Navigation – Plan du site
22 | Hadrumetum – Hidjaba - Gabriel Camps (dir.)
H49

Hidjaba

A. Dhina
p. 3460-3461

Entrées d’index

Mots clés :

Institution
Haut de page

Texte intégral

1La hidjaba est une institution moins célèbre que le vizirat, mais elle fut plus importante. Le mot hadjib peut être traduit approximativement par chambellan ; il désigne, dans les pays musulmans, le personnage chargé de garder la porte du souverain en ne laissant accéder que les visiteurs agréés. Ce terme devint rapidement un titre correspondant à une dignité de cour et à une fonction dont la nature a pu varier sensiblement selon les régions et les époques. Essentiellement maître des cérémonies, le hadjib apparaît en effet souvent comme un surintendant du palais, ou un chef de la garde, ou un redresseur des torts, mais aussi parfois comme un premier ministre, un chef de gouvernement. Il y eut cependant de grandes différences entre les hadjibs des divers États de l’Occident musulman post-almohade.

2Dans les premiers temps de l’Ifrikiya hafside, le hadjib est une sorte de surintendant du palais qui sert en même temps d’intermédiaire “entre le souverain et les personnes de toute condition”. Déjà sous Abu Ishak (1279-1283), il est bien tenu pour le troisième personnage de l’État, car il est en même temps le secrétaire, c’est-à-dire le chef du secrétariat, et le chef de la chancellerie. Ensuite, après le règne d’Abu Hafs (1284-1295), la hidjaba proprement dite fut séparée du “visa des comptes du Palais”, et le hadjib acquit de plus en plus d’importance au point qu’Abu Yahya Abu Bakr (1318-1346) traita son hadjib en premier ministre, transplantant à Tunis l’usage des émirs de Constantine et de Bougie de faire du hadjib leur adjoint immédiat. Le hadjib hafside le plus influent fut Ibn Tafradjin qui, dans la seconde partie du règne de ‘Abu Yahya Abu Bakr, fit de la hidjaba ifrikiyenne une charge considérable, “presque une dictature par l’étendue de ses attributions” ; et bientôt, être titulaire de cette charge sous un sultan jeune, fut “le moyen de tenir le prince en tutelle et de faire mouvoir à sa guise tous les rouages de l’État”. Pendant plus de vingt ans, jusqu’à sa mort survenue en octobre 1364, c’est le hadjib qui détint ainsi à Tunis toute l’administration du royaume, dont il dirigeait la politique à son gré en faisant front, tant bien que mal, aux grandes offensives mérinides d’Abu 1-Hasan et d’Abu ‘Inan. Plus tard, lors de la restauration hafside de la fin du xive siècle, le titre de hadjib fut maintenu, mais les prérogatives qui s’y rattachaient furent supprimées, et le chambellan redevint une sorte de simple chef du protocole.

3Quant au hadjib mérinide qui fut, semble-t-il, toujours un personnage assez médiocre, on peut affirmer qu’il n’eut jamais l’importance qu’eut souvent le hadjib hafside ; d’ailleurs des esclaves affranchis, des juifs ou des eunuques accédèrent plus d’une fois à ce haut poste au Maroc.

4A Tlemcen, capitale du royaume Zayyanide, si nous en croyons Ibn Khaldun, “on ne trouvait pas chez les Banu ’Abd al-Wad la moindre trace des emplois (réservés au hâjib dans les cours orientales)... tant la civilisation rude et imparfaite des nomades prédominait chez ce peuple. Pourtant quelquefois, ils employaient le titre de hâdjib pour désigner l’intendant de la maison du souverain, ainsi que cela se pratiquait dans l’empire hafside. Et, en certaines occasions, ils augmentèrent les attributions de cet employé en lui donnant la comptabilité et le droit de parapher les pièces officielles, comme cela se faisait chez les Hafsides”. Mais ce fut tout. La charge du hadjib tlemcénien différait donc sans doute beaucoup de celle qu’assumait son homologue dans d’autres cours. Le titre cependant exista, dès le début de la dynastie.

5Le choix des premier hadjibs ‘abd al-wadides appelle un autre commentaire, par rapport à l’usage de la cour mérinide : tandis qu’à Fès, ainsi que nous venons de le dire, le hadjib était d’ordinaire un homme d’origine modeste et de passé médiocre, à Tlemcen, il se recommandait au contraire par sa science du droit et par ses capacités financières. Yaghmurasan (1236-1282) donna en effet la charge de hadjib à un bon juriste. ’Abdun b. Muhammad al-Habbak ; son successeur Abu Sa’id ‘Uthtman (1283-1304) eut comme hadjib Abu ’Abd Allah Muhammad b. ‘Amir ; et Abu Zayyan (1304-1308), troisième souverain de la dynastie, nomma le juriste Abu ’Abd Allah Muhammad b. Sa’ud qui fut au service des ‘Abd al-Wadides sous quatre règnes, ministre des finances sous Abu Sa’id ‘Uthman, hadjib sous Abu Zayyan, il reprit la direction des finances avec Abu HammuMusa, Ier (1308-1318) et la conserva sous Abu Tashfin Ier (1318-1337). D’autre part, grâce à leur connaissance du maniement des fonds de l’État, quatre membres de la famille Mallah servirent Abu Hammu Musa Ier, à la fois comme vizirs et comme hadjib-s. De même, sous Abu Tashfin Ier, le renégat Hilal-Le-Catalan fut peut-être hadjib, en même temps que vizir. Peu à peu, les Banu ‘Abd al-Wad se fièrent ainsi plus volontiers à des familiers qu’à des juristes et à des lettrés et, en cela, ils imitèrent un peu les Mérinides.

6Ensuite après l’interrègne marocain (1337-1348), le titre de hadjib disparut presque complètement à Tlemcen. L’occupation marocaine du milieu du xive siècle paraît donc avoir marqué une coupure dans le développement des rouages de l’État ‘abd al-wadide ; et la hidjaba ne s’en releva pas.

7Par contre, en Espagne musulmane où la hidjaba avait un passé glorieux, remontant aux jours où son titulaire al-Mansur Ibn Abi ‘Amir avait supplanté les califes umayyades, le titre de hadjib resta toujours supérieur en majesté à celui de vizir ; celui-ci, nous l’avons déjà dit, était décerné un peu au hasard à de simples conseillers d’origines diverses, dont le prince s’entourait ; mais c’est parmi les vizirs qu’il choisissait presque toujours le hadjib. Ce dernier l’assistait dans ses tâches administratives et gouvernementales : il jouait le rôle de premier ministre en dirigeant tous les services de l’administration civile : maison du souverain, chancellerie et finances. Rappelons qu’un des hadjib-s grenadins les plus en vue au xive siècle, fut Abu 1-Nu’aym Ridwan, le fameux “Redouane”, au temps des sultans Yusuf Ier (1333-1354) et Muhammad V (1354-1369/ 1362-1391). Imitant les hadjib-s umayyades, Ridwan devint alors l’intermédiaire entre le souverain et les autres vizirs et avait sur ceux-ci le droit de préséance. Ce fut pour ainsi dire un “Maire du Palais”, mais il mourut assassiné en 1359, lors des convulsions qui marquèrent la fin du premier règne de Muhammad V.

8Selon les époques et selon les pays, la hidjaba eut donc un éclat et une importance fort variables dans le Maghreb. Ajoutons que partout, le hadjib eut sous ses ordres le personnel domestique du Palais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. Dhina, « Hidjaba », Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 3460-3461

Référence électronique

A. Dhina, « Hidjaba », in Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1731

Haut de page

Auteur

A. Dhina

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page