Navigation – Plan du site
10 | Beni Isguen – Bouzeis - Gabriel Camps (dir.)
B71

Bey Ag Akhamouk (Axamük)

Voir notices Amenūkal (Encyclopédie berbère, IV, pp. 581-589) et Ahaggar (E.B., VIII, pp. 1233-1268).
G. Barrere
p. 1486-1487

Texte intégral

1Ce fut le douzième dernier amenūkal* de la dynastie qui exerça le commandement sur les Touaregs de l’Ahaggar au cours des deux cents dernières années. Bey naquit en 1903/1905 et mourut à Tamangh le 1er juin 1975 des suites d’une longue maladie. Fils du dixième amenūkal, Akhamouk qui régna de 1921 à 1941, était aussi le neveu de la célèbre Dassine. Ayant répudié sa première femme, Teha ult Sidi-Moussa, il épousa la nièce de celle-ci Uba ult Melluy dont il eut un fils Sidi Moussa. Il répudia aussi cette seconde femme et dès lors mena une vie de célibataire, comme il l’entendait, renforçant l’austérité des mœurs de son campement. N’ayant pas été choisi pour succéder à son père en 1941, il avait cependant été nommé khalifa du nouvel amenūkal Meslaγ ag Amâyas, jouant donc en quelque sorte le rôle de ministre. Plus tard, à la mort de Meslaγ en 1950, l’assemblée des nobles et des notables fit de Bey le chef de l’Ahaggar.

2Il fut un amenūkal fidèle à ses principes, peu enclin aux compromis, rigoureux avec l’administration à laquelle il appartint jusqu’en 1962. Après l’Indépendance, il fut, en septembre 1962, élu à l’unanimité des citoyens du Hoggar député à l’Assemblée nationale populaire où il siégea comme vice-président. Par ailleurs il garda, jusqu’à sa mort le titre d’amenūkal devenu honorifique.

3Il eut une politique agricole réformatrice. Il n’était que khalifa quand il appuya auprès des Touaregs la décision de remplacer le quintenage (khamessa) par le métayage (contrat à moitié entre le propriétaire et le cultivateur). Élu amenūkal, il veilla à l’application de cette importante réforme et prit, en outre, la décision d’accorder aux cultivateurs la jouissance entière des récoltes faites sur des terrains jamais cultivés auparavant. Le but désiré était d’augmenter la surface des cultures en intéressant les cultivateurs. Mais le résultat ne répondit pas aux espérances et la production demeura stationnaire : le monde paysan était déjà en mutation, attiré par d’autres horizons.

Haut de page

Bibliographie

Voir notices Amenūkal (Encyclopédie berbère, IV, pp. 581-589) et Ahaggar (E.B., VIII, pp. 1233-1268).

Benhazera M., Six mois chez les Touaregs du Ahaggar, Alger, Jourdan, 1908, 234 p.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, Imp. nat., Paris, 1957, t. II, pp. 533-539.

Gast M., « Les Kel Rela ; historique et essai d’analyse du groupe de commandement des Kel Ahaggar », ROMM, 1976, t. 21,pp. 47-63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Barrere, « Bey Ag Akhamouk (Axamük) », Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis, Aix-en-Provence, Edisud, décembre 1991, p. 1486-1487

Référence électronique

G. Barrere, « Bey Ag Akhamouk (Axamük) », in Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1708

Haut de page

Auteur

G. Barrere

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page