Navigation – Plan du site
22 | Hadrumetum – Hidjaba - Gabriel Camps (dir.)
H33

arqūs

J. Herber
p. 3409-3414

Entrées d’index

Mots clés :

Ethnologie, Maroc
Haut de page

Texte intégral

1Le arqūs est un décor corporel très répandu dans l’ensemble du Maghreb. Très proche du tatouage dont il reproduit et la technique et les motifs, il s’en différencie par son caractère temporaire. L’harqûs ne dure que quelques jours et se présente comme une peinture destinée à décorer et à protéger les personnes qui la portent. Celles-ci peuvent appartenir à des catégories sociales différentes, aussi bien à des prostituées qu’à de jeunes mariées de famille honorable.

Fabrication du arqūs

2Dans un article particulièrement documenté le Dr J. Herber a donné les différents procédés de fabrication du arqūs au Maroc (Herber, Hespéris, 1928, p. 60-61).

3Le arqūs se fabrique de différentes façons.
Pour la cherifa d’Ouezzan, le arqūs est une sorte d’encre de Chine.
E. Doutté, qui a enquêté au Goundafa, nous dit qu’il est fait avec une galle appelée iggui.
Pour Mme la Doctoresse Legey, c’est également une sorte de galle appelée iegg, pilée et mélangée avec un peu de suie, de laurier rose et d’huile.
D’après Budgett Meakin, le arqūs est composé d’un mélange de cendres, de bois, de poix et d’épices.
E. Westermarck dit qu’il contient, en outre, des épices et un peu de goudron.

4D’autres recettes furent recueillies : À Moulay Idris (Zerhoun), on en connaît deux formules. L’une consiste à mélanger la sève des ceps de vigne et des feuilles de noyer. L’autre à mélanger du noir de fumée, de l’huile et du charbon finement pulvérisé.

5Sous ces dernières formes, le arqūs n’est sans doute qu’une préparation de pauvres. Il y a des femmes qui ont recours à des compositions plus savantes.
Une prostituée de Rabat le préparait avec la galle (lieg), de l’alun, du souak et du koheul.
Une autre prostituée de la même ville faisait brûler dans une petite marmite un peu de adida zerga (sulfate de cuivre), de adîda’l-ararn, de jaoui (encens), de (el)-iegg, de zrouda et elle recueillait le noir de fumée qui se déposait sous le couvercle.

6Selon une tatoueuse des Ahmar, habitant Marrakech, le arqūs serait composé d’un mélange d’écorce de grenadier, de adîda (sulfate de fer) et de takaout ou de (el)-iegg ; on fait brûler ce mélange entre deux assiettes renversées l’une sur l’autre et lutées avec une pâte faite avec de la semoule. On en recueille la “sueur” qui se dépose contre l’assiette supérieure.

7En Tunisie l’ouvrage de W. Marçais et d’A. Guiga sur les Textes arabes de Takroûna apporte aussi une documentation fort utile : “le petit vase dans lequel on prépare le harqûs a la forme d’un gobelet, peu profond et possède un couvercle vernissé. Pour préparer le arqūs, on place dans le vase un mélange d’encens, de noix de galle, de noix abyssine et de cœurs de noyaux de cerises et l’on frotte de cuivre le dessous du couvercle. Le vase est ensuite posé sur un feu très doux, il est clos hermétiquement. Un linge trempé est de temps en temps appliqué sur le couvercle pour contrôler la cuisson. Quand le arqūs est à point, il revêt l’aspect d’un liquide épais, noir et luisant”.

8Quel que soit le procédé de fabrication le arqūs est le produit d’une combustion, c’est un noir de fumée. Les deux matériaux qui entrent dans la composition normale de l’arqūs sont le sulfure de cuivre (ou de plomb) et des noix de galle calcinées.

Application du arqūs

9Les femmes l’appliquent avec un morceau de bois effilé, un calame, dit Budgett Meakin. Il résulte de cette technique que les dessins au arqūs comportent rarement de grandes lignes ; ils sont plutôt composés de petits traits, très souvent empâtés, ou de points.

10Le arqūs ne constitue, en tous cas, qu’une parure quasi éphémère qui tombe en s’écaillant et ne laisse sur la peau qu’une trace de couleur brune, facile à enlever.

11Le plus bel éloge que l’on puisse faire d’une femme est de lui appliquer le dicton “zina bla arqūs ”, que l’on peut traduire “belle sans fard, sans maquillage”. Mais il ne s’ensuit pas que les femmes méprise le arqūs. Bien au contraire. Elles l’appliquent à l’occasion de toutes fêtes publiques ou privées, et dans toutes les circonstances où la femme trouve prétexte à se parer. Le Marquis de Segonzac le signale à propos des fêtes de l’Achour, “au cœur de l’Atlas”, Westermarck à propos du mariage à Fès et chez les Oulad bou Aziz Doukkala. Il est d’ailleurs d’un usage général. On le met également au nouveau-né il fait partie des rites du quarantième jour après la naissance. Lors de la présentation aux Saints, la mère “fait à son enfant un tatouage factice au arqūs entre les sourcils et sur le menton ; on lui met du henné dans la paume des mains”.

Visage décoré au arqūs à Rabat (d’après J. Herbert).

Visage décoré au ḥarqūs à Rabat (d’après J. Herbert).

Peinture au arqūs sur le visage et les mains (d’après J. Herbert).

Peinture au ḥarqūs sur le visage et les mains (d’après J. Herbert).

Localisation des peintures au arqūs

12La peinture au arqūs intéresse cheveux, sourcils, paupières et glabelle. Parfois une ligne de points orne la crête du nez, de la glabelle jusqu’à la pointe. D’autres fois, ce sont quatre points disposés en losange. Les apophyses malaires portent souvent de petits motifs. Il est rare que le tatouage du menton ne soit pas recouvert par le arqūs ; le dessin le plus curieux est celui qu’a déjà signalé E. Doutté chez les Doukkala et que l’on retrouve d’ailleurs dans toutes les tribus : qui “descend le long des tempes et en arrière des joues pour se refermer sous le menton”. Ce dessin est appelé el jem, la bride, par suite d’analogie avec une partie du harnachement du cheval, peut-être parce qu’il est particulièrement troublant et qu’il tient en bride l’homme aimé.

13Sur le dos de la main, on voit surtout le arqūs au niveau des doigts ; il est rare sur le carpe. Budgett Meakin dit pourtant qu’il dessine une sorte de lacet sur le dos de la main, lacet offrant quelque peu l’apparence de mitaines. N’aurait-il pas confondu les applications de arqūs avec celles de henné ?

Les motifs de la peinture au arqūs

14Les dessins au arqūs se retrouvent à peu près semblables dans tout le Maroc, si l’on en excepte Fès.

15Ils sont tantôt formés de points ; tantôt ils reproduisent les dessins du tatouage et des poteries berbères.

Motifs de arqūs ; certains se retrouvent dans les tatouages et dans le décor des poteries (d’après J. Herbert).

Motifs de ḥarqūs ; certains se retrouvent dans les tatouages et dans le décor des poteries (d’après J. Herbert).

16La présence des points s’explique très aisément par la technique de la peinture au arqūs. On peut voir par exemple une bande piquetée entre les sourcils ; d’autres fois, ce sont des lignes de points ou des points en triangle, en étoile, en losange. Mais, le plus souvent, les dessins de arqūs sont constitués ainsi que les dessins du tatouage par des lignes droites qui forment des angles ou qui s’entrecroisent : chevrons dentelés, quadrilatères dentelés également, V emboîtés en série, les uns dans les autres, croix, étoiles, droites coupées de petits traits sont fréquents.

17A Fès, le décor est tout différent. On trouve sur le front des femmes des motifs, particulièrement volumineux qui s’étendent de la glabelle à la racine des cheveux. Ils rappellent singulièrement le dessin des broderies. Si ce modèle n’était point connu, on ne manquerait pas d’admirer l’art des ouvrières. Il s’en suit qu’on doit considérer le décor du arqūs de Fès comme une mode locale.

18Le arqūs est un doublet purement ornemental du tatouage. Ainsi que la mouche et le grain de beauté, il fait ressortir la blancheur du teint. Son étude conduit aux constatations suivantes d’après J. Herber.
1. Les dessins du arqūs occupent les mêmes régions de la face qu les dessins tatoués ;
2. L’aire géographique des diverses localisations des tatouages de la face n’est pas superposable à celle des dessins au arqūs ;
3. Il n’y a pas de style tribal pour le décor du dessin au arqūs, contrairement à ce qui existe pour le décor du tatouage ; il est tout au plus possible de noter la création de modes citadines ;
4. On ne saurait donc tirer argument ni des localisations sur la face des dessins au arqūs, ni des particularités du décor lui-même pour aider à la recherche des vicissitudes des tribus qui occupent le Maroc actuel.

Haut de page

Bibliographie

Desparmet E., “Ethnologie traditionnelle de la Mettidja”, Bul. géogr. d’Alger et Afr. du Nord, 1918, p. 123.

Herber J., “Tatouage et religion”, Rev. Hist. Rel, t. LXXXIII, 1921, p. 69-83.

Herber J., “Peintures corporelles au Maroc. Les peintures au arqūs ”, Hesperis, t. IX, 1929, p. 59-77.

Marçais W. et Guîga A., Textes arabes de Takroûna, 1925, Paris, 2 vol. 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Visage décoré au ḥarqūs à Rabat (d’après J. Herbert).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1663/img-1.png
Fichier image/png, 385k
Titre Peinture au ḥarqūs sur le visage et les mains (d’après J. Herbert).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1663/img-2.png
Fichier image/png, 329k
Titre Motifs de ḥarqūs ; certains se retrouvent dans les tatouages et dans le décor des poteries (d’après J. Herbert).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1663/img-3.png
Fichier image/png, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Herber, « arqūs », Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 3409-3414

Référence électronique

J. Herber, « arqūs », in Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba [En ligne], mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1663

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page