Navigation – Plan du site
22 | Hadrumetum – Hidjaba - Gabriel Camps (dir.)
H27

Haracta

M. Cote
p. 3392-3394

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Puissante tribu berbérophone de l’Est algérien. Parmi les grandes tribus qui occupaient les Hautes plaines de l’Est algérien, les Haracta constituent probablement la plus puissante, et la plus connue.

2Elle occupait un territoire de 70 x 70 km, englobant les djebels Sidi Rheris, Amama, et Tafrent, ainsi que le vaste lac salé de la Garaet et Tarf. C’est-à-dire que son finage s’étendait depuis les riches versants argileux des sraouate au nord, jusqu’aux sols légers et aux parcours steppiques des sbakhouate au sud. Une telle configuration lui assurait, comme pour la plupart des tribus voisines, une large complémentarité entre différents milieux et différentes ressources : terres céréalières, parcours d’hiver, parcours d’été.

3Les Haracta, berbérophones chaouïas, se disent originaires du massif de l’Aurès. Ils ont d’ailleurs laissé derrière eux un groupe, appelé également Haracta, implanté à El Mahder aux portes de Batna, et qui jalonne leur cheminement ancien. Ainsi les montagnes aurasiennes ont fonctionné au long des siècles comme centre d’émission de groupes, partis s’installer dans les Hautes plaines, et qui rompaient progressivement le cordon ombilical avec la tribu-mère.

4A la fin du xixe siècle, lors des opérations du Sénatus Consulte, la tribu des Haracta ne comptait pas moins de 30000 personnes, ce qui en faisait probablement la plus nombreuse de tout l’Est. Elle fut divisée en 11 douars, le terri toire d’Ain Zitoun au sud-ouest étant constitué en un vaste communal, commun aux 11 douars et ouvert à leurs troupeaux respectifs. Par la suite, fut créée sur le territoire haracta une série de territoires de colonisation, dispersés (Canrobert, Ain Babouch, Jean Rigal, Ain Beida, Fkirina, Meskiana), qui prélevèrent les meilleures terres, et entraînèrent des déplacements de population, mais ne désagrégèrent pas pour autant la tribu.

Territoire des Harakta déterminé par le Senatus-Consulte

Territoire des Harakta déterminé par le Senatus-Consulte

5Le “sentiment d’appartenance” à la collectivité haracta demeure aujourd’hui très vif, il réapparaît chaque fois que des objets de contentieux peuvent l’opposer à ses voisins, Segnias à l’ouest, Amamra au sud. De même, lors de la création de la nouvelle wilaya d’Oum el Bouaghi en 1974, comme lors de chaque période électorale, ou lors de chaque grand match de football, les vieilles solidarités réémergent avec force.

6Aujourd’hui, les Haracta sont avant tout agriculteurs, vivant de la céréaliculture, de l’élevage ovin, et du maraîchage depuis quelques décennies grâce à l’essor de la petite hydraulique. Ils gravitent autour de deux pôles urbains. D’une part, Oum el Bouaghi (ex-Canrobert), gros bourg rural promu en 1974 chef-lieu de wilaya, grâce à sa position centrale entre trois centres plus importants mais rivaux (Ain Beida, Ain Mlila, et Khenchela). C’est une ville de 50 000 habitants, qui étale au pied du Djebel Sidi Rheris sa zone industrielle et ses grands ensembles liés à sa fonction administrative. D’autre part, Ain Beida, 70000 habitants, n’a que le statut de chef-lieu de daira (arrondissement), mais c’est une ville commerçante, active, gros marché. Certains Haracta beïdi ont acquis des positions importantes à Constantine.

Tapis des Harakta (photo M. Gast).

Tapis des Harakta (photo M. Gast).

Motif central losangique (mirhab) d’un tapis Harakta (photo A.-M. Camps).

Motif central losangique (mirhab) d’un tapis Harakta (photo A.-M. Camps).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Territoire des Harakta déterminé par le Senatus-Consulte
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1656/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Tapis des Harakta (photo M. Gast).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1656/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Motif central losangique (mirhab) d’un tapis Harakta (photo A.-M. Camps).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/1656/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Cote, « Haracta », Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, p. 3392-3394

Référence électronique

M. Cote, « Haracta », in Encyclopédie berbère, 22 | Hadrumetum – Hidjaba [En ligne], mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/1656

Haut de page

Auteur

M. Cote

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page