Navigation – Plan du site
22 | Hadrumetum – Hidjaba - Gabriel Camps (dir.)
H28

Harka

M. Peyron
p. 3395-3397

Entrées d’index

Mots clés :

Maroc, Histoire militaire
Haut de page

Texte intégral

1S’agissant du Maroc, ce terme est largement présent, aussi bien dans les lexiques et récits de campagne de la littérature coloniale, que dans des écrits postérieurs au Protectorat. Dérivé de la racine arabe HRK, il est attesté en dariža en tant que verbe d’abord, hrek, “partir en guerre”, (Harrell, 1969, p. 246). Il existe également en tamaziγt, avec le sens, “partir en expédition militaire, faire la fantasia* (à cheval)”, orthographié herrek, (Taifi, 1991, p. 253) parfois herreš, notamment en Ayt Warayn, et pouvant être glosé par “se mobiliser” selon le parler des Ayt Merγad (Peyron, 1995, p. 14) dans un texte décrivant la tragique bataille d’Ayt Yâqoub.

2Plus largement répandu, le substantif harka connaît différentes interprétations et formes. Terme arabe sous son avatar le plus connu : “expédition, ou campagne militaire (à cheval)” (Harrell, 1969, p. 246), il possède un dérivé berbère lherkt (Taifi, 1991, p. 253). Il est généralement admis que ce vocable s’applique à tout rassemblement militaire d’une certaine envergure, “petite armée d’un effectif supérieur à cinquante guerriers”, nous précise d’ailleurs Guennoun (1934, p. 311). Ceci, sans doute, afin de nuancer par rapport à djich “groupe armé”*, ou tarbiεt, “petit groupe, groupe de cavaliers” (Taifi, 1991, p. 564). Dans l’oralité berbère, on dira, par exemple, tarbiεt n u-skunti pour désigner la petite bande de guerriers triés sur le volet qui accompagnait Ou-Skounti lors des dernières campagnes du Haut Atlas entre 1929 et 1933. En revanche, lorsque le même chef intervient dans la région de Tounfit en 1931, à la tête d’un important contingent mixte d’Ayt Hammou et d’Ayt ‘Isa Izem, on parle de la harka d’Où Skounti (Guillaume, 1946, p. 301/Huré, 1952, p. 10). Pareillement, lors des événements ayant précipité les durs combats d’Ayt Yâqoub, on fait état d’un “marabout de l’Asif Melloul (qui) s’efforce [...] de former une grosse harka” (Voinot, 1939, p. 381), dont les effectifs, exceptionnels autant pour la région que l’époque, atteindront 2 500 à 3 000 hommes, selon diverses estimations.

3Les références les plus intéressantes, toutefois, apparaissent dans les pages qui décrivent les expéditions makhzéniennes du temps de la siba. Opérations lancées dans le but de lever l’impôt, ou faire entendre raison à quelques tribus rebelles, “pour donner une leçon ‘taadib’ à une tribu ‘assiya’ désobéissante” (Berrada, 1994, p. 295). Notons alors, que dans ces cas très précis, harka (Obdeijn, 1999, p. 115) opère en alternance avec un autre terme, mehalla, ou mhalla. Ce dernier lexème est glosé par “camp” dans l’ouvrage du Docteur Weisgerber (1947 : III), qui accompagnera lui-même l’armée de Mulay ‘Abdelaziz de Rabat à Marrakech au printemps de 1898. Selon une autre interprétation, il s’agit d’un camp toujours dirigé par le sultan, mais mettant en jeu des effectifs nombreux sous un haut commandement “princier” ; alors qu’une harka serait “de moindre ampleur” (Miège, 1994 : 22). En tous cas, cette juxtaposition harka/mhalla semble se généraliser, qu’il s’agisse de l’armée sultanienne, d’une expédition punitive sous les ordres d’un pacha, ou d’un caïd mandaté par lui ; éventuellement d’un prétendant qui se met en campagne pour la bonne cause.

4Trois exemples suffiront pour illustrer notre propos. Dans une étude très complète, consacrée aux randonnées “en boucle” qu’entreprenaient les sultans à travers le Maroc au xviiie et xixe siècle, N. Michel (1994) utilise tantôt un terme, tantôt l’autre. Ainsi alterne-t-on avec bonheur entre “mhalla-ssultaniennes” et “harka-s”.

5Notons au passage que, parmi ces monarques condamnés à de périodiques errances pour affirmer leur pouvoir, la palme du prestige et de la réussite revient incontestablement à Mulay Hassan Ier, d’ailleurs mort en harka dans le Tadla, le 6 juin, 1894. Sort qu’avait connu son aïeul Sidi Mohammed ben ‘Abdellah un siècle plus tôt. Entretemps, Mulay Sliman, auteur de 46 harka-s entre 1797 et 1816, établissait une sorte de record pour le nombre absolu d’expéditions, bien que sur le plan de la réussite, son étoile ait été ternie par un échec retentissant devant les Izayyan et Bu Bker Amhaouch à Lenda (mai 1819), dans le Moyen-Atlas (Clément, 1979, p. 26).

6Lorsque le sultan déléguait ses pouvoirs, un de ses khalifas, ou pachas, prenait alors la tête de l’expédition makhzénienne, comme ce fut le cas au début du xviiie siècle, sous Mulay Ismaïl, lors de l’épisode révélateur du marabout de Tasaft, dont le compte-rendu nous est parvenu par le biais de deux traductions : la première, entreprise par Justinard (1940), la deuxième, que nous devons à Sadki (1988-89). A cette occasion, le pacha de Marrakech fut envoyé dans l’Atlas à la tête de harka-ssuccessives pour châtier un marabout qui avait décliné l’invitation faite par le sultan de venir à Marrakech lui remettre un certain sabre que l’on disait être en sa possession. En vain. Là aussi, le premier traducteur emploie autant le terme harka que mehalla, alors que le deuxième semble préférer mahalla (Sadki, 1988-89, p. 76).

7Plus près de nous, un autre pacha de Marrakech, Thami El Glaoui*, se sentant, lui aussi, investi d’une autorité toute makhzénienne, effectuera plusieurs harka-s vers Azilal (1916) et Bou Yahia (1918), sans oublier une expédition de plus grande envergure, comptant 15 000 hommes, menée en direction du Tafilalt en 1919 (Parlange, 1968, p. 78). Lors d’une nouvelle harka entreprise par le Glaoui dans le Haut Atlas central, un observateur nous a laissé cette description d’un contingent arrivé en renfort à Tanant :

[...] la harka des Entifa, 1 200 fusils, sous le commandement du caïd Ouchettou [...] une troupe pittoresque, sous des draperies terreuses, haillons parfois [...] superbes comme des héros homériques [...] tous également ardents, belliqueux et pressés d’en découdre. (Babin, 1923, p. 16-17).

8A comparer, toujours sur le plan du rayonnement de l’autorité, avec une description de la malencontreuse aventure du “Rogui” El Hiba, épisode important de la campagne de 1912, qui se soldera par la déroute de son armée, qualifiée d’harka (Vial, 1938, p. 89) à Sidi Bou ‘Athman devant les troupes de Mangin. Dans un texte en tašelhit, consacré aux mêmes événements, intitulé “Mulay Ahmed Lhiba” et recueilli par l’interprète militaire Jordan (1935, p. 72), le prétendant saharien, sorti de l’Oued Nun, est décrit comme se ruant sur Taroudannt, puis Marrakech, en compagnie de “son armée” (Imehallt-ennes) d’“hommes bleus”. L’informateur chleuh, du reste, ne cache pas son admiration pour El Hiba, qui incarnait sans doute à ses yeux une autorité spirituelle de chérif, un makhzen de substitution, en quelque sorte, dans un pays traumatisé par la capitulation du sultanat devant l’envahisseur. Ce qui légitimera, sans doute, son recours au lexème lmehallt, bien que le verbe herk figure dans le même document.

Haut de page

Bibliographie

Babin G., La mystérieuse Ouaouizert, Faraire, Casablanca, 1923.

Berrada T., “Aspects de la question militaire au xixe siècle”, in Maroc Europe, La Porte, Rabat, 4/1994 (293-311).

Clément J-E, “Révoltes et répressions au Maroc”, in Al Asas, jan-fév. 1979, Casablanca (p. 20-40).

Guennoun S., La Voix des Monts, Omnia, Rabat, 1934.

Guillaume A., Les Berbères marocains et la Pacification de l’Atlas central, Julliard, Paris, 1946.

Harrell R.S., A dictionary of Moroccan Arabic : Moroccan-English, Georgetown, 1969.

Huré A., La Pacification du Maroc (Dernière étape), Berger-Lavrault, Paris, 1952.

Jordan A., Textes berbères (dialecte tachelhait), Omnia, Rabat, 1935.

Michel N., “Itinéraires de la mhalla”, in Maroc Europe, 7/1994, La Porte, Rabat (p. 81-115).

Miège J.-L., “De l’histoire militaire du Maroc”, in Maroc Europe, 7/1994, La Porte, Rabat (p. 19-33).

Obdeijn H., Geschiedenis vari Marokko, Bulaaq/Van Halewyck, Amsterdam/Leuven, 1999 (p. 110-117).

Peyron M., “Tradition orale & résistance : La bataille des Ayt Yâqoub (Haut-Atlas, 1929)”,in E.D.B., 12/1995 (p. 5-16).

Sadki A., “La Zawiya de Tasaft”, in Hespéris-Tamuda, XXVI-XXVII/1988-1989, Fac. des Lettres, Rabat (p. 67-92).

Spillman G., Souvenirs d’un colonialiste, Cité, Paris, 1968.

Taifi M., Dictionnaire tamazight-français (Parlers du Maroc central), L’Harmattan-Awal, Paris, 1991

Vial J., Le Maroc héroïque, Hachette, Paris, 1938.

Voinot L., Sur les traces glorieuses des pacificateurs du Maroc, Ch. Lavauzelle, Paris, 1939.

Weisgerber F, Au seuil du Maroc moderne, La Porte, Rabat, 1947, (p. 85-98).

Zerhouni M., La Rihla du Marabout de Tasaft, (trad. Col. Justinard) Geuthner, Paris, 1940, (p. 10-11, 21, 83, 93).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Peyron, « Harka », Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 3395-3397

Référence électronique

M. Peyron, « Harka », in Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba [En ligne], mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1657

Haut de page

Auteur

M. Peyron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page