’érosion de la pierre ne permettent pas d’assurer que Bilta était bien le mot inscrit. Il demeure, pourtant, très plausible quand on a épuisé tous les moyens d’examen de la base.

9Bilta est formée sur les racines libyques BLT ou BL suivant la valeur accordée à la dernière syllabe. Nous sommes favorable à la première solution. BLT, qui signifie « se remplir d’eau », conviendrait à un terroir où abondent les sources, les ruisseaux, les mares, et qui est traversé par un grand cours d’eau, l’oued Joumine, dont les crues sont célèbres.

10Il semble que Biha ait été le nom du centre urbain. Le henchir actuel, Bahaia, n’est autre que le nom antique déformé. Bilta pouvait désigner le territoire de la cité favorisé par l’abondance des nappes phréatiques. Le premier terme est inconnu par ailleurs. Peut-être faut-il le rapprocher de Pi(a), évêché attesté en Proconsulaire en 484. Les confusions entre bilabiales sonores et sourdes ne sont pas rares en Afrique du Nord, tandis que le H est parfois omis dans l’Antiquité tardive.

11Bilta, ou des vocables semblables, sont bien attestés dans les sources conciliaires : en 256, Caecilius était episcopus a Bilta (a Biltha, a Belta) ; en 411, le donatiste Felicianus Viltensis et, en 646, Theodorus Biltensis, montrent que les catholiques dominaient à Bilta sous les Vandales et les Byzantins ; au xie siècle, al-Bākri, donnant des renseignements sur la première partie du ixe siècle, vante les raisins de Balṭa, dans le gouvernorat de Bāǧa.

12Il n’est pas sûr que toutes les agglomérations révélées par les manuscrits soient à placer dans les Béjaoua. Une autre Balta, nommée aussi Sidi-Salah-el Balthi, est connue de nos jours en Tunisie du Nord, non loin de Bou Salem, dans la vallée de la Medjerda. Mais, dans l’état actuel des connaissances, il vaut mieux admettre que les localités appelées Bilta, Belta ou Balta dans les sources antiques ou médiévales étaient Biha Bilta pour plusieurs raisons : la seule inscription qui semble porter ce nom concerne la localité du Tell septentrional ; les vignes ont toujours été abondantes sur ces coteaux ; l’absence d’un terme pour les toponymes qui en comportaient plusieurs est courante dans les documents ecclésiastiques ; près de Biha Bilta s’étend un henchir el Handa qui a des chances d’avoir conservé le nom de la ville nommée ‘Avδα par Appien et (ou) du centre riche en froment appelé ‘Anda par al-Bākri dans la phrase même où il fait connaître Balṭa.

Haut de page

Bibliographie

a. Inscriptions

Peyras J., « Le fundus Aufidianus. Étude d’un grand domaine romain de la région de Mateur (Tunisie du Nord) », Antiquités Afric, 1975, pp. 181-222.

Année épigraphique, 1975, p. 883.

Corpus inscriptionum latinarum, t. VIII, 14340-14341, 25444-25449.

b. Manuscrits

Sententiae episcoporum numero LXXXVII de haereticis baptizendis, C.S.E.L., 3,I, pp. 435-461, Concile de Carthage de septembre 256 (Codices : Vaticanus 506, Bibliothèque Mazarine, Paris, 274, Palatinus Vaticanus, 159, Audomarensis, Saint-Omer, 84, Bibliothèque Nationale, 1607). Gesta collationis Carthaginensis, I, 208 (S. Lancel : Actes de la Conférence de Carthage en 411, Paris, 1972, t. 2, pp. 892-893).

Concilia Africae, éd. Munier, C.C. 149, p. 272, Concile de Carthage des 5 et 6 février 525.

Concile d’Afrique Proconsulaire de 646.

Al-Bākri, Kitāb al-Masālik wa’l-Mamālik, 138, éd. de Slane : Description de l’Afrique Septentrionale, Paris, 1858, p. 57, trad. p. 121.

Les références concernant les sources chrétiennes ont été regroupées par :

Mesnage J., L’Afrique chrétienne, évêchés et ruines antiques, Paris, 1912,p. 137.

Maier J.-L., L’épiscopat de l’Afrique romaine, vandale et byzantine, Rome, 1973, p. 115.

c. Relevés archéologiques et épigraphiques anciens

Babelon E., Cagnat R. et Reinach S., Atlas archéologique de la Tunisie, 1907, Paris, f. XII, Mateur, pp. 112, 150-151.

Barry Cap., « Renseignements sur le territoire entre Mateur et Béja », B.A.C., 1886,p. 485.

Cagnat R., « Découvertes des Brigades topographiques en 1890 », B.A.C., 1891, pp. 195-196, 550 (d’après le lieutenant Flick).

Monceaux P., B.S.A.F., 1906, p. 231.

Merlin A., Nouvelles archives des Missions historiques et scientifiques, 1907, pp. 181-182.

d. Racines berbères

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, dialecte de l’Ahaggar, 1951, t. 1, pp. 56-57.

e. Études récentes

Lepelley C, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. 2, Notices d’histoire municipale, Prais, 1981, pp. 82-83.

Peyras J., « Deux études de toponymie et de topographie de l’Afrique romaine. B. El-Bekri, la deuxième guerre punique et la confédération cirtéenne », Antiquités Afric, t. 22, 1986, pp. 213-253.

Peyras J., « Anda », Encyclopédie berbère, V, 1988, pp. 637-638.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Peyras, « Biha Bilta », Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis, Aix-en-Provence, Edisud, décembre 1991, p. 1494-1516

Référence électronique

J. Peyras, « Biha Bilta », in Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1755

Haut de page

Auteur

J. Peyras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page