Navigation – Plan du site
22 | Hadrumetum – Hidjaba - Gabriel Camps (dir.)
H48

Hibou

(Atlas marocain)
M. Peyron
p. 3458-3459

Entrées d’index

Mots clés :

Faune, Littérature orale
Haut de page

Texte intégral

1Pour désigner la chouette, ou le hibou, le terme générique le plus communément rencontré, qu’il s’agisse de la zone tachelhit ou tamazight, est tawukt. Les lexiques sont unanimes à ce sujet (Jordan, 1934, p. 135 /Destaing, 1940, p. 393 / Boogert, 1998, p. 142 / Taifi, 1991, p. 757, etc.). Encore que l’on puisse rencontrer tawuct (Ayt Yahya), ou twuyt (Ayt Seghrouchen, Abdel-Massih, 1971, p. 203), sans parler d’une forme archaïque, tawwugt, que recèle un lexique d’al-Hilali du xviie siècle (Boogert, 1998, p. 105). Il s’agit, selon toute apparence, d’un terme pouvant s’appliquer indifféremment aux espèces suivantes, toutes présentes dans la région :
La chouette effraie (Tyto alba),
La chouette hulotte (Strix aluco),
La chouette chevêche (Athene noctua),
La chouette de Scops (Otus scops), parfois appelée petit-duc.

2Ce dernier est sans doute le plus caractéristique des petits rapaces nocturnes du Maghreb. Dans le Maroc central, contrairement à la très répandue chouette chevêche, on l’entend plus qu’on ne le voit. En effet, étant donné sa taille plus que modeste (19 cm), il est difficile de discerner son disque facial clair et ses deux “cornes” minuscules. Quotidiennement, dans certains sites boisés et montagneux, comme Ifrane, Jaffar, Tounfit et Anergui, il fait entendre dès le coucher du soleil son cri répétitif, métronomique. Bruit lancinant, agaçant, considéré de mauvais augure par les Imazighen, car pouvant être associé aux lamentations des âmes de défunts qui viendraient ainsi hanter leurs nuits, thème que reflète leur poésie orale (Taougrat, 1980 / Peyron, 1993, p. 154). Par ailleurs, c’est sans doute également la chouette de Scops que désigne wi-ggzuln, appellation réservée à un hibou de petite taille que l’on doit à al-Hilali (Boogert, 1998, p. 106).

3Dans certains cas, en tachelhit, tawukt peut s’appliquer au hibou grand-duc (Jordan, 1934, p. 135). À ce propos, signalons que le lexique berbère ne semble pas établir de distinction explicite entre deux espèces voisines, répertoriées dans l’Atlas : le grand-duc (Bubo bubo) et le moyen-duc (Asio otus). Toujours est-il qu’il s’agit là d’un des plus puissants rapaces, toutes catégories confondues, capable de capturer un autour des palombes, un canard, voire un renard adulte. Des prouesses de ce genre lui ont valu une réputation d’“enleveur de chats” (iumz imaccuri), alors que dans la région de Tounfit (Ayt Yahya), le terme aberrid n-taydwin est plus généralement employé. Expression qui serait à rapprocher d’auliy n-yi, attestée par E. Destaing (1940, p. 176) pour l’aire tachelhit, et d’aεetrus ellil pour le Rif, plus exactement chez les Iboqqoyen (Renisio, 1932, p. 378). Quoiqu’il en soit, à travers la variété dialectale, se dégage l’image d’une sorte de bouc ailé, avec ses deux petites touffes de plumes en guise de “cornes”, en tous cas redoutable prédateur des ténèbres.

4On retiendra également muka (noté mukka, Taifi, 1991, p. 415), terme usité chez les Ayt Warayn, les Ayt Ndhir, et autres groupements du Moyen-Atlas pour désigner l’oiseau des nuits à la sagesse infuse. Vocable attesté notamment dans une version du conte célèbre, “Le Hibou de Moulay Sliman”, recueillie par A. Roux (1940, p. 61), ainsi que celle, dans le parler des Ntifa (Haut Atlas central) dont on est redevable à E. Laoust (1949, p. 37). Sans omettre la version d’A. Leguil (1988, p. 150), Saydna Sulayman d tawukt, pour les Mesfiwa.

Haut de page

Bibliographie

Abdel-Massih E.-T, A Computerized Lexicon of Tamazight, Ann Arbor, Univ. of Michigan, 1971.

Boogert (van den) N., “La révélation des énigmes” : Lexiques arabo-berbères des xviie et xviiie siècles, IREMAM, Aix-en-Provence, 1998.

Destaing A., Textes berbères en parler des Chleuhs du Sous, P. Geuthner, Paris, 1940.

Gooders J., Collin guide to the birds of Britain and Europe, Harper Collins, Londres & New York, 1998.

Heinzel H., Fitter R. & Parslow J., The birds of Britain and Europe (with North Africa & the Middle East), W. Collins, Londres, 1972.

Jordan A., Dictionnaire berbère-français (dialectes tacelhait), Omnia, Rabat, 1934.

Laoust E., Contes berbères du Maroc, (2 tomes) E. Larose, Paris, 1949.

Leguil A., Contes berbères de l’Atlas de Marrakech, L’Harmattan, Paris, 1988.

Peyron M., Isaffen Ghbanin/Rivières profondes, Wallada, Casablanca, 1993.

Renisio A., Étude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen, du Rif, E. Leroux, Paris, 1932.

Roux A., Récits, Contes et Légendes berbères dans le parler des Beni-Mtir, rec. dactylo. Rabat,1942.

Taifi M., Dictionnaire Tamazight-Français (Parlers du Maroc central), L’Harmattan-Awal, Paris, 1991.

Taougrat N-Ayt Sokhman, “Nos ombres les chasseront”, Amazigh, Rabat, 1980/3-4 (p. 26-27).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Peyron, « Hibou », Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 3458-3459

Référence électronique

M. Peyron, « Hibou », in Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1730

Haut de page

Auteur

M. Peyron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page